Démarchage téléphonique : les 5 questions à poser pour éviter les arnaques
Le démarchage téléphonique est l'un des outils préféré des escrocs. Et ces derniers savent très bien comment vous convaincre. Pour éviter de tomber dans leur panneau, voici les questions qu'il faut absolument poser si des prospecteurs vous appellent.

Depuis le 1er avril, de nouvelles règlesencadrent les pratiques controversées du démarchage téléphonique. Leur but ? Protéger le consommateurs des arnaques. Car au téléphone, on peut vite se laisser convaincre par les offres alléchantes ou les discours alarmistes de n’importe quel démarcheur, qui peut s’avérer, en réalité, un véritable escroc. 

Profitant de votre crédulité, l’arnaqueur vous fera souscrire à un service, souvent fictif, dans l’unique but de vous soutirer de l’argent.

Désormais, donc, les démarcheurs doivent impérativement  :

  • "Demander l’accord explicite du client potentiel dès le début de la discussion et mettre fin à l’appel si l’interlocuteur déclare son opposition". Dans ce cas, le courtier en assurance ne pourra plus rappeler ce client.
  • "Vérifier que, si la personne appelée est déjà couverte par un contrat identique à l’objet du démarchage, ce contrat peut être résilié en cas de souscription de celui qui lui est proposé"
  • "Envoyer tous les documents afférents au contrat avant de le conclure et vérifier leur bonne réception"
  • "Attendre 24 heures avant la signature du contrat"
  • "Recueillir une signature électronique ou manuscrite (un accord oral ne suffit pas)"
  • "Envoyer tous les documents relatifs à la signature du contrat, ses dates de validité et ses modalités de résiliation"
  • "Conserver pendant deux ans l’enregistrement de l’échange téléphonique ayant conduit à la transaction, de façon à fournir une preuve en cas de contestation, et veiller à la sécurité de cet enregistrement".

Ambiguité, ruse... Comment les démarcheurs téléphonique profitent de vous

Souvent, les victimes de ces escroqueries “n’ont même pas conscience qu’elles sont en train de souscrire un contrat”, explique Flor Gabriel,  Directrice adjointe du contrôle des pratiques commerciales de l’Autorité de contrôle prudentiel et de résolution (ACPR), au magazine Pleine Vie.

Il faut dire que les démarcheurs ne reculent devant aucune ruse pour arriver à leurs fins. 

“Souvent, l’opérateur est ambigu”, poursuit Flor Gabriel. “Il se présente comme la mutuelle du client ou la Sécurité sociale, ou explique qu’il souhaite effectuer une ‘mise à jour de dossier’. L’objectif est de créer un climat de confiance, afin que l’interlocuteur ne se méfie plus”. Les démarcheurs n'hésitent pas non plus à jouer sur vos peurs, ou à utiliser diverses ruses pour vous faire signer un contrat sans votre consentement

Difficile, donc, de s’en sortir et de différencier la fraude du service légitime, surtout au téléphone. 

Il existe toutefois des réflexes à avoir, pendant votre conversation, afin de vous assurer qu’il ne s’agit pas d'une pratique abusive. 

Découvrez dans notre diaporama les 5 questions qu’il faut poser à votre interlocuteur. 

Demandez l’identité de la société à l’origine de l’appel

1/5
Demandez l’identité de la société à l’origine de l’appel

Si vous avez un doute, demandez des précisions sur la société qui vous démarche. Si l’interlocuteur vous dit qu’il s’agit d’une assurance, renseignez-vous sur leur numéro de SIRET, par exemple, pour vérifiez qu’il s’agit d’une entreprise légitime. Vous pouvez également demander le nom du site web de l’entreprise, et vous y rendre pour analyser s’il s’agit d’une plateforme officielle.

Demandez des précisions sur l’offre proposée

2/5
Demandez des précisions sur l’offre proposée

Lorsque l’on vous propose une offre par téléphone, il faut redoubler de vigilance. Posez de nombreuses questions sur celle-ci : le prix, les taxes, la durée du contrat, les garanties associées, les conditions de résiliation, le délai de rétractation (il est de 14 jours selon la loi) et la liste des services proposés. Plus vous demanderez de précisions, plus le démarcheur frauduleux va se décourager, ou devenir de plus en plus ambigu. Au contraire, s’il s’agit d’une compagnie légitime, on sera en mesure de vous fournir de nombreuses informations, que vous pourrez ensuite vérifier.  

Demandez un délai de réflexion

3/5
Demandez un délai de réflexion

Si l’offre vous intéresse, et même si votre interlocuteur vous presse, vous êtes en droit d’exiger un délai de réflexion. Si la personne à l’autre bout du fil vous explique que ça n’est pas possible : raccrochez, il s’agit probablement d’une fraude.

Exigez que des documents vous soient envoyés

4/5
Exigez que des documents vous soient envoyés

Ne communiquez pas votre IBAN par téléphone ! Si l’offre vous intéresse, exigez d’abord que l’on vous envoie les documents (description de l’offre, contrat à signer…) par mail ou par courrier. 

Voir la suite du diaporama

Exigez une signature électronique ou manuscrite

5/5
Exigez une signature électronique ou manuscrite

Depuis le 1er avril, une signature électronique ou manuscrite est obligatoire en cas de contrat établi via un démarchage téléphonique. Précisez-le à votre interlocuteur afin de lui faire comprendre que vous êtes au courant de vos droits.