L’interdiction de trois pesticides au niveau de l’Union européenne est évidemment une excellente nouvelle, et pas seulement pour les abeilles et les apiculteurs ; c’est une prise de conscience effective et réaliste, bien plus encourageante que les tergiversations de Nicolas Hulot. Pourquoi ne peut-on pas espérer une évolution analogue pour la taxation des GAFA ? Parce que la décision précitée ne demande qu’une majorité qualifiée alors que les décisions concernant les régimes fiscaux doivent être entérinées à l’unanimité.

La poignée de mains entre les dirigeants des deux Corée est une nouvelle encore plus enthousiasmante ; faut-il la prendre au sérieux ? Oui ! Selon moi, il est évident que cette issue est l’un des points d’accord du "nouveau Yalta" conclu le 9 novembre 2017 lors de la visite de Donald Trump en Chine. Dans un tel contexte, les moulinets de notre Président semblent bien dérisoires : il n’est qu’un pion, ou un corbeau naïf, manipulé par un renard qui sait flatter - voire épousseter un veston de luxe - mais aussi montrer les dents juste à propos ; on peut espérer une évolution analogue en Iran.

En dépit de son prénom, Angela Merkel, elle, n’est pas dans les nuages : elle vient pour discuter, très concrètement, de la protection des voitures allemandes ; il est bien évident que, au-delà des apparences, monsieur Trump la prend bien plus au sérieux que notre don Quichotte de pacotille. Vous allez me dire que notre Président a été applaudi par le Congrès américain : certes, mais surtout par les Démocrates, qui ne sont pas au pouvoir. Et, s’il continue sur sa lancée, Donald Trump a toutes les chances d’être reconduit pour un deuxième mandat.

La troisième bonne nouvelle est le réveil en fanfare de notre palmipède irremplaçable. Nombre de médias sont encore dans la flagornerie affligeante ; il est toutefois rassurant de noter l’article - paru en troisième page du Canard enchaîné du mercredi 25 avril - concernant la vente d’Alstom : selon beaucoup d’observateurs, dont je suis, ce démantèlement a été une catastrophe pour notre indépendance nationale ; or, ce que j’ignorais, l’article précité montre le rôle déterminant d'Emmanuel Macron dans cette affaire bien plus grave que le cadeau de quelques costumes au profit de François Fillon. Notre Président est incontestablement au service du grand capital.

Une dernière remarque : si on les observe rigoureusement, les chiffres du chômage sont beaucoup moins satisfaisants que ce que veulent nous faire croire certains analystes obséquieux.