Invitée sur le plateau de C à vous lundi soir, Carla Bruni Sarkozy a accepté de revenir sur la polémique née autour du Pingouin, l’une des chansons de son dernier album "Little French Songs".  L’ex-Première dame a également évoqué le documentaire récemment diffusé sur D8.

©AFP

Après avoir donné plusieurs concerts ces derniers jours, Carla Bruni-Sarkozy était lundi soir l’invitée d’Anne-Sophie Lapix dans l’émission C à vous. Interrogée sur la sortie de son dernier album, "Little French Songs", l’épouse de Nicolas Sarkozy a confié qu’elle ne s’attendait absolument pas à ce que l’une de ses chansons provoque un tollé dans la sphère politique. Les paroles du Pingouin semblaient en effet évoquer François Hollande de manière peu flatteuse. Le chef de l’Etat s’était d’ailleurs reconnu dans le texte. "C’est gros, quand même, cette histoire ! ", avait-il même confié à l’un de ses proches. Visiblement peu touchée par cette affaire, Carla Bruni-Sarkozy a ainsi assuré : "Ca m’est égale. Complètement. A un point inimaginable". Et d’expliquer que ce qui compte, "c’est qu’on s’intéresse à mes chansons. Quelque soient les raisons. Bonnes ou mauvaises".

Publicité
"Fière" de son mari "qui sait perdre"Et alors que D8 a récemment diffusé un documentaire consacré aux derniers mois de Nicolas Sarkozy à l’Elysée, de février 2012 au soir de sa défaite face à François Hollande, l’ancienne Première dame a tenu à préciser qu’elle était "très heureuse" de voir que son mari "sait perdre". Selon elle, "perdre si bien, c’est signe d’une belle humanité. Je suis fière". Egalement interrogée sur sa vie en tant qu’épouse de président, l’ancien mannequin a expliqué : "Je suis tombée folle amoureuse d’un type que j’aime, c’est un grand bonheur. Et d’avoir un enfant si tard avec lui, c’est un miracle". Finissant de balayer les critiques dont sa relation avec Nicolas Sarkozy est parfois victime, elle a assuré : "Je ne fais pas semblant". Et lorsque la question du retour en politique de son époux a été évoquée, Carla Bruni-Sarkozy a rapidement clos le sujet : "Je pense que quand on aime quelqu’un, on essaie toujours de se mettre à sa place. Mais pour la vocation (…) je ne me permettrai pas de me mettre à sa place".

Publicité