Récemment évincée de la direction de son parti, Nathalie Kosciusko-Morizet est loin d'être un cas isolé. Retour en images sur ces autres personnalités politiques qui ont elles aussi récemment été écartées par leur propre camp.

Nathalie Kosciusko-Morizet a appris lundi qu’elle était exclue de la direction du des Républicains. Nicolas Sarkozy aurait en effet décidé de se séparer de l’actuelle numéro 2 après qu’elle s’est publiquement opposée à sa stratégie du "ni-ni" pendant l’entre-deux tours des élections régionales. Une décision dont NKM aurait été informée par un communiqué de presse alors qu’elle se trouvait dans l’ascenseur du siège du parti, et qu’elle a du mal à digérer.

A lire aussi -  Rachida Dati charge NKM et sa "tambouille d’enfant gâtée"

"Evincée au moment où on lance un débat, c’est une vieille idée stalinienne", a-t-elle rapidement réagi. "Après les élections régionales, telles qu’on les a vécues, on a besoin d’un débat et aujourd’hui cette parole est un peu verrouillée", a-t-elle également raillé sur RTL. Et celle-ci d’ajouter : "Je n’échange pas mes convictions contre un poste. J’ai des convictions anciennes que j’ai dites et redites".

Nadine Morano

Quelques semaines avant NKM, Nadine Morano a elle aussi subi les foudres de Nicolas Sarkozy. Ce dernier a en effet décidé de l’exclure des listes Les Républicains pour les élections régionales après qu’elle a refusé de présenter ses excuses pour les propos qu’elle avait tenus sur la "race blanche". Début octobre, l’eurodéputée avait évoqué la France comme étant "un pays de race blanche" à la télé. Ce qui lui a ensuite valu de nombreuses critiques de la classe politique, et même de son propre camp.

A lire aussi –"Race blanche" : Nadine Morano "hallucinée" par les propos de Claude Barlone

Jean-Marie Le Pen

Jean-Marie Le Pen a lui aussi été écarté de la direction de son parti à cause de propos polémiques qu’il a tenus. En août dernier, et à la majorité requise, le bureau exécutif du Front National a en effet décidé de l’exclure comme membre du parti qu’il avait fondé. Une décision qui collait au souhait de Marine Le Pen d’écarter son père du FN après une énième sortie polémique de sa part.