Il y aurait-il du mensonge dans l'air ? Geoffroy Roux de Bézieux, le patron du Medef, estime que oui. Il pense que le recul de l'âge légal de départ à la retraite est inévitable.
IllustrationIstock

"Mensonge par omission !" Voici de quoi est accusé le haut-commissaire en charge de la réforme des retraites. D’après les dires de Geoffroy Roux de Bézieux sur Cnews, Jean-Paul Delevoye ne cesse en effet d’attester que "les engagements pris devant les partenaires sociaux en octobre dernier maintiennent la possibilité de partir à la retraite à partir de 62 ans dans le nouveau système universel".

Publicité

Mais pour le patron du Medef, "dire aux Français qu’on peut continuer avec un âge légal à 62 ans, c’est aller contre le simple bon sens de la démographie".

Publicité

Maintien de l’âge légal de la retraite à 62 ans : "ce n’est pas vrai"

"On peut travailler plus vieux et en pleine forme", estime le patron des patrons. "On ne peut pas dire aux Français, ‘on peut continuer de travailler’ et dire ‘tout va bien, dormez tranquille, on peut prendre sa retraite à 62 ans’. Ce n’est pas vrai".

Il évoque deux possibilités, rapporte Le Figaro: "baisser les pensions" ou "bouger l’âge légal". Il n’y aurait pas d’autres choix. Pour Geoffroy Roux de Bézieux, "il faut retarder l’âge l’égal de départ à la retraite. Les Français le savent. Il ne faut pas mentir", assure-t-il.

Ce franc-parler n’est pas s’en rappeler celui de Valérie Pécresse, qui déplorait sur France Inter le 25 mars dernier, l’attitude du gouvernement. "Si on regarde tous les pays qui nous entourent, on voit bien qu'on va aller vers un départ à la retraite à 65 ans, c'est inéluctable. J'ai du mal à comprendre pourquoi le gouvernement ne le dit pas"