Très décrié par une partie considérable de la population française, le compteur Linky agace beaucoup. Il est accusé de départs de feu, collectes de données et de provoquer des risques pour la santé. Enedis, de son côté, affirme qu'il profite aux usagers. Récapitulatif.
Modalité de refus, déploiement, risques... Tout ce qu'il faut savoir sur le compteur LinkyAFP

Linky, c'est quoi ?

Au cœur de plus d'une polémique, le boîtier vert d'Enedis remplace progressivement les compteurs traditionnels. C'est un projet déjà vieux de plusieurs années, qui ne se limite d'ailleurs pas aux seules frontières Françaises. En effet, comme le rappelle le site spécialisé Selectra, le programme concerne toute l'Europe. La première phase du déploiement a d'ailleurs commencé au début des années 2000. En Allemagne ou au Royaume-Uni, par exemple, la pose a débuté entre 2011 et 2012. Mais pourquoi vouloir changer les compteurs électriques de l'ensemble du vieux continent ?

Compteur intelligent : pourquoi fallait-il remplacer les anciens ?

C'est en 2009 que l'Union Européenne adopte le troisième paquet énergie, qui énonce que les pays membres sont tenus de déployer les compteurs communicants sur leur sol. Trois d'entre eux ont d'ailleurs achevé cette mission : l'Italie, la Finlande où la Suède. En tout et pour tout, 200 millions de modèles doivent être installés d'ici la fin de l'année, "chez 72% des consommateurs d'électricité", précise le site spécialisé dans la comparaison de services liés à l'énergie. 

Si la France a elle aussi décidé de passer au compteur Linky, c'est notamment pour moderniser son réseau. Par ailleurs, il s'agit aussi de faciliter l'information des usagers. Par ailleurs, comme l'illustre la loi relative à la transition énergétique pour la croissance verte qui sanctuarise le déploiement, le nouveau boîtier d'Enedis vise aussi à permettre une consommation plus responsable.

A quoi sert le compteur intelligent et comment fonctionne-t-il ?

Avant tout, rappelle La Dépêche, il faut garder en tête l'utilité première du compteur Linky : il communique, de lui même et directement, la consommation du client équipé au système d'information du gestionnaire de réseau. Une fois posé, le boîtier vert rend tout déplacement d'un technicien, s'il est supposé effectuer un relevé de compteur, obsolète.

En théorie, poursuit le quotidien régional, ce nouveau dispositif permet donc des factures plus précises, "la réalisation d'opération à distance" et il faciliterait le pilotage général par Enedis. 

Pour réaliser tout cela, le nouveau modèle de compteur électrique s'appuie sur la technologie du Courant Porteur en Ligne (CPL). Cela signifie qu'il transfère les données recueillies à un concentrateur en passant par les câbles électriques. Par conséquent, il n'est pas supposé générer davantage de champs électromagnétiques que les appareils qui les ont précédés. 

Passé cette première étape en survient une seconde. Du concentrateur au système central du gestionnaire, c'est le réseau de téléphonie mobile qui assure le relais.

Pour rappel, précise le service Prix-Elec du site Selectra, c'est la même technologie que celle utilisée par le réseau WiFi, ou qui permet aujourd'hui d'envoyer le signal des heures creuses aux appareils plus anciens.

Naturellement, le compteur Linky est installé avec un mode d'emploi, détaillé par Enedis sur le PDF suivant. Plusieurs éléments sont importants à repérer :

  • L'indicateur lumineux de consommation, qui clignotte plus vite quand la quantité d'électricité consommée augmente
  • L'écran qui permet d'afficher l'essentiel des paramètres du compteur
  • Les touches de défilement des données, indiquées par un + et un - qui permettent de naviguer entre les options et les informations affichées par l'appareil
  • Le numéro du compteur, inscrit sur le carré gris ou est encastré l'écran, est indispensable pour vérifier que votre facture correspond au bon compteur
  • Le voyant lumineux, sous le +, ne s'allume que lorsque l'utilisateur peut relancer le compteur, en cas de coupure
  • En bas de la coque verte se trouve le clips d'ouverture du capot
  • Derrière le capot, vous retrouverez ce qu'Enedis appelle le contact sec, indispensable pour mettre en marche ou arrêter automatiquement certains appareils électriques (attention, la fonctionnalité n'est disponible qu'après avoir consulté l'installateur
  • Au dessus du contact sec se trouve la télé-information du compteur, qui détaille d'autres points que ceux traditionnellement accessibles
  • Enfin, sous ces deux éléments se situe le fusible du contact sec, qu'il faudra potentiellement remplacer en cas de défaillance

Crédit Enedis

Crédit Enedis

Crédit Enedis

Compteur Linky : comment se passe la pose ?

