Louer un bien en meublé peut apporter un rendement locatif intéressant, souvent plus important qu'une location vide. En revanche, de nouvelles contraintes avec la loi Alur ont vu le jour à l'automne dernier. Les dernières réglementations ont renforcé la protection des locataires, imposant plus d'obligations au bailleur. Revue de détails.  
©Getty Images

1 - Un meilleur équipement

Si auparavant, le propriétaire pouvait se contenter de fournir au locataire le nombre de meubles minimum (lit, réfrigérateur, table, chaises, cuisinière) lors de la location d'un logement meublé, ce n'est plus le cas depuis le 1er septembre 2015.

Ce que vous devez trouver désormais : pour les baux conclus à compter de cette date, le bailleur doit mettre à la disposition de son locataire : une literie avec une couette ou une couverture pour chaque chambre, des plaques de cuisson, un four ou un four à micro-ondes, un réfrigérateur et un congélateur, de la vaisselle avec des ustensiles de cuisine, une table et des chaises, des luminaires, des étagères de rangement, des volets ou des rideaux, du matériel d'entretien ménager (aspirateur, balai et serpillière...).

Et aussi : l'utilisation d'un contrat de bail type* doit contenir un inventaire détaillé du mobilier qui sera remis à la remise des clés à la suite d'un état des lieux.

Rappelez-vous : le logement doit être en bon état, décent et confortable, d'une surface habitable d'au minimum 9m2, et doit constituer la résidence principale du locataire.

* le contrat de bail désormais pour les logements nus ou meublés doit respecter un format type comprenant des mentions obligatoires.

Cet article vous a intéressé ?

Découvrez encore plus d'actualités,
en vous abonnant à la matinale de Planet.

Votre adresse mail est collectée par Planet.fr pour vous permettre de recevoir nos actualités. En savoir plus.