INTERVIEW. Pour optimiser vos droits à la retraite, "il ne suffit pas de raisonner en trimestres acquis", assure Dominique Prévert, associé du cabinet spécialisé Optimaretraite. De quelles manières pouvez-vous alors liquider vos droits dans les meilleures conditions financières ? Réponses de l'expert.
Retraite à taux plein, complète : quelles différences et quelles incidences ?IllustrationIstock

"Atteindre ou non le nombre suffisant de trimestres pour jouir d’une retraite à taux plein n’est pas l’essentiel." Ce rappel de Dominique Prévert, associé du cabinet spécialisé Optimaretraite, est primordial pour déterminer votre date de départ à la retraite. En effet, très souvent, les néo-retraités raisonnent en termes de retraite "complète", "à taux plein" ou encore "entière". Or, s’ils pensent que cela permet de déterminer le meilleur moment pour liquider leurs droits dans les meilleures conditions financières, en réalité, il n’en est rien. Comme tout manque d'anticipation, de mauvaises informations ou calculs erronés peuvent avoir de lourdes incidences sur votre future pension. Il est donc important de revenir sur les notions de base.

Une retraite complète n’est pas synonyme de taux plein

Il convient de ne pas confondre certains éléments. Lorsqu’on évoque une retraite complète, on imagine qu’elle correspond au taux plein, qui est "le taux maximal de 50 % pour la pension de base du régime général, sans minoration", détaille l'expert. On pense ainsi qu’il n’y aura pas non plus de minoration sur la pension complémentaire Agirc-Arrco. Pourtant, "il est possible d’atteindre le taux plein sans avoir le bon nombre de trimestres", explique-t-il : obtenir le taux plein automatique à 67 ans par exemple, ne signifie pas qu’un actif a validé l’ensemble de ses trimestres. De même si l’on part au titre de l’inaptitude au travail ou si l’on a cotisé dans un régime autre que celui des salariés ou à l’étranger. Dans ces situations, malgré le taux plein, la pension de base est tout de même affectée par une proratisation et n’est donc pas "complète". Un malus de 10% peut aussi s’appliquer pendant trois ans sur la complémentaire, si vous ne reportez pas votre départ d’un an à partir du taux plein.

De quelle manière faut-il alors réfléchir ?

En participant à notre grand jeu de l'été, remportez des chèques cadeaux d'une valeur de 500 € et un mois gratuit à notre offre de divertissement Hedony !

Vidéo : Retraite : comment estimer le montant de votre pension ?

Cet article vous a intéressé ?

Découvrez encore plus d'actualités,
en vous abonnant à la newsletter de Planet.

Votre adresse mail est collectée par Planet.fr pour vous permettre de recevoir nos actualités. En savoir plus.