Ce samedi 28 novembre, la grandes majorité des commerces, tels que les librairies, les salons de coiffure ou les magasins de jouets, pourront rouvrir leurs portes, à condition de respecter le nouveau protocole sanitaire.

Déconfinement : réouverture des commerces le 28 novembre

"Je comprends la lassitude du peuple français mais ces mesures étaient nécessaires", a assuré Jean Castex en préambule de sa conférence de presse ce jeudi 26 novembre. Le Premier ministre a tenu à préciser qu'il était "prématuré de parler de déconfinement". Le gouvernement a ainsi souhaité évoquer un plan d'assouplissement du confinement en trois étapes.

Les commerces pourront d'abord rouvrir le 28 novembre tout en respectant un protocole sanitaire renforcé. La jauge portée à 8 m² par client dans tous les commerces s'appliquera à la surface de vente totale. Les commerces de plus de 400 m² devront mettre en place un "système de comptage" pour veiller au respect de cette jauge, a indiqué Alain Griset, ministre délégué aux PME. Il est également recommandé d'indiquer un sens de circulation, et du gel hydroalcoolique sera obligatoire à l’entrée. Par ailleurs, les commerçants pourront étendre leurs horaires d'ouverture jusqu’à 21 heures, et des dérogations seront facilitées pour ouvrir le dimanche.

Découvrez la liste des magasins et commerces qui rouvrent le 28 novembre : 

Dès ce samedi 28 novembre, ce sont quelque 200 000 magasins qui sont autoriés à rouvrir, selon un protocole plus strict : 

  • Salons de coiffure / barbiers
  • Prestations de service à domicile (seulement jusqu'à 21 heures et dans le respect d'un protocole sanitaire strict).
  • Fleuristes
  • Enseignes d'habillement
  • Magasins de jouets
  • Magasins d'instruments de musique
  • Horlogers
  • Bijoutiers
  • Instituts de beauté et de pédicure non-médicale
  • Salons de manucure
  • Salons de massage
  • Studios de tatouage et de piercing
  • Librairies
  • Disquaires
  • Bibliothèques
  • Médiathèques
  • Galeries d'art
  • Salles de vente
  • Centres de documentation
  • Archives
  • Auto-écoles (sauf cours théoriques maintenus à domicile)
  • Agences immobilières
  • Lieux de culte (les cérémonies religieuses sont à nouveau autorisées dans la limite de 30 personnes)

Guillaume Husson, délégué général du Syndicat de la librairie française (SLF), s’est déclaré "satisfait" de cette décision auprès du Monde. Même soulagement du côté des autres commerces. "C’est une excellente nouvelle", estime Yohann Petiot, directeur général de l’Alliance du commerce, qui se dit "très heureux que les magasins puissent rouvrir », mais espère "que les clients seront là. C’est une véritable inconnue".

Les commerces qui resteront fermés le 28 novembre : 

Les cinémas et les théâtres ne pourront en revanche pas rouvrir avant le 15 décembre (si la situation sanitaire continue de s'améliorer). Pour les restaurants, il faudra attendre un mois de plus et le 20 janvier 2021. Pour les bars et les discothèques, aucune échéance n'a véritablement été annoncée. 

La contestation monte dans les stations de ski

Toutefois, les stations de ski resteront fermées, les Français pourront se rendre à la montagne pour profiter du plein air et des commerces, "mais toutes les remontées mécaniques seront fermées au public". Comme l'avait annoncé Emmanuel Macron, les domaines skiables seront inaccessibles et les remontées mécaniques resteront à l'arrêt durant toutes les fêtes de fin d'année. Il faudra au plus tôt attendre le mois de janvier. Les Domaines skiables de France craignent des comportements dangereux sur les pistes non surveillées.

Commerces non essentiels : pourra-t-on faire vos courses en famille ?

Le gouvernement a fixé une jauge de 8 m2 qui "ne s’applique qu’aux clients", selon Alain Griset. Une jauge qui devra également "être appréciée avec bon sens" selon le ministre des PME.  Par exemple, lorsqu’un couple ou un parent avec son enfant entre dans un commerce, ils compteront pour une seule personne", a-t-il noté. Il sera donc possible de faire les courses en famille. Les règles de distanciation physique et les gestes barrières restent indispensables. Lorsque la configuration le permet, un sens unique de circulation sera donc indiqué, et du gel hydroalcoolique devra être à disposition à l’entrée.

