La France restera sous cloche jusqu'au 11 mai. Une situation inédite, à laquelle les Français n'ont pas été préparés. Comment va se dérouler la suite du confinement ? Quelles sorties sont autorisées ? Que pouvez-vous faire de tout ce temps ? Les réponses à toutes vos questions.
EN DIRECT Confinement : déplacements, courses, travail... Quelles restrictions ?AFP

C'est un nouveau prolongement. La France est entrée en confinement mardi 17 mars à midi afin de stopper la progression du coronavirus Covid-19 sur son sol. Lors de sa quatrième allocution depuis le début de la crise sanitaire lundi 13 avril, Emmanuel Macron a annoncé un prolongement du confinement jusqu'au 11 mai. L’ensemble des commerces "non indispensables" sont fermés, tout comme les écoles, les collèges, les lycées et les universités. Seules les enseignes d’alimentation (supermarchés, boucheries, poissonneries, boulangeries, primeurs…) peuvent rester ouvertes, ainsi que les pharmacies. Partout dans l’Hexagone, les Français s'adaptent à ce nouveau mode de vie. Télétravail, garde des enfants, école à la maison... C'est un vrai chamboulement, pour tous.

La France à l'heure du confinement : l'essentiel à savoir

  • Depuis le mardi 17 mars à midi, les Français ne peuvent plus sortir de chez eux sans raison valable, qu’ils devront justifier. Le non-respect de ces consignes sera sanctionné par une amende de 135 euros, pouvant être majorée à 375 euros.
  • Le confinement a été prolongé jusqu'au 11 mai prochain par le président de la République.
  • Vous pouvez désormais sortir pour aller faire vos courses alimentaires, vous rendre au travail, aller chez le médecin ou à la pharmacie. Les Français peuvent également pratiquer une activité physique, mais jamais loin de leur domicile et toujours seul.
  • Les réunions en famille ou entre amis sont désormais interdites.
  • Environ 100 000 membres des forces de l’ordre sont déployés sur le territoire afin d’assurer les contrôles liés au confinement.
  • Aucun couvre-feu n’a, pour l’heure, été mis en place au niveau national. L’activation de l’article 16 de la Constitution n’est pas non plus envisagée. Plusieurs villes ont néanmoins fait le choix du couvre-feu.
  • L’Union européenne a décidé de fermer l’ensemble de ses frontières.
  • Le bilan est dramatique dans deux pays européens, l'Italie et l'Espagne. Le nombre de morts dans les deux pays a dépassé celui fourni par les autorités chinoises.

EN DIRECT Les dernières informations sur le coronavirus et le confinement

18h30. C’est la fin de cette édition spéciale, merci à tous de l’avoir suivie. Rendez-vous lundi pour connaître les dernières informations sur le coronavirus et le confinement en France.

18h25. Didier Raoult menacé de suspension par le Conseil de l’Ordre des Médecins. Dans un communiqué, l’Ordre met en cause le comportement du Pr Raoult, sans toutefois le nommer. Il lui reproche des protocoles de recherches cliniques illégaux :"Le Conseil national de l’Ordre des médecins rappelle fermement à l’ensemble des médecins qu’en cette période de vulnérabilité particulière et face à l’inquiétude de nos concitoyens, leur parole prend un sens encore plus important. Il serait inadmissible dans ce contexte de susciter de faux espoirs de guérison. Les Français, nos patients, vouent une confiance importante au corps médical, qui se doit d’en être à la hauteur pendant cette crise sanitaire sans précédent", prévient-il.

17h20. L’armée confirme avoir acheté de la chloroquine par "précaution". Une vidéo diffusée sur les réseaux sociaux a suscité l’incompréhension. Elle montre une livraison de "70 kg" de phosphate de chloroquine venus de Chine, destinée à la "pharmacie centrale des armées".

"Il s'agit d'un "achat de précaution, si jamais la chloroquine (traitement initialement prescrit contre le paludisme Ndlr) se révélait validée par les autorités de santé comme étant utile pour lutter contre le Covid-19", s’est justifié le cabinet de la ministre auprès de franceinfo.

16h15 : Mise en garde de l’OMS : "Il n’y a actuellement aucune preuve que les personnes qui se sont remises du Covid-19 et qui ont des anticorps soient prémunies contre une seconde infection", a indiqué l’organisation dans un communiqué rendu public ce samedi 25 avril 2020. La délivrance de "passeport immunitaire" ou d’un "certificat d’absence de risque" pourrait alors être dangereux car la propagation du virus pourrait être continue.

 14h25. Allons-nous tous devoir porter un bracelet électronique après le 11 mai ? C’est ce que propose la société toulousaine Sigfox pour éviter une seconde vague de contamination au Covid-19.

