Chrétiens et musulmans unis dans une commémoration religieuse réciproque

De manière exceptionnelle cette année la commémoration chrétienne de la naissance miraculeuse de Jésus se déroule en même temps qu'une autre fête religieuse : le "mawlid el nabawi" ou le "mouloud" c'est à dire la "naissance du Prophète" chez les musulmans.

En effet, ce 24 décembre 2015 de l'ère chrétienne qui célèbre la fête de la nativité coïncide à un jour près avec le 12 rabie el awel 1437 du calendrier musulman, date anniversaire de la naissance de Mohamed.

Pour démentir ceux qui depuis quelques années poussent à l'incompréhension et à l'opposition des religions voici un aperçu de ce que l'islam reconnaît de Jésus et plus largement des révélations monothéistes juive et chrétienne.

Denise Masson parlant de l'islam avait écrit dans l'introduction de sa traduction du Coran*, dont seront tirés les extraits coraniques dans cet article :

"...cette nouvelle "Révélation", "en langue arabe clair" (XVI, 103) venait aussi confirmer la Révélation antérieure contenue dans la Tora et l'Evangile. C'est pourquoi, les fils d'Israël et les Chrétiens sont appelés: "les gens du Livre."

En effet, l'islam se rattache à la tradition judéo-chrétienne et le Coran annonce au chapitre V, verset 48 :

"Nous t'avons révélé le Livre et la Vérité, pour confirmer ce qui existait du Livre, avant lui, en le préservant de toute altération."

C'est ce qu'écrit aussi W.M Watt dans son livre "Mahomet"**:

"L'islam a par conséquent sa place à l'intérieur de la tradition biblique ou judéo-chrétienne, ou, pour employer une phrase qui évite tout soupçon d'infériorité, à l'intérieur de la tradition abrahamique."

Jésus dans le Coran

Sans entrer dans un trop long développement voici quelques versets coraniques qui donnent la vision islamique de Jésus. Il importe de se référer directement au Coran et aux sciences de l'Islam si on veut approfondir ces récits qu'il est impossible de tout reproduire ici.

Coran, verset 46, chapitre V "La table servie" (en référence à la "Scène") :

"Nous avons envoyé, à la suite des prophètes, Jésus, fils de Marie, pour confirmer ce qui était avant lui de la Tora.

Nous lui avons donné l'Evangile

où se trouve une Direction et une Lumière, pour confirmer ce qui était avant lui de la Tora : Une Direction et un Avertissement destinés à ceux qui craignent Dieu."

Cette "Direction" et "Lumière" sont aussi des qualités du Coran (II,185) :

"Le Coran a été révélé durant le mois de ramadan. C'est une Direction pour les hommes; une manifestation claire de la Direction et de la Loi."  

Le Coran insiste sur la naissance miraculeuse de Jésus en le comparant à la création d'Adam :

"Oui, il est de Jesus comme d'Adam auprès de Dieu: Dieu l'a créé de terre, puis il lui a dit : "soit", et il est." (III, 59)

La vierge Marie

Le Coran admet la virginité de Marie notamment dans le chapitre 66, verset12 :

"et Marie, fille de "Imran", qui garda sa virginité.

Nous lui avons insufflé de notre Esprit; elle déclara véridique les Paroles de son seigneur et ses Livres.

Elle était au nombre de ceux qui craigne Dieu."

Dans le chapitre intitulé "Marie " (Mériem) le Coran évoque "l'Annonciation" aux versets 15 à 21 :

"Mentionne Marie, dans le Livre.

Elle quitta sa famille et se retira en un lieu vers l'Orient. Elle plaça un voile entre elle et les siens.

Nous lui avons envoyé notre Esprit : il se présenta devant elle sous la forme d'un homme parfait.

Elle dit: "Je cherche une protection contre toi, auprès du Miséricordieux; si toutefois tu crains Dieu!".

Il dit: "Je ne suis que l'envoyé de ton Seigneur pour te donner un garçon pur".

Elle dit : "comment aurais-je un garçon ? Aucun mortel ne m'a jamais touchée et je ne suis pas une prostituée".

Il dit : "C'est ainsi : Ton Seigneur a dit: "Cela m'est facile".

Nous ferons de lui un Signe pour les hommes; une miséricorde venue de Nous.