Depuis des mois le compteur Linky fait débat. Déjà en 2019, Notre Temps rappelait combien ce nouveau dispositif était décrié. Pourtant les premières phases de la pose remontent à beaucoup plus loin. Petit historique.

Quand a commencé la pose du compteur en France ?

Le projet initial, explique Prix-Elec, débute en 2007. A l'époque, ERDF (futur Enedis) commence à étudier les solutions susceptibles de répondre aux défis d'équilibrage de son réseaux. Avec dans l'idée de permettre une meilleure maîtrise de la consommation des usagers et de faciliter l'intégration d'énergies renouvelables. 

  • Dans le détail, la phase d'expérimentation Linky, qui découle de ces études, débute en mars 2010. Les secteurs testés sont alors Lyon ainsi que l'Indre-et-Loire.
  • Un an plus tard, en 2011, le gouvernement se prononce en faveur de la généralisation du projet après le rapport de la Commission de Régulation de l'Énergie. La pose ne débute pas avant décembre 2015.
  • Il faut cependant attendre 2016 pour que le déploiement soit généralisé dans toutes les régions, puis 2017 pour les métropoles régionales et les capitales. Les départements ne sont pas concernés avant 2018.

Où le compteur communicant doit-il encore être déployé ?

Pour s'assurer du déploiement du compteur Linky, Enedis a fait appel à six entreprises européennes : Itron, d'origine italienne, Maec et Sagemcom, toutes deux françaises, mais aussi Landis et Gyr, deux sociétés suisses, Ester, basée en Allemagne et Ziv, d'Espagne. 

En pratique, une grande partie du travail est fait, mais de nombreux boîtiers doivent encore être installés. Aux Français et aux Français qui sont curieux de savoir quand aura lieu le déploiement prévu pour leur municipalité, Enedis dédie une page sur laquelle il est possible de renseigner son code postal. Une fois la manipulation réalisée, le site détaille les étapes en cours.

Une fois chez moi, comment ça se passe ?

L'agent chargé par Enedis d'installer le compteur ne se présente pas à l'improviste, comme l'a déjà expliqué Planet. Bien au contraire : avant la pose, un courrier officiel, reprenant les informations nécessaires. Celui-ci est envoyé 30 à 45 jours avant l'arrivée du technicien.

Une des entreprises, parmi les 6 précédentes citées, est alors chargée de l'installation. C'est elle qui contacte le particulier concerné et qui convient d'une date ainsi que d'une heure pour le rendez-vous. Le jour-J, il est possible de reconnaître l'agent au logo "Partenaire Enedis pour Linky" qu'il arbore sur ses vêtements. La pose ne devrait pas excéder les 30 minutes.

Compteur Linky : quels sont les avantages ?

Entre 2014 et 2024, le déploiement des compteurs assuré par Enedis aura coûté plus de 5 milliards d'euros. Une somme lourde, rappelle Le Monde, qui pourrait bien permettre à terme de larges économies pour l'entreprise. En 2018, la Cour des comptes dénonçait d'ailleurs le coût du programme. Pour autant, le compteur intelligent doit bien présenter quelques avantages pour que son installation soit sanctuarisée dans la loi ? Récapitulatif.

Ce que Linky offre de plus que les anciens compteurs

Le compteur Linky, indique L'Internaute, n'est pas sans atout. D'abord, il bénéficie d'une installation non payante, puisque Enedis ne la facture pas dans l'immédiat. Ensuite, il permet théoriquement une meilleure maîtrise de sa consommation, sans oublier la simplification des démarches qu'il engendre, en cas de déménagement. D'une façon générale, il met un terme à toute nécessité de rendez-vous physique.

Des offres spécifiques, assure Selectra, ont vu le jour après l'installation des premiers compteurs Linky. Le site spécialisé cite par exemple Mes Jours Zen, proposé par EDF, qui permet de réaliser de larges économies. 

En outre, contrairement aux précédents compteurs, Linky permet une facture plus proche de la consommation réelle, insiste Que Choisir.

Pour autant, en pratique, les consommateurs ne sont peut-être pas les plus avantagés par ce nouveau compteur.

Ce que Linky offre de plus au gestionnaire du réseau

Mécaniquement, le gestionnaire du réseau bénéficie de la pose des compteurs Linky et Gazpar, par exemple. Et pour cause ! Elle doit engendrer, à long terme, une importante diminution des coûts qu'il assume aujourd'hui. "L'exploitation du réseau elle-même est améliorée par cette nouvelle technologie dans la mesure où le suivi de la qualité de l'électricité est plus précis", écrit Selectra.

Sans compter les 500 millions euros d'économies évoquées par le Cour des comptes en 2018, qui estimait à l'époque que l'accord passé sur la pose du compteur Linky était fait au détriment des consommateurs. La Commission de régulation de l'énergie (CRE), qui ne souhaitait pas faire peser cette charge supplémentaire sur les particuliers, a opté pour un système de tarif différés. Les intérêts prévus pour remboursés Enedis une fois le dernier compteur installé pourraient lui permettre d'empocher un demi-milliard d'euros. "Les conditions de rémunérations d'Enedis sont généreuses et devraient être revues", faisait alors savoir l'institution.

