Depuis sa mise en service, le compteur Linky compte de nombreux détracteurs. Face à la crainte d'être espionnés, certains voudraient pirater le petit boîtier vert... Est-ce possible ? Quels sont les risques ?
Linky : est-il possible de bloquer le compteur d’Enedis ?AFP
Sommaire

Déployé dans l'Hexagone depuis 2015, le dernier né des compteurs électriques d'Enedis doit encore faire face à d'incessantes critiques. Nombreux sont en effet les Français à se méfier du petit boîtier vert. Sur les réseaux sociaux, on ne compte plus les groupes réunissant ces citoyens refusant catégoriquement l'utilisation du compteur. 

Selon certains consommateurs, le compteur Linky favoriserait notamment les risques d'incendies. Planet vous faisait ainsi récemment part de l'explosion de l'un de ces dispositifs dans un village breton. D'après le fournisseur d'énergie, cet argument n'est cependant pas tout à fait valable. "Si des cas d'incendie de compteurs ont pu survenir, ils sont sans doute à mettre sur le compte d'une installation électrique défaillante, qui aurait de la même manière endommagé, voire enflammé tout autre type de compteur électrique", se défend ainsi Engie sur son site officiel

Compteur Linky : quels sont les arguments de ses détracteurs ?

Autre reproche majeur  des "anti-Linky", le danger que représenterait ce petit bijou high-tech pour la protection de nos données. Là encore, l'entreprise se défend de toutes mauvaises intentions vis à vis de notre vie privée. "Lorsque vous utilisez votre machine à laver, le compteur Linky 'voit' effectivement que vous consommez de l'électricité, mais en aucun cas, qu'il s'agit de tel ou tel appareil en fonctionnement", promet le fournisseur. Pour rappel, EDF a mis à jour en février dernier ses compteurs Linky pour respecter la Loi sur la collecte de données et protection de la vie privée.  La CNIL avait en effet constaté que le fournisseur historique collectait trop de données de consommation. " Il a été constaté que EDF et ENGIE recueillent par le bais d’une seule et unique case à cocher le consentement pour deux opérations clairement distinctes : l’affichage dans l’espace client des consommations quotidiennes et l’affichage des consommations à la demi-heure". Elle précisait que "le fait de cocher la case entraînait également une troisième opération de traitement, à savoir la fourniture de conseils personnalisés visant à réduire la consommation d’énergie du foyer". La CNIL reprochait aussi à EDF et ENGIE une durée de conservation excessive des données. EDF avait en effet prévu de conserver les données de consommation fines pendant cinq ans sans archivage. Des manquements qui ont été depuis corrigés par les fournisseurs d'énergie. 

Cette tentative de communication ne persuadera probablement pas les plus réticents. Face à la crainte de se voir espionner, la tentation pourrait alors être grande de pirater ou du moins de bloquer son compteur. Cela est-il possible et quels sont les risques encourus ?

Venez vous divertir autrement sur Hedony : Livres, jeux en ligne, cours en ligne et bien plus encore ! Profitez de 30J d'essaie gratuit

Cet article vous a intéressé ?

Découvrez encore plus d'actualités,
en vous abonnant à la newsletter de Planet.

Votre adresse mail est collectée par Planet.fr pour vous permettre de recevoir nos actualités. En savoir plus.