Les pièges des compagnies low costIstock
Les compagnies aériennes low cost ont des tarifs alléchants, parfois irrésistibles. Mais elles facturent aussi au prix fort des services (bagages, navettes, assurances, frais bancaires) qui font gonfler la note ! Les pièges à éviter pour voyager vraiment moins cher.
Sommaire

1. Low cost : les meilleurs tarifs pas souvent disponibles

Le 39€ pour un Paris-Amsterdam ou un 29€ pour un Paris-Londres sont des prix d'appel. Ils sont réellement disponibles (sinon ce serait de la publicité mensongère, condamnable), mais il s'agit généralement d'un prix hors frais (paiement carte bancaire, bagages...) et le nombre de sièges d'avion vendus à ce prix est limité, de 10 à 25 sièges sur 180 à 200 places.

Que faire : réservez 3 à 4 mois l'avance pour prévoir le meilleur prix. Les compagnies privilégient les réservations à long terme, qui leur permettent d'assurer une trésorerie.

Un conseil : pour vous aider, des comparateurs de prix (www.lowcost.fr, www.skyscanner.net) indiquent les billets les moins chers, taxes incluses.

2. Low cost : des assurances voyages chères et peu utiles

Sur Ryanair ou Easyjet, elles sont intégrées d'office lors de la commande et coûtent en moyenne entre 9 et 16€. Des frais rarement utiles, car faire jouer l'assurance annulation n'est possible qu'en cas d'empêchement contraint et forcé, si vous êtes sur un lit d'hôpital au moment de prendre votre vol par exemple. Si votre avion ne décolle pas, il est souvent précisé que l'assurance ne fonctionne que si le retard est imputable à la compagnie... qui peut se déresponsabiliser en évoquant les conditions climatiques.

Que faire : Vérifiez avant de payer que vous avez « décoché » la case assurance.

3. Low cost : enregistrement en ligne ou à l'aéroport ?

Sur le site, lors de votre commande, on vous demande un enregistrement en ligne ou à l'aéroport. Par enregistrement, comprenez renseignement de votre identité.

Que faire : C'est obligatoire avant de prendre l'avion. Privilégiez toujours l'enregistrement en ligne gratuit le plus souvent. Mais certaines compagnies comme Ryanair vous le font payer au guichet de l'aéroport : 5€ par vol et par personne. Oubliez les services de réservation par téléphone dont les numéros sont surtaxés.

Un conseil : N'oubliez pas votre carte d'embarquement imprimé à partir du site. Elle vous évitera de perdre du temps.

4. Low cost : paiement en ligne, gare aux frais bancaires !

Pas de chèque, ni d'espèce. On paie en carte bancaire... et son utilisation est facturée : 5€ chez Ryanair par passager et par vol si vous sortez votre carte Visa ou MasterCard, 8.25€ minimum chez Easyjet pour les cartes Visa, Mastercard, American Express, Diner's Club. Si vous dépassez 220€ de commande, comptez 2.75€ de frais de dossier + 2.5% prélevé sur la valeur totale de la transaction (Easyjet).

Que faire : C'est légal puisqu'annoncé avant paiement. Les compagnies font ainsi assumer à leurs clients la totalité de leurs charges, y compris leurs frais bancaires. Seules cartes intéressantes ici : la Visa Electron ou la Carte Bleue nationale qui n'entraînent aucun frais.

5. Low cost : bagages facturés jusqu'à 25 euros pièce !

L'un des pièges les plus coûteux : les bagages. Chaque passager a le droit d'emporter gracieusement un bagage à main standard dont les dimensions ne doivent pas dépasser 55x40x20(cm) avec un poids limité à 10kg (Ryanair).

Pour les bagages en soute, ça se complique ! Chez Easyjet, il est possible d'enregistrer jusqu'à 8 bagages avec un poids maximum de 20kg, et chez Ryanair 3 bagages pour 15kg. Mais à des prix abusifs : de 9€ à 15€ le bagage. Les équipements sportifs ou autres objets encombrants sont facturés 25€ l'un. Seule la poussette est transportée gratuitement.

