Audrey tombe de haut quand elle apprend que son compagnon, Gabriel, est marié à une autre. Pour Planet, la jeune femme raconte les hasards et les circonstances qui l'ont conduite à découvrir ce lourd secret.
Témoignage. "J'ai découvert que mon partenaire était marié"IllustrationAdobe Stock
Sommaire

L'amour rend aveugle. Cet adage, en apparence banal, repose en réalité sur de véritables démonstrations scientifiques. Quand on tombe amoureux, les hormones qui envahissent notre cerveau bouleversent notre discernement et notre bon sens. Si cette réaction chimique peut cacher les petits défauts de l'être aimé, elle peut dissimuler bien plus sournois… Audrey* l'a appris à ses dépens. 

La jeune femme venait d'avoir 18 ans quand elle a rencontré celui qu'elle croyait être l'homme de sa vie. Très vite, la relation tourne au cauchemar et Audrey apprend que son cher et tendre est marié à une autre. Pour Planet, elle a accepté de confier son histoire semée de trahisons et de mensonges. 

Audrey, 18 ans, veut changer de vie

En 2018, Audrey sort d'une relation amoureuse longue de deux ans. Elle décide de changer de vie du tout au tout, elle qui n'est heureuse ni dans ses études, ni dans la ville où elle habite. "J'avais besoin de changement. J'ai lâché ce que je faisais dans l'espoir de déménager ailleurs et de trouver une vie qui me correspondrait davantage. Pendant ce temps, j'étais souvent sur les réseaux sociaux pour des projets personnels", raconte-t-elle. 

Elle discute alors avec plusieurs professionnels du milieu artistique, dont Gabriel*, avec qui le courant est tout de suite passé. "Avec lui la discussion était très fluide. On ne parlait pas seulement d'art, il s'intéressait aussi beaucoup à moi, à mes centres d'intérêt, à ma vie", poursuit Audrey. Au fil des messages, Gabriel et elle développent des sentiments l'un pour l'autre. Problème : 600 kilomètres les séparent. 

"Il me parlait comme si j'étais la meilleure chose qui lui soit arrivé"

Pur hasard ou coup du destin ? Peu de temps après, Audrey reçoit un appel pour un travail dans la ville où vit Gabriel. Elle décide de tenter sa chance, et après quelques mois, les deux tourtereaux décident de se mettre ensemble. "Il m'a présenté à ses amis, il m'a expliqué son travail, m'a fait visiter la ville, et surtout il me parlait comme si j'étais la meilleure chose qui lui soit arrivé", se rappelle-t-elle. "J'avais vraiment l'impression de vivre un rêve… Mais la relation a vite tourné au cauchemar", soupire la jeune femme. 

*Les prénoms ont été modifiés

Une découverte sur l'ordinateur de son partenaire

La descente aux enfers commence quand Gabriel propose à Audrey d'emménager avec lui. "J'étais abasourdie. Je n'avais jamais vécu avec quelqu'un et je ne savais pas du tout quoi faire et quoi lui répondre. Il a beaucoup insisté et j'ai fini par accepter en me disant que je pourrais repartir si ça n'allait pas… En réalité, non", confie la jeune femme. 

Son partenaire avait choisi un appartement très cher et avait commencé à ne plus se rendre au travail, si bien qu'Audrey s'est retrouvée dans l'impasse. Elle devait assumer le loyer et autres charges seule, ou presque, ce qui a rapidement créé des tensions dans le couple. "Il a révélé un côté très dominant, il voulait tout choisir, jusqu'à mon travail. Je me sentais étouffée mais j'avais 18 ans et je l'aimais vraiment (...) J'étais épuisée de la relation au bout d'un an, mais je n'avais personne d'autre que lui dans le sud", raconte Audrey. 

"Je me suis dit qu'il fallait que je regarde..."

