Pénurie : cassoulet, frites… les plats qui pourraient disparaître
En ce moment, ce mot est sur toutes les lèvres : pénurie. Car à cause de la guerre en Ukraine, la production et l'approvisionnement de plusieurs denrées sont en péril, à l'échelle globale. Ce déséquilibre pourrait entraîner des pénuries alimentaires, et notamment faire disparaître certains de vos plats préférés des étagères du supermarché ou de la carte des restaurants… Voici lesquels.

Depuis maintenant un mois, la guerre en Ukraine sévit à quelques milliers de kilomètres de chez nous, et impacte directement notre quotidien… et notre assiette. Car Ukraine comme Russie sont de grands exportateurs de blé et de céréales. On surnomme même la région “le grenier à céréales de l’Europe”. 

Bien que pour l’heure, aucune pénurie ne soit à déplorer dans l’Hexagone, le scénario qui se profile, si le conflit perdure, est plus qu’inquiétant. 

Ainsi, le président de la République Emmanuel Macron alertait, jeudi 24 mars, sur la “crise alimentaire sans précédent” qui nous attend, avant de proposer devant le G7 et les pays de l’OTAN, un plan d’urgence pour la sécurité alimentaire, destiné à accompagner les pays les plus dépendants des exportations de blé et de céréales ukrainiens et russes. Parmi ces états, on retrouve les pays du Maghreb (Tunisie, Maroc, Algérie), très dépendant du blé ukrainien, et l’Egypte, qui en dépend à 80%. 

Mais si leur situation est plus urgente, la France n’est pas l’abri de quelques ruptures de stocks dans les mois qui viennent… 

Production de céréales en péril

En réalité, c’est l’Europe toute entière qui s’inquiète dernièrement d’une pénurie de blé et de céréales, mais aussi d’huile de tournesol. D’autant plus que la situation engendre une inflation record, directement subie par les ménages. 

Selon le cabinet spécialisé Agritel, “Face à une activité export toujours bloquée depuis l'Ukraine, les pays importateurs cherchent des solutions pour s'approvisionner et se financer également compte tenu des niveaux de prix records”

Le manque d’huile de tournesol inquiète.

Mais selon le cabinet, "c’est sur l’huile de tournesol que pèse le plus grand danger". 

“Le marché des oléagineux est largement perturbé par la question de l'approvisionnement en huile de tournesol. Cette problématique pousse d'ailleurs des utilisateurs à reporter leurs consommations vers d'autres huiles de substitution ou à anticiper cela pour les trimestres à venir”, précise l’agence sur son site

Le manque de ce condiment, essentiel à plusieurs préparations, pourrait donc compliquer la production de nombreux plats cuisinés… Découvrez ces mets dont vous allez peut-être devoir vous passer dans les prochains mois.

Les mets frits

1/5
Les mets frits

Tempura, oignons frits, poulet frit… Ces préparations nécessitent une bonne quantité d’huile, et c'est ce qui rend la friture croustillante et gourmande. Mais si un manque d’huile de tournesol se profile, ils pourraient être rayés des cartes de nos restaurants…

Sur l'île de La Réunion, certains grossistes ont déjà commencé à rationner les restaurateurs friands d’huile de tournesol, selon la 1ère. 

Le couscous

2/5
Le couscous

A cause de la guerre en Ukraine, de nombreux pays, notamment au Maghreb et au Proche-Orient, peinent à se faire approvisionner en blé, car ils sont presque totalement dépendant du “grenier à céréales” d’Europe de l’Est. La semoule de blé produite dans ces pays pourrait ainsi être plus difficile à trouver dans les prochains mois… En Algérie, les stocks seraient déjà au plus bas.

Les chips et les frites

3/5
Les chips et les frites

Les bars ne vous serviront bientôt plus cette petite coupelle de chips avec votre verre si la situation perdure. Car l’huile de tournesol est un élément essentiel à leur fabrication.

De la même façon, la production de frites est en péril. “Dans trois semaines, il n'y aura plus d'huile de tournesol, ce qui pourrait causer de véritables problèmes aux producteurs de frites dans notre pays.", estimait même le premier Ministre belge le 16 mars dernier, selon L'Echo.

Le magret de canard

4/5
Le magret de canard

Toujours à cause de la pénurie de canards sur le territoire français, il pourrait devenir de plus en plus compliqué de déguster un magret, une cuisse ou tout autre plat issu du volatile… 

Voir la suite du diaporama

Le cassoulet

5/5
Le cassoulet

Dernièrement, les conserveurs de cassoulet d’Occitanie s’inquiètent, comme l’explique La Dépêche. A cause de la rareté et du prix toujours plus haut des matières premières, mais aussi de la grippe aviaire qui a décimé une bonne partie des canards dans les élevages, ils n’ont plus grand chose à mettre dans leurs conserves.