Un frère qui trafique de la drogue, un fils écroué pour séquestration et détournement de fonds, une femme complice de fraude… On ne choisit certes pas sa famille, mais certaines sont plus embarrassantes que d'autres, surtout lorsque l'on est ministre du gouvernement.

Le fils de Marisol Touraine

D’après Le Parisien, Gabriel Reveyrand de Menthon, le fils de Marisol Touraine, a été écroué en septembre à la prison de la Santé. Condamné en mars dernier, il a écopé de trois ans de prison ferme pour extorsion de fonds et séquestration. Des faits qui remontent à mars 2011.

D’après le quotidien, le jeune homme faisait partie d’un duo de malfaiteurs cagoulés qui avaient pénétré dans un appartement du XIIIe arrondissement de Paris. Ils avaient alors forcé la femme qui vivait là à leur donner sa carte bleue ainsi que son code. L’un d’eux était alors parti au distributeur retirer de l’argent, tandis que l’autre gardait la femme sous la menace d’une arme.

Au moment de son interpellation, le fils de la ministre de la Santé et des Affaires sociales, aurait indiqué avoir une dette à rembourser.

Henry Royal

Henry Royal est convoqué au tribunal de grande instance de Nanterre, pour outrage à fonctionnaires de police, le 16 janvier.

Le frère de Ségolène Royal a été interpellé par la police lundi soir et placé en garde à vue toute la nuit, rapporte Le Parisien L’incident a eu lieu à Courbevoie (Hauts-de-Seine), en compagnie de sa femme, suite à la dégradation de la vitre d'un taxi...

Il nous livre ici sa version des faits :

"Suite à une dégradation de la fenêtre d'un taxi, la police alertée par le chauffeur, embarque ma femme dans une de leurs voitures, devant notre domicile. Je veux être avec elle ; je m'allonge par terre, je proteste. On m'oppose un refus ; je m’emporte et lance deux gros mots. Comme je le souhaitais, je suis embarqué au commissariat de Courbevoie.

Avant, je proposais au chauffeur de taxi d’établir un constat. 

Mais je n'avais pas prévu la sanction d'une garde à vue qui prend fin le 20 novembre à 15 heures. Aucune trace d'alcool n'a été détectée par l'éthylomètre à mon arrivée (3 essais). Face à l'incrédulité, j'ai réclamé une prise de sang qui a été refusée à deux reprises (refus constaté par l’ordonnance du médecin que j'ai demandé à voir).

J’ajoute que, malgré mes protestations, trois personnes présentes au commissariat m’ont filmé avec leur téléphone portable.

Ainsi, mon épouse et moi ne nous sommes pas disputés. Aucune altercation n’a éclaté entre le couple et le chauffeur ; celui-ci a été respecté. Je n'ai aucunement résisté à mon interpellation..."

Cet article vous a intéressé ?

Découvrez encore plus d'actualités,
en vous abonnant à la matinale de Planet.

Votre adresse mail est collectée par Planet.fr pour vous permettre de recevoir nos actualités. En savoir plus.