Pendant une journée avec ses amis dans le célèbre parc d'attractions, Artex trouve une faille dans le système des billets coupe-file.
Image d'illustration. BERTRAND GUAY/AFPAFP

Piratage de Disneyland Paris : une faille dans le système des billets coupe-file

Sous le pseudonyme Artex, un hacker a réussi à trouver et utiliser une faille au sein du système du parc Disneyland Paris pour ne plus avoir à faire la queue pendant de longues heures avant de pouvoir embarquer dans le Space Mountain, le train de la mine ou encore l’Indiana Jones. L’individu s’est attaqué au système des Fastpass, les fameux billets coupe-file - limités à un par tranche horaire - qui permettent de réduire considérablement le temps d’attente de certaines attractions.

“Après avoir acheté nos tickets pour le parc, mes amis et moi avons été interpellés par les numéros des billets, qui étaient consécutifs” explique Artex à BFMTV. Le premier se terminait ainsi par “40”, le second par “41” et le dernier par “42”. Artex retire d’abord un Fastpass, avant qu’il ne génère, à l’aide de son smartphone, un nouveau code associé au numéro suivant, lui permettant de retirer un billet supplémentaire.

Piratage de Disneyland Paris : le hacker voulait alerter l’entreprise

Si la plupart des visiteurs rêveraient de reproduire cette prouesse pour économiser des temps d’attente parfois très longs, le hacker assure que ce n’était pas son cas. Objectif : alerter Disneyland Paris sur ce logiciel, visiblement trop peu sécurisé. "Les systèmes informatiques ne sont pas infaillibles et des brèches peuvent toujours être découvertes. Néanmoins nous revoyons constamment nos procédures et systèmes. Nous avons pris en compte et apprécions les retours de nos visiteurs qui permettent d'améliorer et de renforcer nos procédures", a répondu la société à BFM. 

À voir en vidéo - Marvel, La Reine des neiges et Star Wars débarquent à Disneyland Paris

A voir en vidéo - Marvel, La Reine des neiges et Star Wars débarquent à Disneyland Paris

Vidéo - Retrouvez ci-dessous notre zapping Actu du jour : 

Vidéo : Les regrets de François de Rugy