Alors que la campagne de déclaration de revenus a débuté, l'administration fiscale alerte sur plusieurs arnaques en cours qui peuvent survenir durant la déclaration de vos revenus. Découvrez les trois escroqueries dont vous devez vous méfier.
Impôts : les 3 arnaques à déjouer quand vous déclarez vos revenusIstock
Sommaire

Attention à ces arnaques pendant la déclaration de revenus. Alors que la campagne de déclaration de revenus a débuté ce depuis le lancement de la campagne le 7 avril dernier, la Direction générale des finances publiques a mis en garde les contribuables contre certaines arnaques. “Actuellement diverses escroqueries se diffusent en usurpant l'identité de la Direction générale des Finances publiques (DGFiP)”, alerte sur son site l’administration fiscale. 

1 - Arnaque au numéro surtaxé affiché sur internet

Le service des impôts alerte avant tout sur certains sites internet qui renvoient vers des numéros surtaxés frauduleux (en 0 899…ou  0891...) pour joindre les centres des Finances publiques. La DGFiP assure que joindre les Centres des finances publiques est gratuit et explique “mettre tout en œuvre pour les faire fermer”. Si vous souhaitez contacter les services des renseignements fiscaux pour particuliers au sujet de votre déclaration de revenus pour connapitre les cases à cocher, le fisc rappelle que les numéros à utiliser sont

  • soit des numéros de téléphone ordinaires d'appels locaux (en 01, 02, 03, 04 ou 05), qui sont ceux des centres des Finances publiques ;
  • soit le numéro unique non surtaxé (prix d'un appel local) : 0 809 401 401.

2 - Usurpation de l'identité de la DGFiP auprès des entreprises

La DGFiP alerte également sur des escroqueries par courriel avec “parfois de faux formulaires en pièce jointe” qui ont pour but “d'usurper les adresses électroniques de la DGFiP”  et qui “visent particulièrement les entreprises”. La DGFiP invite à être très vigilants quant au contenu des messages que vous recevez et donne les différents signes et détails qui peuvent révéler qu'il s'agit d'un message frauduleux

  • fautes d'orthographe ou de syntaxe
  • demandes d'informations détaillées sur l'entreprise ou de ses coordonnées bancaires

Au moindre doute sur l’origine de ce message, il ne faut surtout pas répondre. Afin de vérifier son origine, la DGFiP précise que vous pouvez avoir accès à l'adresse électronique de votre service des impôts des entreprises (SIE) sur vos avis d’imposition ou sur la page contact de son site. 

3 - Arnaque aux faux ordres de virement

La troisième escroquerie sur laquelle alerte le fisc sont les arnaques aux faux ordres de virement visant particulièrement les entreprises et qui “poussent un salarié à effectuer un virement bancaire sur un compte frauduleux, en usurpant l'identité du véritable créancier”. Les salariés qui déclarent leurs revenus sont le plus souvent contactés par “courrier, téléphone ou mail”. Ces fraudeurs privilégient l’envoi de mails qui “comprennent des RIB frauduleux en pièce jointe”. Le salarié est ainsi invité à “effectuer un virement sur des relevés d’identité bancaires frauduleux”.  Selon le site impots.gouv.fr, il existe plusieurs types de fraude aux ordres de virement :

  • la fraude au changement de RIB via une usurpation d'identité
  • la “fraude au président / ministre”
  • la fraude au “faux technicien informatique”

Faux ordres de virement : comment les reconnaître ?

Afin de reconnaître ce type d’escroquerie, la DGFiP donne une nouvelle fois des astuces pour ne pas se faire piéger et savoir repérer les éléments suspects :

  • l'interlocuteur est inhabituel 
  • la demande est inhabituelle dans son contenu (demande de virement à l'international, changement de coordonnées...) 
  • la forme de la demande est inhabituelle (incohérence, fautes d'orthographe ou de syntaxe, adresse de messagerie très proche de l'adresse habituelle mais néanmoins différente...).
Cet article vous a intéressé ?

Découvrez encore plus d'actualités,
en vous abonnant à la newsletter de Planet.

Votre adresse mail est collectée par Planet.fr pour vous permettre de recevoir nos actualités. En savoir plus.