Le cabinet de Cédric O, secrétaire d'Etat chargé du Numérique, a précisé travailler sur l’ensemble des propositions des industriels. "Il ne s'agit pas d'être coercitif, on est sur une démarche uniquement volontaire qui concerne tous les Français. On réfléchit à des solutions pour les gens qui n'ont pas de smartphone et ceux qui ne savent pas l'utiliser même si la cible principale de l'application sont les gens vivant en milieu urbain dense et utilisant des transports en commun", a-t-il précisé à RTL.

10h45. A quoi pourrait ressembler les restaurants à leur réouverture ? A l'issue d'une réunion à l'Elysée avec les secteurs de l’hôtellerie et de la restauration, le futur protocole sanitaire permettant de garantir la sécurité du personnel et des clients a été évoqué par Bruno Le Maire, lors d’un point presse. "Rien ne serait pire qu’une réouverture précipitée. Il faudra voir entre le 11 mai et la fin du mois comment a évolué la situation sanitaire", a précisé le ministre de l’Economie.

Une chose est sûre, les clients vont devoir revoir leurs habitudes. Désinfection des mains à l’entrée de l’établissement, portier pour limiter les entrées, masques et gants pour le personnel en cuisine… Tous ces éléments sont étudiés. La distance minimale entre les tables devrait aussi être imposée, tout comme la limitation du nombre de réservations à 8 personnes par groupe. Quant aux menus, ils pourraient être jetables.

10h30. Mais où l'Etat a-t-il trouvé autant d'argent pour lutter contre l'épidémie ?  Découvrez-le dans notre interview exclusive de Frédéric Farah, professeur de sciences économiques et sociales, chercheur affilié au Laboratoire PHARE de la Sorbonne (Paris) et chargé de cours à la Sorbonne Nouvelle.

10h. Vacances d’été : partir camper est-il un bon compromis en cette période de crise sanitaire ? Face aux nombreuses incertitudes qui planent encore sur le déconfinement et la possibilité ou non de voyager à l’étranger, privilégier des vacances en France, loin de la foule, semble la solution la plus appropriée en cette période de crise sanitaire. D’autant que les déplacements interrégionaux pourraient être limités lors du déconfinement. Le camping, à condition qu’une réouverture soit possible, présente ainsi de nombreux avantages. Philippe Bossanne, président et fondateur des campings et villages Huttopia, nous les expose dans une interview exclusive.

9h45. L’énorme coup de gueule de Jean-Pierre Pernaut. Ce vendredi 24 avril, Jean-Pierre Pernaut a relevé plusieurs incohérences en taclant entre autres les mesures du gouvernement.

"Tout cela paraît incohérent, comme les masques interdits dans les pharmacies et autorisés chez les buralistes, comme les fleuristes fermés pour le 1er mai mais les jardineries ouvertes, comme les cantines bientôt ouvertes mais les restaurants toujours fermés", observe-t-il désabusé. "On a du mal à comprendre tout ça !"

9h30. Bonjour et bienvenue dans cette édition spéciale. Les Français entament ce samedi leur 40e jour de confinement.

Confinement : jusqu'à quand est-il prolongé ? 

Lors de son allocution le 16 mars, Emmanuel Macron avait annoncé un confinement d'une durée de deux semaines au minimum. Onze jours plus tard, le Premier ministre Edouard Philippe a pris la parole pour annoncer la prolongation de cette période de deux semaines, jusqu'au 15 avril. Lundi 13 avril, le président de la République s'est adressé une nouvelle fois aux Français et a annoncé le prolongement du confinement jusqu'au 11 mai.

Coronavirus et confinement : ce qui est autorisé, ce qui est interdit

Est-ce que je peux aller travailler ?

Oui, vous pouvez sortir pour aller travailler si votre entreprise n’a pas pu mettre en place le télétravail. Vous devez avoir votre attestation sur vous en cas de contrôle. Le télétravail est vivement recommandé afin d’éviter tout risque de contamination, pour vous et pour les autres.

Est-ce que je peux sortir pour aller faire mes courses ?

Oui, vous pouvez faire des courses "nécessaires" dans les commerces qui sont ouverts. Il s’agit des commerces alimentaires, des pharmacies, des bureaux de tabac, des banques des stations-services… Vous devez avoir votre attestation sur vous en cas de contrôle.

Est-ce que je peux me promener à l’extérieur ?

Non, se promener n’est pas autorisé en période de confinement. Les seules sorties admises sont celles pour promener un chien, mais jamais loin du domicile du propriétaire. Bien sûr les rassemblements pour une promenade collective sont interdits.

Est-ce que je peux aller chez le médecin ?

