Ils sont des milliers à se préparer au combat contre Enedis. Ces Françaises et ces Français qui rejettent le compteur Linky ont prévu d'assigner la société en justice en mai 2020.
Linky : cette action collective peut-elle faire ployer Enedis ?AFP

Linky : qui sont ces milliers de Français prêt à aller en justice contre le compteur ?

"Aujourd’hui, 90% des clients se disent satisfaits de l’installation de Linky", affirme sans trembler Enedis, qui répond aux avocats Christophe Lèguevaques et Arnaud Durand. Les deux hommes ont lancé une pétition contre le boîtier vert, sur la plateforme Mysmartcab.fr, ouvert en novembre. L’idée est simple, rapporte le quotidien Les Echos : préparer une action collective contre la filiale d’EDF, qu’ils entendent assigne en justice en mai.

Actuellement, les deux maîtres revendiquent 12 000 signataires. "82% des pétitionnaires ont déclaré vouloir aller en justice", explique Arnaud Durand. Son confrère toulousain, lui, explique qu’il pourrait à terme s’agir de "la plus grande action collective française". C’est pourquoi ils ont ouvert une souscription de plaignants, après avoir envoyé leur pétition à Enedis dans le courant du mois de février, non sans réclamer le respect du "refus individuel du Linky" ainsi que de "délivrer une électricité dépolluée des nouveaux courants porteurs en ligne". Les requérants, qui doivent se signaler entre le 24 février et le 31 mars, devront s’acquitter de la modique somme de 8,20 euros deux ans durant.

Dans leur action collective conjointe, les deux avocats demandent l’indemnisation du préjudice moral de leur client, à hauteur de 5000 euros. Compte tenu du type d’action intenté, cette somme devrait être individuelle, si elle est obtenue. Ce n’est d’ailleurs pas la première fois que les avocats se lancent dans ce genre de procédure, rappelle le journal qui cite notamment l’affaire du Lévothyrox et la privatisation de l’aéroport de Toulouse, contre laquelle s’est battu Christophe Lèguevaques.

L’argumentaire des pétitionnaires se construit autour des angoisses habituelles que génère le compteur Linky, comme le risque sanitaire supposément induit par les ondes. "Il persiste une zone d’incertitude qui empêche de proposer des conclusions définitives", rappelait, en 2017, l’Agence nationale de sécurité sanitaire. 

Si de tels arguments ont permis aux plaignants d’obtenir gain de cause à Toulouse, Tours, Bordeaux, Grenoble et Foix, la plupart du temps les opposants à Linky ont été déboutés. En mars 2019, le juge des référés de Toulouse décidait cependant d’interdire le compteur intelligent pour treize individus électrohypersensibles.

Obtenez le guide pour investir dans l'immobilier et réduire vos impôts jusqu'à 6000€ !

Cet article vous a intéressé ?

Découvrez encore plus d'actualités,
en vous abonnant à la newsletter de Planet.

Votre adresse mail est collectée par Planet.fr pour vous permettre de recevoir nos actualités. En savoir plus.