Certains ont eu l'heureuse occasion de partir à la retraite avant le début de l'année 2022. Compte tenu des incertitudes à venir, ont-ils eu raison ?
Sommaire

Eric Zemmour, Valérie Pécresse, Emmanuel Macron… De nombreuses figures - déclarées ou non - de l’élection présidentielle 2022 prônent le report de l’âge légal de cessation d’activité. D’aucuns envisagent d’ailleurs une transformation plus conséquente encore de notre système de solidarités inter-générations. De quoi inquiéter bien des pré-retraités qui s’apprêtaient en effet à liquider leurs droits ? Probablement : les périodes d’incertitudes ont en effet tendance à provoquer en masse les fins de parcours professionnels. Les statisticiens enquêtant sur ces phénomènes parlent de "vagues". La première d’entre elles a d’ailleurs été observée en 2003, informe La Gazette des Communes sur son site. 

D’autres ont suivi, en 2006, en 2007 et en 2008. Quid de 2021 ? La possible réélection d’Emmanuel Macron implique un potentiel retour en force de son projet. C’est en tout cas ce qu’espèrent ses soutiens. Lui s’est montré plus ambigu. "Dès 2022, il faudra prendre des décisions claires. Elles feront l’objet de débats démocratiques. Il faudra travailler plus longtemps en repoussant l'âge légal, supprimer les régimes spéciaux, harmoniser les régimes publics et privés, offrir une pension minimale de 100 euros, aller vers plus de liberté, encourager ceux qui veulent travailler au-delà de l’âge légal", a-t-il ainsi déclaré, rappelle Le Nouvel Observateur

Retraite : fallait-il partir avant 2022 ?

La propension des candidats souhaitant repousser l’âge de départ à la retraite doit-elle justifier un départ anticipé ? Fallait-il partir avant 2022 ? "A l’approche d’une réforme, il est parfois pertinent de précipiter son départ à la retraite. Ce n’est pas toujours nécessaire, cela étant", indique l’économiste Philippe Crevel, pour qui la situation actuelle n’appelle pas nécessairement à l’urgence. Toutefois, les plus inquiets ont tout de même à se dépêcher…  car nul ne pourra, une fois à l’Elysée, ignorer bien longtemps la question. Explications.

Cet article vous a intéressé ?

Découvrez encore plus d'actualités,
en vous abonnant à la newsletter de Planet.

Votre adresse mail est collectée par Planet.fr pour vous permettre de recevoir nos actualités. En savoir plus.