Que faire : Voyagez léger et payez en ligne. A l'aéroport, le bagage est facturé deux fois plus cher.

6. Low cost : des navettes d'aéroport qui coûtent cher

Avant de valider votre commande, vérifiez la situation des aéroports de départ et d'arrivée. Pour vous y aider, trois lettres sont très souvent indiquées : Paris (BVA) pour l'aéroport de Paris Beauvais, Londres (STN) pour Stansted... Tous à près d'une heure des métropoles.

Que faire : Si vous ne pouvez pas vous faire déposer, sachez que les navettes qui mènent à ces aéroports mal desservis coûtent chères : environ une quinzaine d'euros l'aller simple. Pour éviter la mauvaise surprise, pensez à ajouter une trentaine d'euros à la note.

Un conseil : réservez la navette en ligne au moment de la réservation. L'accès à son bord n'étant pas toujours garanti.

7. Low cost : restauration à bord, des tarifs exorbitants !

Ne vous leurrez pas. Pour le prix, les services sont réduits. Pas de film et encore moins de plateau repas à bord. Au contraire ! De la bouteille d'eau aux cacahuètes, tout est payant et revient cher ! Une étude du magazine britannique « Which ? Holiday » de décembre 2008 a passé en revue cinq compagnies aériennes low cost. Constat : c'est Ryanair qui exerce les tarifs les plus élevés avec la bouteille d'eau et la tasse de café à 2.62€ et la bouteille de vin à 5.26€.

Que faire : Pour éviter de doubler la note, n'oubliez pas d'emporter votre paquet de gâteaux et une bouteille d'eau. C'est autorisé.

8. Low cost : l'option "embarquement express" inutile

Pas de place numérotée à bord. Du coup, certaines compagnies proposent un service supplémentaire : l'embarquement « express » (ou « Speedy Boarders) qui garantit d'être parmi les premiers à bord. Le service a un prix : de 2 à 14€ le trajet en fonction de l'aéroport de départ.

Que faire : Pas très intéressant car aucune place n'est plus confortable qu'une autre et surtout rien n'est sûr. Dans les petites notes est spécifié que « si vous devez aller jusqu'à l'avion en bus, la compagnie ne garantit pas que vous serez le premier à descendre du bus. ».

Pensez à décocher cette option car elle est parfois sélectionnée par défaut lors de l'achat en ligne.

9. Low cost : tous les services payants

Là où les compagnies régulières proposent la gratuité, certaines low cost facturent tout. Vous avez très envie de vous reposer dans un salon à l'aéroport ? Easyjet propose un accès à un salon spécial à l'aéroport de Londres Luton. Confortable mais cher : 27€ l'entrée.

Vous désirez modifier votre réservation, ajouter un bagage ou un embarquement express, signaler le transport d'un équipement sportif ou d'un matériel de puériculture ? Sachez que chaque changement même longtemps à l'avance entraîne des frais : 25€ par passager et par vol chez Ryanair.

Vous désirez voyager avec votre bébé ? Ryanair accepte que vous le preniez sur les genoux pour 20€.

10. Low cost : les services gratuits

Oui, ils existent ! Toutes les compagnies proposent la mise à disposition d'un fauteuil roulant pour les personnes à mobilité réduite. Sa nécessité doit être mentionnée à la réservation. Les transporteurs limitant le nombre de « passagers spéciaux » pour des raisons de sécurité. Autre possibilité : les personnes malades peuvent transporter, en présentant un certificat médical, jusqu'à 5kg de médicaments ou d'équipement en plus de leurs bagages, sous réserve de les transporter dans un seul sac.

Un moins : pas de service « enfant non accompagné ». Aucune compagnie low-cost n'accepte de faire voyager des enfants de moins de 14 ans sans adulte responsable.