La trace de Delphine Jubillar a été perdue à quelques centaines de mètres de son domicile. Selon les avocats de son mari, un homme a croisé une femme cette nuit-là et sa description pourrait correspondre à celle de la disparue. Ce que l'on sait.
Delphine Jubillar aperçue en pleine nuit ? Le témoignage qui sème le douteAFP
Sommaire

Toutes les pistes ont-elles été refermées ? C’est la question que posent les avocats de Cédric Jubillar, mis en examen pour "homicide volontaire par conjoint", dans l’affaire autour de la disparition de sa femme Delphine. Cette dernière n’a plus donné signe de vie depuis la nuit du 15 au 16 décembre 2020 alors qu’elle passait la soirée chez elle, avec son mari et leur fils de six ans. Après six mois d’investigations, les enquêteurs estiment avoir cumulé suffisamment d’éléments les orientant vers le trentenaire, qui est la dernière personne à avoir vu sa femme en vie. Placé en détention provisoire, il continue de nier toute implication.

Affaire Jubillar : un travail "uniquement déclaratif" ?

L’interpellation de Cédric Jubillar a été un rebondissement dans cette affaire, mais les gendarmes l’ont préparé longuement, selon ce qu’a expliqué le procureur de la République de Toulouse. Lors d’une conférence de presse donnée le 18 juin dernier, il a en effet précisé que toutes les autres pistes possibles avaient été refermées avant le placement en garde à vue du mari de Delphine Jubillar.

Plusieurs hypothèses étaient en effet évoquées au début de l’affaire, notamment celle d’un départ volontaire ou d’une mauvaise rencontre. Pour les enquêteurs et les magistrats instructeurs, la jeune mère de famille n’avait aucune raison de quitter volontairement son domicile, alors qu’elle avait pour projet de commencer une nouvelle vie, après avoir quitté son mari. En ce qui concerne la mauvaise rencontre, les gendarmes ont interrogé différents hommes, dont beaucoup ne connaissaient pas la jeune femme mais sont inscrits au fichier judiciaire automatisé des auteurs d’infractions sexuelles et violentes.

Interrogée par Le Parisien, Me Emmanuelle Franck, une des avocates de Cédric Jubillar, regrette un travail "uniquement déclaratif" des gendarmes auprès de ces personnes. "On ne vérifie pas le véhicule qu’elles possèdent, la géolocalisation de leur téléphone cette nuit-là". Selon elle, une piste sérieuse a été avancée par un témoin, qui pense avoir croisé la route de Delphine Jubillar à six heures du matin le 16 décembre…

Venez vous divertir autrement sur Hedony : Livres, jeux en ligne, cours en ligne et bien plus encore ! Profitez de 30J d'essaie gratuit

Cet article vous a intéressé ?

Découvrez encore plus d'actualités,
en vous abonnant à la newsletter de Planet.

Votre adresse mail est collectée par Planet.fr pour vous permettre de recevoir nos actualités. En savoir plus.