Dans son livre sur les "Morts mystérieuses de l’Histoire", le docteur Augustin Cabanès s'est penché sur les trépas étranges de certaines personnalités royales. Voici un florilège des plus étonnants.

Napoléon Ier, empereur de France

L’empereur Napoléon Ier est mort en plein exil, emprisonné par les Anglais sur l'île de Sainte-Hélène. À l'annonce de son décès, les Français ont immédiatement cru à une fin violente. Empoisonnement, fusillade, saut imposé dans un précipice, suicide... Toutes les hypothèses ont été abordées.

En réalité, Napoléon Bonaparte a été victime d'une longue maladie. Le premier symptôme a été un "œdème au membre inférieur" survenu en 1817, suivi de douleur et de "pesanteur" au niveau de l'abdomen. Cela a fait pencher les médecins pour une affection du foie, une hépatite précisément. L'empereur rechignait à prendre ses remèdes, arguant qu'il fallait laisser "la vie se défendre".

Publicité
En 1820, il se plaignait de ressentir comme "un coup de canif" sous le sein. C’était le signe, selon l’auteur, d’une "lésion de l'estomac", un cancer dans ce cas. L'empereur amaigri, livide, crachant un sang noir et puant, était condamné : il est mort le 5 mai 1821.

 

Publicité