Le MIT a créé des matériaux imprimés en 3D capables de détecter leurs propres mouvements. Grâce à des canaux remplis d'air, des capteurs peuvent relever les changements de pression et déterminer les déformations de la structure.
Des matériaux programmables qui détectent leurs propres mouvements

Des chercheurs du Computer Science & Artificial Intelligence Lab (CSAIL) du MIT (Massachusetts Institute of Technology) viennent de mettre au point des « matériaux architecturés » capables de détecter leurs propres déformations. Ces matériaux sont des structures imprimées en 3D et considérées comme programmables car il suffit de changer légèrement la géométrie pour modifier certaines propriétés, comme la rigidité ou la solidité.

Dans leur article publié dans la revue Science Advances, les chercheurs décrivent leur technique d’impression en 3D DLP (Digital Light Processing) avec une résine photopolymère qui durcit au contact de la lumière. Ils ont ainsi pu créer une structure complexe dont tous les éléments sont creux. Lorsqu’elle se déforme, l’air est chassé et mesuré par un capteur de pression.

Une avancée pour la robotique molle

Ils ont utilisé cette technique pour créer une plateforme robotique molle avec quatre degrés de liberté,...