Réponse : Laurent Fabius. Découvrez le nouvel épisode de notre série "Les petites phrases de l'histoire expliquées"!
AFP

En 1984, François Mitterrand décide de changer de premier ministre et remplace Pierre Mauroy par Laurent Fabius. Deux profils radicalement différents ! Celui qui entre à Matignon est jeune – 34 ans -, parisien, surdiplômé – Normale Supérieure, ENA – et a connu une ascension fulgurante. Il incarne la jeune garde socialiste, moderne et technocratique. On le décrit comme le "chouchou" du président.

A lire aussiQui a dit : "Les traités, voyez-vous, sont comme les jeunes filles et comme les roses : ça dure ce que ça dure" ?

Entre François Mitterrand et lui, la répartition des pouvoirs est claire : au président les domaines régaliens (politique étrangère, défense) au premier ministre l’économie, le social et la gestion quotidienne des affaires. Cette dualité complémentaire, Laurent Fabius l’illustre en déclarant au cours de l’émission télévisée l’Heure de vérité : "Lui, c’est lui et moi c’est moi".

La phrase déclenche un tollé, le premier ministre se voyant taxé d’impertinence. Pourtant, d’une part, elle reflétait la réalité et, d’autre part, testée à l’Elysée avant l’émission, elle avait reçu l’aval du président. La côte de popularité de Laurent Fabius dans l’opinion atteindra un niveau historiquement élevé avant de s’effondrer à partir de 1986.

Participez à notre grand jeu de l'été ! Remportez des chèques cadeaux d'une valeur de 500 € et un mois gratuit à notre offre de divertissement Hedony !

Cet article vous a intéressé ?

Découvrez encore plus d'actualités,
en vous abonnant à la newsletter de Planet.

Votre adresse mail est collectée par Planet.fr pour vous permettre de recevoir nos actualités. En savoir plus.