Déplacements autorisés dans la limite de 3 heures et de 20 km

Fini la règle du 1km pour 1 heure. Il sera possible de se déplacer dès ce samedi 28 novembre avec une attestation, dans un rayon de 20 kilomètres autour de son domicile pendant trois heures.  Les attestations de déplacement seront donc maintenues jusqu'au 15 décembre. À partir du 15 décembre, le confinement sera remplacé par un couvre-feu nocturne de 21 heures à 7 heures. En dehors de ces horaires, il n'y aura plus besoin de justificatif pour se déplacer. 

Reprise des offices dans les lieux de culte

Les lieux de culte vont également vont également pouvoir organiser des cérémonies. Restés ouverts durant le deuxième confinement, ils vont de nouveau pouvoir organiser des offices avec du public à partir de ce week-end, "dans la stricte limite des 30 personnes".

Sport individuel en extérieur autorisés 

Faire du sport ou une activité physique individuelle en extérieur (tennis, athlétisme, golf, pêche, etc), sera bien autorisé dès samedi 28 novembre, a assuré Jean Castex. 

Reprise des auto-écoles et des visites immobilières

Deux autres nouveautés pour ce samedi 28 novembre, marquant la phase 1 de l'allègement des contraintes : les auto-écoles "pourront reprendre leurs activités" de conduite (les révisions des épreuves théoriques resteront à distance) et les visites immobilières "seront autorisées", selon le Premier ministre.

Le couvre-feu remplace le confinement au 15 décembre

À compter du 15 décembre, le couvre-feu de 21 heures à 7 heures du matin remplacera le confinement avec une attestation qui restera obligatoire en journée, mais sera supprimée en soirée.

Les salles de cinéma, les théâtres et les musées pourront rouvrir à leur tour. "Ce seront les mêmes protocoles qui étaient appliqués pendant la période de couvre-feu", a précisé Roselyne Bachelot, la ministre de la Culture.  Elle a assuré qu'"une tolérance sera permise pour que les spectateurs des séances se terminant à 21h puissent rentrer tranquillement chez eux ". Le ticket du spectacle fera alors foi en cas de contrôle. Les conservatoires et les écoles de musique pourront reprendre, à l’exception des cours de chant, "trop risqués en termes de propagation du virus".

 Limitation du nombre de convives à Noël et au Nouvel An

Concernant les vacances de Noël, Jean Castex annoncé la reprise des déplacements entre régions, mais a tenu à précise qu'il sera "impératif" de "limiter" le nombre de convives à Noël et au Nouvel An. Les colonies de vacances et les stations de ski seront quant à elle fermées. Les voyages à l’étranger seront "possibles ", notamment dans les territoires ultramarins, mais à condition de pouvoir produire un test PCR de moins de 72 heures.

Le télétravail va rester la règle 

"Pendant toute cette période [jusqu'à la troisième étape du 20 janvier, NDLR], le télétravail restera la règle et devra être le plus massif possible", a annoncé Jean Castex, disant compter sur les négociations entre les partenaires sociaux pour fixer un cadre.

Réouverture des restaurants au 20 janvier

Enfin, à partir du 20 janvier, s'il n'y a pas de rebond de l'épidémie, les restaurants pourront accueillir à nouveau des clients et réouvrir. Afin de venir en aide à un secteur sinistré, le Premier ministre a annoncé vouloir faire de 2021 "l’année de la gastronomie française" pour aider les restaurants". Plaidant pour "valoriser le savoir-faire de nos bars et restaurants" ou encore pour "les aider à moderniser leur outil de travail", le Premier ministre a indiqué qu'il désignera "une personnalité qualifiée pour préparer ce grand chantier en lien étroit avec les professionnels". Le 20 janvier marquera également le retour des cours en présentiel dans l'enseignement supérieur et un retour à la normale dans les lycées.  

Si la réouverture est si tardive, c'est que le Premier ministre a assuré que "les études scientifiques démontrent que ces lieux restent des lieux de contamination virale élevée". Le respect des gestes barrières est plus difficile dans ces lieux clos où l'on voit et on mange.

Mesures de soutien économique mises en place

Création de 20 000 emplois étudiants

Jean Castex s'est dit particulièrement inquiet par la situation financière des plus jeunes, particulièrement touchés par la crise économique. 20 000 jobs étudiants vont donc être créés. Leur rôle "sera de venir en soutien des étudiants décrocheurs". Le Premier ministre a également annoncé que les aides d'urgence versées par les CROUS seront doublées. Enfin, le nombre de bénéficiaires de la garantie jeune sera multiplié par deux l'an prochain, passant à "au moins 200 000".

