Fournitures scolaires : comment éviter les arnaques sur InternetIstock
La rentrée scolaire arrive et avec elle les achats de fournitures. Si la plupart des Français vont acheter en grande surface, c'est aussi l'occasion de faire ses courses sur Internet pour éviter les longues files d'attente. Comment éviter les arnaques sur internet ? Planet vous rappelle les bonnes pratiques à avoir.

Avec l’inflation, le coût de la rentrée scolaire augmente : selon une étude de l’Institut Générations & Co menée en juin 2022,  sur 775 parents d’enfants de plus de 3 ans, il devrait s’élever à 516 euros par enfant, tous âges confondus. Le plus grand écart concerne les fournitures scolaires : 91 euros en 2022, contre 80 euros en 2021. Si 75% des parents déclarent faire leurs achats en grande surface pour les fournitures et le cartable, la tentation de saisir de bonnes affaires sur internet est grande… et le risque de s'y faire piéger par des arnaqueurs aussi. « Les fraudes liées aux achats en ligne et les vols d'identité sont en forte augmentation, et les hackers deviennent de plus en plus ingénieux pour arriver à leurs fins », observe dans un communiqué Daniel Markuson, expert en confidentialité numérique chez le prestataire de réseau privé virtuel NordVPN.

Les hackers en forte augmentation

Pour éviter de se faire piéger (dans le cadre d’achat de fournitures mais aussi de tout autre achat), quelques bonnes pratiques sont à remettre au jour. Le premier réflexe serait d’aller sur les sites déjà connus, où des achats ont déjà été effectués en bonne et due forme. Attention à l’adresse URL : certaines ressemblent, à une lettre ou à une faute près, à l’orthographe d’un vrai site. Rien qu’en juillet 2022, près de 1.000 noms de domaines frauduleux français (avec .fr à la fin) ont été déposés et rappellent le nom de grandes marques : par exemple « aliecpress » pour Aliexpress, « castortama » au lieu de Castorama etc. Passer le curseur de la souris sur le lien sans cliquer dessus permet de débusquer l’erreur. De plus, si le « s » au bout du « https » précédant l’URL a longtemps été un indicateur de sécurité, ce n’est plus forcément le cas aujourd’hui : selon l’expert en cybersécurité PhishLabs, de plus en plus de hackers utilisent ces certificats pour tromper la vigilance des internautes et leur faire croire qu’ils sont sur un site sécurisé. Pour se faire une idée de la fiabilité d’un site, il est possible d’aller recueillir des avis sur des sites spécialisés, comme Avis Vérifiés ou TrustPilot.

Pour finir, il est aussi conseillé de regarder du côté de son compte en banque : Daniel Markuson de NordVPN préconise par exemple d’avoir un compte séparé, avec de petites sommes consacrées aux achats sur Internet (comme les fournitures scolaires), voire une carte de crédit distincte. Il est aussi possible de surveiller régulièrement son compte en banque pour voir s’il n’y a pas de mouvements suspects, et de faire opposition auprès de sa banque le cas échéant. Attention également aux affaires trop belles pour être vraies : des prix ridiculement bas sont en général le signe d’une arnaque.