Le décret est irrévocable."

Voici encore un autre extrait sur Marie dans le texte coranique :

"Les anges dirent : "Ô Marie! Dieu t'annonce la bonne nouvelle d'un verbe émanant de lui : Son nom est : le Messie, Jésus, fils de Marie; illustre en ce monde et dans la vie future; il est au nombre de ceux qui sont proches de Dieu.

Dès le berceau, il parlera aux hommes comme un vieillard; il sera au nombre des justes".

Elle dit : "Mon seigneur ! Comment aurais-je un fils ? Nul homme ne m'a touchée"

Il dit : "Dieu crée ainsi ce qu'il veut : lorsqu'Il a décrété une chose, Il lui dit: " Sois !... et elle est." (Coran, III, 45 à 47)

Louis Massignon avait donné l'explication suivante dans son livre "Situation de l'Islam" citée par Denise Masson :

"Le Prophète Mohamed et tous les Musulmans à sa suite vénèrent dans le Coran une forme parfaite de la Parole divine; si la Chrétienté est, fondamentalement, l'acceptation et l'imitation du Christ, avant l'acceptation de la Bible, en revanche l'Islam est l'acceptation du Coran avant l'imitation du Prophète."

Le Prophète de l'islam

il est enseigné dans la religion musulmane qu'au cours de son merveilleux "voyage nocturne" le Prophète de l'islam rencontra tous les prophètes qui l'avaient précédé.

C'est également dans ce chapitre XVII au verset 105 parlant de la révélation coranique qu'est annoncée la mission de Mohammed :

"Nous avons fait descendre ceci avec Vérité; il est descendu avec la Vérité.  

Nous ne t'avons envoyé que pour annoncer la bonne nouvelle et avertir les hommes."

Durant sa prophétie, Mohammed rencontra les adeptes des autres cultes monothéistes qu'il a traité avec égard et il a reçu plusieurs délégations religieuses.

A des chrétiens venus de Najran, il leur permis de célébrer la messe à l'intérieur même de sa mosquée à Médine.

Quant aux moines de Sainte Catherine du Mont Sinaï il fit rédiger cette promesse:

"Ceci est un message de Muhammed ibn Abdoullah, constituant une alliance avec ceux dont la religion est le christianisme ; que nous soyons proches ou éloignés, nous sommes avec eux. Moi-même, les auxiliaires [de Médine] et mes fidèles, nous nous portons à leur défense, car les chrétiens sont mes citoyens. Et par Dieu, je résisterai contre quoi que ce soit qui les contrarie. Nulle contrainte sur eux, à aucun moment. Leurs juges ne seront point démis de leurs fonctions ni leurs moines expulsés de leurs monastères. Nul ne doit jamais détruire un édifice religieux leur appartenant ni l’endommager ni en voler quoi que ce soit pour ensuite l’apporter chez les musulmans. Quiconque en vole quoi que ce soit viole l’alliance de Dieu et désobéit à Son prophète. En vérité, les chrétiens sont mes alliés et sont assurés de mon soutien contre tout ce qui les indispose. Nul ne doit les forcer à voyager ou à se battre contre leur gré. Les musulmans doivent se battre pour eux si besoin est. Si une femme chrétienne est mariée à un musulman, ce mariage ne doit pas avoir lieu sans son approbation. Une fois mariée, nul ne doit l’empêcher d’aller prier à l’église. Leurs églises sont sous la protection des musulmans. Nul ne doit les empêcher de les réparer ou de les rénover, et le caractère sacré de leur alliance ne doit être violé en aucun cas. Nul musulman ne doit violer cette alliance jusqu’au Jour du Jugement Dernier (fin du monde)."***

Cette promesse est toujours valable aujourd'hui et malheur à qui la transgresse.

________________________________________________________________

* Le Coran, T1 et T2, traduction Denise Masson, collection Folio Galimard, 1967.

** Mahomet, de W.M. Watt, Petite Bibliothèque Payot. 1962

*** Ce texte appartient à la tradition et à l'histoire du Prophète. Il vient d'être cité dans un tout récent article publié sur Oumma.com.

Recevez toute l'actualité chaque jour GRATUITEMENT !

X
Publicité

Contenus sponsorisés

Publicité