900 euros pour les travailleurs précaires

Pour les travailleurs précaires (les saisonniers, les intermittents, etc.) la ministre du travail, Elisabeth Borne, a annoncé la mise en place d’une"aide exceptionnelle"de 900 euros par mois qui sera alloué au 1er novembre et jusqu’en février.

Fonds de solidarité renforcé au mois de décembre

À partir de décembre, chaque entreprise fermée administrativement "pourra recevoir chaque mois soit 10 000 euros, soit une compensation représentant 20 % du chiffre d’affaires", a assuré Jean Castex. Le fonds de solidarité va être renforcé au mois de décembre pour les entreprises fermées administrativement. Ce dispositif sera également ouvert aux secteurs du tourisme, de l'événementiel, du sport et de la culture, qui restent ouverts mais souffrent de la crise, comme l'a annoncé ce jeudi 26 novembre le Premier ministre.

Coronavirus : Emmanuel Macron annonce le reconfinement national

Cela semblait inévitable, c'est désormais chose faite : la France est reconfinée. Depuis ce jeudi 29 octobre 2020 à minuit, l'intégralité de l'Hexagone est de nouveau mis sous cloche, sur décision du chef de l'Etat. Il avait annoncé les grandes lignes des semaines à venir - le confinement devrait théoriquement durer jusqu'au 1 er décembre mais certains laissent déjà entendre qu'il pourrait se prolonger jusqu'en janvier - le mercredi 28 octobre à 20h ; lesquelles ont depuis été précisées par le gouvernement.

Il n'y a plus "d'autre solution", affirmait d'ailleurs Jean Castex, non sans rappeler combien la situation épidémiologique s'est dégradée.

Attention, cependant ! Ce nouveau confinement diffère considérablement du premier : le travail - qu'il soit réalisé de chez soi ou non - doit être maintenu a soutenu le président de la République, qui n'adhère pas à l'opposition économie-santé. De même, les écoles resteront ouvertes. C'est pourquoi il existe désormais trois attestations différentes, qui répondent à des besoins de déplacement différents ; ainsi que l'a déjà expliqué Planet.

  1. L'attestation de déplacement dérogatoire est celle qu'il vous faut utiliser pour vous déplacer en "temps normal" ; pour faire vos courses ou promener votre animal par exemple.
  2. L'attestation de déplacement professionnel permet aux travailleurs et aux travailleuses de se déplacer de leur domicile à leur lieu de travail et inversement.
  3. Le justificatif de déplacement scolaire est pensé pour que les étudiants, les lycéens, les collégiens et les écoliers puissent continuer à se rendre sur les bancs d'école.

Covid-19 : une seconde vague "pire que la première"?

L'état d'urgence sanitaire a été déclaré le 17 octobre dernier. Le nombre de cas explose, et le gouvernement n'hésite plus à parler de seconde vague.

"La deuxième vague est là. Nous observons aujourd'hui une progression rapide et très préoccupante de l'épidémie dans tous les pays européens. Nul n'est épargné. Disons les choses clairement : la situation est grave. Elle est grave en Europe, elle est grave en France", a d'ailleurs déclaré Jean Castex lors du point hebdomadaire sur la situation épidémique en France ce jeudi 22 octobre 2020.

D'après des scientifiques, elle pourrait "être pire que la première".

Quels critères peuvent délcencher un reconfinement en France ? 

Depuis le mois de mars, les autorités sanitaires regardent attentivement l'évolution du virus, encore plus après la fin du confinement. Trois indicateurs lui permettent de savoir comment la Covid-19 circule dans l'Hexagone et combien de personnes sont contaminées. Ce sont ces critères qui permettent à l'exécutif d'évaluer la situation sanitaire et de prendre des décisions. 

  • Le premier de ces critères est le taux R0, c'est-à-dire le nombre de personnes contaminées par un malade du coronavirus. S'il est au-dessus de 1, alors l'épidémie repart. 
  • Le deuxième critère est le taux d'incidence, c'est-à-dire le nombre de nouveaux cas diagnostiqués par un test PCR sur les 7 derniers jours et rapportés au nombre d'habitants d'une zone. 
  • Le troisième est le nombre de lits occupés en réanimation. Il permet de savoir si les services de santé pourraient être débordés ou non par les nouveaux cas de coronavirus.