En réaction à des propos du journaliste Jean-Jacques Bourdin ce mercredi, la présidente du Front national a publié des photos macabres des exactions de l'Etat islamique.
AFP

Le moins que l’on puisse dire, c’est que Marine Le Pen ne tergiverse pas quand elle se sent attaquée…

Tout est parti d’une interview de l’islamologue Gilles Kepel, interrogé par le journaliste vedette de BFMtv/RMC, Jean-Jacques Bourdin. Au cours de l’interview, ce dernier a évoqué les "liens pas directs entre Daech [acronyme arabe de l’Etat islamique] et le Front national.",en parlant de la comparaison que fait son invité entre la montée du FN et le développement du djihadisme.

Une phrase aussitôt dénoncée par Marine Le Pen sur son compte Twitter :

Des prisonniers décapité, écrasé et brûlé…

A lire aussiMarine Le Pen, une femme "qui a envie d’être aimée" ?

Pour bien montrer que le FN n’avait rien à voir avec le groupe terroriste, la présidente du mouvement, piquée au vif, a ensuite publié trois photos qui circulaient sur les réseaux sociaux où l’on peut voir des prisonniers de l’Etat islamique, soit décapité, soit écrasé par un char, soit brûlé dans une cage… Chaque photo étant accompagnée de ce message : "Jean Jacques Bourdin, Daech c’est ça ! MLP" Le fait que les initiales "MLP" soient inscrites prouve que c’est Marine Le Pen qui a publié elle-même cette série de messages.

"Pour qu’ils prennent conscience de l’énormité de leur comparaison"

D’ailleurs, interrogée par Le Lab, elle confirme que c’est bien elle qui les a publiés et qu’elle n’est pas allée trop loin comme le journaliste lui demande. "Ah bon, ce n'est pas Bourdin qui va loin en faisant un parallèle entre ces barbares et le Front ?", a-t-elle fait entendre. Ajoutant : "C'est la deuxième fois qu'il se permet ce genre de comparaison, c'est inadmissible ! Madame Elkrief [éditorialiste à BFMtv, NDLR] a fait la même chose dimanche soir. Il est manifestement bon de leur rappeler les atrocités de Daech pour qu'ils prennent conscience de l'énormité de leur comparaison."

Et Marine Le Pen de conclure que la presse avait été "moins prude pour diffuser massivement la photo du petit Aylan", retrouvé mort sur une plage turque.

Vidéo sur le même thème : Le groupe État islamique menace la France de nouvelles attaques

Cet article vous a intéressé ?

Découvrez encore plus d'actualités,
en vous abonnant à la matinale de Planet.

Votre adresse mail est collectée par Planet.fr pour vous permettre de recevoir nos actualités. En savoir plus.

Vidéo - Retrouvez ci-dessous notre zapping Actu du jour : 

Vidéo : Impressionnante sortie de piste d'un avion de la Patrouille de France