De plus en plus d'escrocs ont recours à l'arnaque au RIB pour détrousser leurs victimes. Comment cela fonctionne-t-il ?
Arnaque au RIB : virement, téléphone, mail... Tout ce dont il faut se méfier

Attention, les escrocs continuent à développer de nouvelles stratégies. De plus en plus d’entre eux s’essayent désormais à l’arnaque au RIB pour dépouiller leurs victimes. Si ce mode opératoire s’avère particulièrement efficace contre les entreprises, il ne l’est pas beaucoup moins contre les particuliers, aussi nul n’est véritablement protégé contre ce type de fraude. Soyez vigilants si vous ne voulez pas en faire l’objet. Certains ont d’ores et déjà perdu beaucoup, explique La Dépêche, qui s’attarde sur le cas d’un agriculteur de la Sarthe dont le portefeuille a été subitement allégé de 3 300 euros… Pour ne pas vous faire avoir, retrouvez dans notre diaporama quelques conseils susceptibles de vous permettre d’éviter l’arnaque.

Arnaque au RIB : quel est le mode opératoire des escrocs ?

Dans le détail, poursuivent nos confrères, le mode opératoire des fraudeurs repose avant tout sur le hack de la boîte mail de la victime initiale, le plus souvent une entreprise. Cela leur permet d’intercepter une ou plusieurs factures non réglées, la ou lesquelles seront alors truquées. L'identité bancaire du receveur est substituée par celle des voleurs, indique Midi Libre

Souvent, cela suffit à flouer les payeurs les moins attentifs, qui règlent la somme demandée et n’apprennent qu’après coup qu’ils ont fait l’objet d’une arnaque… l’argent n’étant jamais arrivé sur le compte de l’entreprise à laquelle ils ont pu faire appel. Le plus souvent au moment de la réception d’une relance de paiement que le stratagème est mis à jour.

1 - Prêtez attention à l’adresse de la banque

1/6
1 - Prêtez attention à l’adresse de la banque

Pour ne pas se faire avoir par une arnaque au RIB, il faut prêter attention à un certain nombre de détails importants, informe Challenges sur son site. Le premier d’entre eux, c’est l’adresse de la banque inscrite sur le RIB communiqué. Quand elle est à l’étranger, ou simplement si elle s’avère surprenante, il apparaît légitime de demander confirmation à l’expéditeur.

2 - Prêtez attention à l’adresse mail de l’expéditeur

2/6
2 - Prêtez attention à l’adresse mail de l’expéditeur

Deuxième élément auquel il faut se montrer attentif : l’adresse de l’expéditeur. Il arrive parfois qu’elle change entre un mail et un autre… de façon plus ou moins subtile. C’est régulièrement le signe que l’on cherche à vous arnaquer. En outre, toute demande de règlement urgent doit éveiller l’attention. 

3 - Préférez l’échange de données bancaires en face à face

3/6
3 - Préférez l’échange de données bancaires en face à face

Pour éviter d’être la cible de telles arnaques, informe l’UFC-Que Choisir, le plus simple consiste encore à privilégier les échanges de coordonnées bancaires en face à face ou oralement. Méfiez-vous donc des courriers et vérifiez scrupuleusement les informations précédemment évoquées.

4 - Renseignez-vous sur la banque du professionnel

4/6
4 - Renseignez-vous sur la banque du professionnel

N’hésitez pas, avant de conclure l’opération, à vous renseigner sur la banque chez laquelle l’entreprise à qui vous avez fait appel a décidé de se domicilier. Ce faisant, vous pourrez aisément confirmer les informations du mail que vous recevrez ensuite. Pensez également à prévenir le professionnel avant la réalisation du virement.

5 - En cas de doute, interrogez l’entreprise

5/6
5 - En cas de doute, interrogez l’entreprise

Vous rencontrez le moindre doute ? La première chose à faire est bel et bien d’interroger le professionnel auquel vous avez fait appel… Avant de procéder au virement. Il n’y a pas de mal à poser une question dès lors qu’il s’agit d’éviter une arnaque. Après avoir procédé au virement, assurez-vous d’alerter l’entreprise et demander confirmation du versement dès la réception de ce dernier.

6 - Que faire en cas de problème ?

6/6
6 - Que faire en cas de problème ?

Malheureusement, se faire rembourser apparaît très complexe dans le cadre  d’une arnaque au RIB. Il faut évidemment contacter sa banque, mais cette dernière se montrera probablement réticente à vous dédommager, insiste l’UFC-Que Choisir. Il est tout à fait possible d’engager un rappel de fonds mais c’est généralement peu efficace.

Osons parler d'obsèques ! Conférence en ligne jeudi 2 juin à 15 heures. Olivier Noel, expert en gestion de patrimoine depuis plus de 20 ans répondra à toutes vos questions !

Cet article vous a intéressé ?

Découvrez encore plus d'actualités,
en vous abonnant à la newsletter de Planet.

Votre adresse mail est collectée par Planet.fr pour vous permettre de recevoir nos actualités. En savoir plus.