Un jour, le vieil ordinateur d'Audrey lui fait faux bond alors qu'elle travaillait dessus. Elle envoie alors un message à Gabriel, sorti avec des amis, pour savoir si elle pouvait emprunter le sien. "C'était une simple formalité, je ne voyais pas pourquoi il refuserait mais il m'a répondu de ne pas toucher à son ordinateur. J'ai trouvé ça très bizarre, alors je me suis dit qu'il fallait que je regarde…", se rappelle-t-elle. Quelle ne fut pas sa surprise…

"J'ai commencé à faire défiler les photos jusqu'à tomber sur celle où les mariés se passent les bagues"

Seule à la maison, Audrey allume l'ordinateur de son compagnon et tape sa date de naissance, qui lui servait de mot de passe pour "à peu près tout". Au beau milieu de la page d'accueil, un dossier nommé "MARIAGE". "J'ai cliqué en me disant que c'était peut-être le mariage d'un membre de sa famille ou d'une connaissance. J'ai commencé à faire défiler les photos (...)  jusqu'à tomber sur celle où les mariés se passent les bagues… Enfin, la mariée et mon copain", explique-t-elle.  

Le sang d'Audrey ne fait qu'un tour. Quand son partenaire rentre, elle le met devant les faits et lui demande une explication. Énervé qu'elle ait fouillé dans ses affaires, Gabriel refuse de lui donner plus de détails. Il aura fallu attendre plusieurs jours pour que l'homme marié accepte de lui dire la vérité. 

Après la trahison, le pardon

"Leur mariage datait d'un an avant notre rencontre et ils s'étaient rapidement séparés après. Il n'avait plus aucun sentiment pour elle, ne la voyait plus et ne souhaitait pas reprendre contact. Il m'a dit qu'il m'aimait et qu'il ne m'avait pas parlé de cet épisode de sa vie car il savait que le mariage était un acte important pour moi et que ça m'aurait probablement fait reculer dans ma relation avec lui", détaille la jeune femme. 

Après être partie quelques semaines pour s'isoler, Audrey décide de pardonner. Une autre année s'écoule, et les disputes continuent. Pire encore, elle évoque les "accès de violence" de son partenaire. "Cependant, son histoire de mariage était derrière nous, du moins je le croyais", souligne-t-elle…

Nouvel appartement, nouveau départ ?

Audrey et Gabriel avaient besoin de changer d'air, de donner un souffle nouveau à leur couple. Les choses semblent enfin s'arranger entre les deux tourtereaux lorsqu'ils changent d'appartement. "Puis, il est parti quelques jours avec des amis à lui en vacances. Comme nous venions d'emménager, j'ai décidé de m'occuper des démarches administratives. Il avait toujours souhaité le faire et ne m'avait jamais laissé m'en occuper, mais il n'était pas là et j'avais bientôt 20 ans, alors il était temps de m'y mettre", se rappelle la jeune femme. 

Une erreur dans les déclarations administratives

Elle a commencé par formuler une demande auprès de la Caisse des allocations familiales pour demander l'aide personnalisée au logement. "Assez rapidement, j'ai reçu un mail de la CAF m'informant d'une erreur dans mes déclarations", explique Audrey. Elle décide alors d'appeler l'administration, et tombe de très haut quand elle entend la réponse de son interlocutrice.

"Elle m'a expliqué que je ne pouvais pas me déclarer en ménage avec un homme qui possédait déjà un dossier chez eux, dossier toujours actif dans lequel il était marié à une autre femme. J'ai rapidement fait le rapprochement", poursuit-elle. 

Sous l'emprise de cet homme, Audrey ne trouve pas la force de le quitter. Quand elle le confronte une seconde fois, il lui assure que tout est terminé, que le mariage est rompu bien que le divorce n'ait pas été acté. Fort heureusement pour elle, la jeune femme trouve en sa famille et en ses amies un soutien qui lui permettra de sortir de cette relation…

"C'est une jolie revanche sur ce que j'ai vécu"

"J'ai appris qu'il m'avait trompée à plusieurs reprises (...) j'en ai parlé à ma famille et à mes amies, et ce sont eux qui m'ont poussée à le quitter. Après deux ans avec un homme nerveux, dominant et surtout menteur, je suis enfin partie. Quelques jours après, il s'affichait au bras d'une autre fille que je n'avais jamais vu, comme si je n'avais jamais compté", soupire Audrey. 

Aujourd'hui, la jeune femme est sur le point de se marier avec un autre homme, qui partage sa vie depuis trois ans maintenant. "D'une certaine façon, c'est une jolie revanche sur ce que j'ai vécu auparavant", sourit-elle. 

Téléchargez votre guide mutuelle (gratuit) !

Cet article vous a intéressé ?

Découvrez encore plus d'actualités,
en vous abonnant à la newsletter de Planet.

Votre adresse mail est collectée par Planet.fr pour vous permettre de recevoir nos actualités. En savoir plus.