Dans 131 pays, Google a décidé de lever le secret sur les données de géolocalisation pour que les scientifiques et les gouvernements puissent suivre l'épidémie de coronavirus et constater l'efficacité du confinement.
Google partage les données de localisation des utilisateurs pour lutter contre le coronavirus

À l’instar d’Orange, en France, et d’autres opérateurs à travers la planète, Google peut suivre à la trace ses millions, voire milliards d’utilisateurs. Comment ? Tout simplement grâce à la puce GPS de leur smartphone, liée à l’utilisation de Google Maps, son application de géolocalisation. Un « tracking » qui devient aujourd’hui un outil essentiel pour les chercheurs, les médecins et les scientifiques pendant cette crise du coronavirus, et Google a annoncé qu’il avait décidé de partager les données de ses utilisateurs dans 131 pays et cela représente des milliards de smartphones !

Cela représente une énorme masse de population. À partir d’aujourd’hui, Google donne accès à tous à des analyses sur les déplacements des personnes (« COVID-19 Community Mobility Reports »), et sur les premiers résultats des mesures pour lutter contre la pandémie, qu’il s’agisse du confinement, du télétravail ou encore de l’interdiction de...

Faites une action inoubliable : en savoir plus sur le leg Unicef