L'UFC-Que Choisir, de son côté, a plusieurs fois souligné le "manque d'intérêt économique que présente le déploiement du compteur" et "n'a eu de cesse de critiquer la mise à l'écart des consommateurs dans sa conception". Selon l'organisation, il bénéficie avant toute chose aux acteurs de l'énergie.

Combien pourrez-vous économiser grâce au compteur Linky ?

Le compteur communicant permet, indéniablement, de profiter de nouveaux tarif. Pour autant, Que Choisir invite à la vigilance : la profusion de ces nouvelles offres pourraient selon elle engendrer un effet de jungle, rendant plus difficile le travail de comparaison et augmentant mécaniquement le coût pour les consommateurs.

Dans l'immédiat, certaines offres comme celles d'Engie évoquent des réductions de 30% sur l'électricité durant le week-end (du vendredi minuit au dimanche minuit). Des chiffres qui correspondent à ceux avancés par EDF pour son programme Mes Jours Zen, qui est cependant étendu aux jours fériés. 

Le système des heures creuses n'est pas non plus abandonné, précise Prix-Elec, puisque Total Direct Energie propose une offre Heures Super Creuses, à moins 50%. Ce n'est cependant valable que la nuit.

Combien coûte un compteur Linky ?

Tout "gratuit" qu'il soit, le compteur Linky a un coût. Ce dernier, révèle Marianne, est estimé à 130 euros. C'est cette somme là qui sera par la suite re-facturée aux ménages. Ils devront alors s'acquitter d'une contribution de 15 euros pendant dix ans, au titre du "coût de déploiement".

Les grosses polémiques Linky

Depuis les débuts de son installation, le compteur Linky fait l'objet d'importantes polémiques. Il est accusé, notamment, de poser des risques d'ordre sanitaires, mais aussi relatifs à la récupération de données qu'il permet potentiellement. Explications.

Les risques pour la santé

Linky est notamment accusé de poser des problèmes d'ordre sanitaire. Il générerait des ondes nocives, notamment pour les personnes électro-hypersensibles. Dans certains cas, un juge a d'ailleurs dispensés certains plaignants de la pose du boîtier vert pour ce motif.Cependant, à en croire l'UFC-Que Choisir, il n'est pas dangereux, du moins "en l'état actuel des connaissances". L'Agence nationale de sécurité sanitaire (ANSES) concluait, en 2016, "à une faible probabilité que l'exposition aux champs électromagnétiques émis par les compteurs communicants, dans la configuration de déploiement actuelle, engendre des effets sanitaires à court ou long terme".

Les risques pour vos données

Autre reproche régulier : le compteur Linky permettrait au fournisseur d'électricité ainsi qu'au distributeur de connaître les habitudes de consommation d'un usager. Là encore, UFC-Que Choisir explique que ce n'est pas le cas.

Et l'organisme d'expliquer : la Comission nationale de l'informatique et des libertés (Cnil) a encadré la collecte de données de façon on ne peut plus stricte. Seuls trois types de données peuvent être récupérés : les index de consommation, la courbe de charge ainsi que celles relatives à la qualimétrie et la sécurité du compteur.

Linky est-il responsable de départs de feu ?

En 2019, l'une des principales accusations concernant Linky relevait de sa prétendue responsabilité dans des départs de feu constatés par les résidents. Certains appuyaient leurs propos de vidéos, rappelle LCI.

Enedis a évidemment démenti sa responsabilité dans le cadre de ces incendies. "Nous n'avons pas de cas où un compteur Linky soit directement à l'origine d'un incendie et nous tenons à préciser que ces cas d'accusation de la part des clients sont extrêmement rares", précise en effet la société à la chaîne d'information. Elle impute de telles situation à la mauvaise installation du boîtier plus qu'au boîtier lui même.

Peut-on vraiment refuser Linky ?

Contrairement à ce que l'on peut lire sur certains sites, le refus du compteur Linky n'est pas possible et, quand il se fait, il n'est pas sans risque. Comme le rappelle l'UFC-Que Choisir, la distribution d'électricité relève des missions du service public et la loi impose la mise en œuvre des dispositifs de comptage.

S'y opposer signifie donc s'opposer à l'exécution d'une mission de service public, au delà même de ce que stipule le contrat signé avec le fournisseur d'électricité choisi.

Cet article vous a intéressé ?

Découvrez encore plus d'actualités,
en vous abonnant à la newsletter de Planet.

Votre adresse mail est collectée par Planet.fr pour vous permettre de recevoir nos actualités. En savoir plus.