Oui, vous pouvez vous rendre chez votre médecin ou à l’hôpital pour des soins. Mais attention, les soins "non essentiels" ont été reportés, tout comme les opérations qui ne sont pas urgentes. Les rendez-vous pour des visites de routine annuelles chez un spécialiste par exemple sont interdits.

Est-ce que je peux aller voir mes proches ?

Non, vous ne pouvez pas voir vos proches. Les réunions d’amis et de famille sont interdites en période de confinement. Les seuls membres que vous êtes autorisés à voir sont ceux de votre famille nucléaire, c’est-à-dire les parents, les enfants s’ils habitent chez vous. L’ensemble des événements familiaux comme les mariages ou les anniversaires sont suspendus.

Est-ce que je peux prendre ma voiture ?

C’est compliqué. Vous pouvez prendre votre voiture pour rentrer chez vous ou aller au travail. Vous pouvez également la prendre pour aller faire des courses. Mais c’est tout.

Est-ce que je peux prendre le train ?

Non. Vous devez au maximum éviter de vous déplacer afin de ne pas participer à la propagation du virus. La SNCF a annoncé mardi 17 mars qu’elle allait réduire drastiquement le nombre de trains qui circulent sur le territoire.

Confinement : combien de temps ça va durer ? 

Combien de temps cette situation d'isolement va-t-elle durer dans l'Hexagone ? Emmanuel Macron a prolongé le confinement jusqu'au 11 mai, après un premier mois d'application de ces mesures.

Confinement à domicile : comment ça se passe avec des enfants ?

Comment gérer la garde d’enfants à la maison ?

Le gouvernement a demandé aux entreprises de favoriser au maximum le télétravail, particulièrement pour les parents qui vont devoir rester à la maison avec leurs enfants en raison de la fermeture des établissements scolaires. Si cela n’est pas possible, alors l’employé peut demander un arrêt de travail, qui lui permet de rester chez lui pour garder son enfant, explique le site du service public. Plusieurs conditions sont à respecter : l’enfant doit avoir moins de 16 ans, il doit être scolarisé dans un établissement qui a fermé et un seul des deux parents peut demander cet arrêt de travail.

Comment continuer l’apprentissage de mon enfant sans école ?

Un dispositif de continuité pédagogique a été mis en place par le gouvernement, explique le site du service public. Il permet de maintenir le lien entre le professeur et ses élèves, mais aussi, pour ces derniers, d’avoir accès à des devoirs et des exercices. Il permet également la participation aux classes virtuelles, assure le site du service public.

Confinement : les produits dont vous allez avoir besoin 

Vous devez rester chez vous et sortir au minimum pour faire vos courses. Fini donc les achats au jour le jour, il va falloir stocker pour avoir de quoi faire plusieurs repas. Comment s'organiser ? Vous aurez forcément besoin de certains produits, notamment des aliments secs (pâtes, riz), faciles à cuisiner et faciles à stocker. Pensez également à acheter l'ensemble des produits essentiels à la cuisine et à l'assaisonnement : du sel, du poivre, de l'huile, des épices, de la farine... Pensez également à ce qui est indispensable pour le fonctionnement de votre logement, notamment les produits d'entretien, les piles, les ampoules, le produit vaisselle, la lessive...

Deux semaines, c'est long et, pour s'occuper et occuper ses enfants il va falloir faire preuve d'inventivité. N'hésitez donc pas à vous procurer des jeux de société, mais aussi du matériel informatique qui vous permettra de vous divertir. Films, livres, séries... Vous trouverez forcément de quoi vous occuper et faire en sorte que le temps passe un peu plus vite.

Confinement : faut-il craindre une restriction des connexions mobiles et internet ? 

Les infrastructures vont-elles pouvoir supporter cette très forte affluence, liée au télétravail et à l'école à domicile ? Le président de la Fédération française des télécoms (FFT), Arthur Dreyfuss, appelle à une "responsabilité numérique". Interrogé par franceinfo, il a précisé que les opérateurs télécoms "pourraient avoir besoin de s'adapter" et "prioriser" certains usages pour faire face aux pics de connexions. 

Il va donc falloir s'adapter et changer vos gestes du quotidien. Il vaut mieux se mettre en wifi pour téléphoner, pour travailler, pour communiquer mais aussi pour s'informer. Voici comment optimiser votre box et séparer convenablement outils utiles au télétravail et loisirs numériques.

  1. Optimisez la qualité de votre Wi-Fi en modifiant son emplacement, son environnement ou son paramétrage
  2. Séquencez vos usages : le visionnage en streaming et les visioconférences ne doivent pas se faire simultanément
  3. Dédiez un Wi-Fi à votre poste de télétravail
  4. Ressortez votre câble Ethernet
  5. Pour votre connexion internet, pensez aussi à la 4G
  6. Pour téléphoner, pensez aussi à votre box