Ainsi, l’UMP a changé de vocable pour devenir "Les Républicains". Ce changement choque beaucoup de nos concitoyens qui se sentent profondément républicains et estiment ne pas partager les mêmes valeurs que Nicolas Sarkozy, ou ses obligés. En prenant ce nom, la droite leur vole une partie de leur conscience et de leur identité.

Ces mêmes concitoyens n’ont pas davantage envie d’une "américanisation" de notre système politique avec la dénomination d’un parti qui rappelle Mr. Reagan ou Mr. Bush. En prenant ce nom la droite méprise notre constitution républicaine.

Mais Nicolas Sarkozy n’en est pas à une contradiction près, notamment quand il affirme que "les socialistes sont socialistes avant d’être républicains". Sait-il seulement que la droite nationale et bonapartiste faisait déjà ce reproche à Jean Jaurès quand ce dernier se battait, au nom du socialisme, pour éviter la grande boucherie de la première guerre mondiale. Relisez monsieur Sarkozy, à l’heure où l’on commémore l’esprit de résistance, les tribunes qu’écrivait Jean Jaurès dans L’Humanité pour saisir à quel point ce dernier vivait par et pour la République, qu’il s’inscrivait dans le camp du progrès et qu’il ne manquait jamais ni de courage, ni d’amour de sa patrie, ni de lucidité.

Quand nous trouverons ce nom sur le fronton de votre parti, comme une offense à notre mémoire commune, nous ne pourrons nous empêcher de penser à tous ces "résistants" socialistes, communistes, gaullistes, républicains qui à un moment se sont levés pour faire vivre la République et l’ont payé de leur vie ou de leur liberté.

Nous, élus de gauche de la région PACA, face au danger du Front national incarnée par Marion Maréchal-Le Pen, face à la surenchère démagogique et mensongère de la droite dite "républicaine" incarnée par Christian Estrosi, face à ces élus qui jouent sur la peur et la caricature pour attiser les haines et faire monter les tensions, nous allons porter, incarner et revendiquer le combat républicain.

Les républicains sont des hommes et des femmes qui portent des valeurs et qui n’hésitent pas à combattre, par tous moyens, les idées contraires à la République, à la liberté, l’égalité, la fraternité et la laïcité. Lorsque dans le cadre d’une élection, un candidat du Front national est présent face à un candidat de gauche ou de droite, quelle que soit son choix du premier tour, ils n’hésitent pas à voter contre le FN plutôt que de se réfugier derrière un ni-ni politicien.

Alors s’il vous plait Monsieur le Président de l’UMP, respectez notre histoire, nos combats et nos valeurs. Cessez de dresser les Français les uns contre les autres et renoncez à votre lubie. Ayez l’humilité de ne pas capter une fois de plus l’héritage national pour des raisons politiciennes et accordez à la gauche française, qu’elle soit socialiste, communiste ou écologiste le droit de pouvoir dire, sans ambiguïté, nous aussi sommes "les Républicains" sans être renvoyé à l’appartenance à un parti politique, quel qu’il soit.

Pour notre part, parce que nous savons d’où vous venez, parce que nous connaissons votre capacité à vous glisser quand ça vous arrange dans les habits de la République, parceque nous n’acceptons pas vos dérapages et vos outrances, nous continuerons à vous appeler "les ex UMP" !

Par Marie-Arlette Carlotti, Christophe Castaner, Gaby Charroux et François-Michel Lambert.

Voir en vidéo sur le même thème :Les Républicains : une union de façade ?