Suspecté dès 2003, Michel Fourniret a toujours nié son implication dans la disparition d'Estelle Mouzin, mais les enquêteurs n'ont jamais rayé son nom du dossier. Pendant 17 ans, de petits éléments ont permis de remonter sa piste, jusqu'à ses aveux il y a quelques mois.
Estelle Mouin : lettre, ticket de caisse… 17 ans de doute autour de Michel FourniretAFP

Il a fini par avouer, mais le mystère n’est pas encore levé. En mars 2020, Michel Fourniret a reconnu l’enlèvement et le meurtre d’Estelle Mouzin, disparue à Guermantes (Seine-et-Marne) en janvier 2003 alors qu’elle rentrait de l’école. Les aveux de l’Ogre des Ardennes ont été un nouveau rebondissement dans un dossier qui en a connu plusieurs mais qui n’a pas encore eu droit à son point final. Avec le phrasé qui lui est habituel, Michel Fourniret a reconnu devant la juge Sabine Khéris, "un être qui n’est plus là par [sa] faute" après avoir regardé une photographie d’Estelle Mouzin.

Affaire Estelle Mouzin : Michel Fourniret soupçonné dès 2003

Malgré ces aveux, que le père de la victime prend avec du recul, une question demeure en suspens : où se trouve son corps ? C’est pour y répondre que les enquêteurs ont débuté lundi 22 juin des fouilles de grande ampleur dans deux propriétés ayant appartenu à Michel Fourniret. Ils se sont d’abord intéressés à la petite maison de Ville-sur-Lumes (Ardennes), vide de tout habitant au moment des faits. Des recherches au Château du Sautou, où l’Ogre des Ardennes a vécu pendant deux ans, sont également en cours.

Les forces de l’ordre et la justice mettent tout en œuvre pour retrouver la dépouille d’Estelle Mouzin et pouvoir clore ce dossier, ouvert il y a déjà 17 ans. Les enquêteurs savent qu’ils sont dans une course contre la montre avec Michel Fourniret, atteint d’une maladie dégénérative qui affecte sa mémoire. S’il n’avoue que maintenant, Michel Fourniret a pourtant été soupçonné de l’enlèvement de la fillette dès les débuts de l’affaire, en 2003. Pendant 17 ans, l’intuition des enquêteurs sur son implication s’est heurtée à un alibi de poids, soutenu par son épouse Monique Olivier. Retour sur une longue enquête, dont l’Ogre des Ardennes n’a jamais été bien loin.

Faites une action inoubliable : en savoir plus sur le leg Unicef

Cet article vous a intéressé ?

Découvrez encore plus d'actualités,
en vous abonnant à la newsletter de Planet.

Votre adresse mail est collectée par Planet.fr pour vous permettre de recevoir nos actualités. En savoir plus.