INTERVIEW. Alors que l'on se dirige vers une hausse record de la taxe foncière en 2022, il faut savoir que cet impôt local peut représenter jusqu'à deux mensualités de crédit pour les propriétaires. Maël Bernier, porte-parole de Meilleurtaux, vous explique les raisons de cette envolée et l'impact que cela a sur le budget des propriétaires.
Taxe foncière : pourquoi être propriétaire vous coûtera plus cher en 2022Istock
Sommaire

La taxe foncière risque de coûter très cher aux propriétaires en 2022.  L’impôt local va fortement augmenter cette année à cause de l’inflation. Selon les chiffres de la Direction générale des finances publiques au titre de l'année 2020, 32 millions de Français vont devoir s’en acquitter. Pour rappel, la taxe foncière s’appuie sur les valeurs locatives cadastrales qui vont être revalorisées de 3,4% cette année, du jamais-vu depuis 1989. “La révision de la valeur locative datait donc on n’était pas du tout sur une valeur de biens qui était réelle”, confie à Planet Maël Bernier, porte-parole et directrice de la communication de Meilleurtaux

Hausse de la taxe foncière : la suppression de la taxe d’habitation en cause ?

Mécaniquement, la taxe foncière va donc grimper en flèche en 2022. Selon le baromètre de l'Union des propriétaires indépendants (UNPI), l’impôt local a déjà augmenté de 27,9% en dix ans. Une étude de l’Observatoire national des taxes foncières estime de son côté que l’impôt a augmenté de plus 11% ces cinq dernières années. Une charge financière qui pèse de plus en plus sur le budget des ménages. L’augmentation est également très disparate selon les villes en France puisque le montant de la taxe foncière est calculé en fonction de la valeur locative cadastrale, mais également du taux voté par la collectivité. “Aujourd’hui, on a supprimé aux communes un impôt, la taxe d'habitation, mais leur budget n’a pas augmenté. La hausse de la taxe foncière, au-delà des 3,4% de hausse des valeurs cadastrales, est donc également due aux pertes de revenus des communes due à la taxe d’habitation”, note Maël Bernier. "La suppression de la taxe d’habitation crée un réel manque à gagner pour les communes et ce 'cadeau' se répercute directement sur les propriétaires qui sont de plus en plus lourdement imposés", explique la porte-parole du courtier spécialiste de l’immobilier.

Les communes, syndicats intercommunaux et intercommunalités ont commencé à voter pour les taux qui s'appliqueront en 2022 et on assiste ainsi à de grandes disparités sur le territoire avec une augmentation de la taxe foncière de seulement 5% à Dijon en 2022, pour atteindre 12,6% à Strasbourg, 14% à Marseille ou jusqu'à 15% d'augmentation à Tours ou à Amiens. Maël Bernier conseille aux futurs propriétaires de regarder également les antécédents de chaque commune en matière de taxe foncière avant d’acheter. “Il y a des villes qui ont augmenté la taxe foncière de 20 ou 30% depuis dix ans. Ces villes-là ont donc de grosses dépenses publiques et peu d’entrées et vont donc beaucoup taxer”, explique la porte-parole et directrice de la communication de Meilleurtaux.

Une situation critique pour les propriétaires retraités

Les retraités propriétaires de leur résidence principale dans des villes où ça a fortement augmenté se retrouvent face à une hausse injouable pour des gens qui ont subi une baisse de revenus liée à la retraite

Maël Bernier, porte-parole de Meilleurtaux. 

Une hausse de la taxe foncière qui pèse de plus en plus sur les finances des propriétaires. “Avant cette hausse-là, on était à peu près à plus d’un mois de crédit. Au lieu de rembourser un crédit sur 12 mois, ils avaient un 13e mois qui correspondait à la taxe foncière. Il y avait même des villes où cela correspondait à plus de deux mois de crédit”, explique Maël Bernier. Selon elle, il y a des propriétaires qui se retrouvent dans des situations critiques face aux hausses de taxe foncière, notamment les retraités. “Ils sont propriétaires de leur résidence principale dans des villes où ça a fortement augmenté et se retrouvent face à une hausse injouable pour des gens qui ont subi une baisse de revenus liée à la retraite”, insiste la porte-parole de Meilleurs taux. 

Cette envolée de la taxe foncière, cumulée à la hausse des taux d’intérêt des crédits immobiliers, commence déjà à freiner les achats. “Tous les agents immobiliers disent que le premier trimestre est beaucoup moins bon que celui 2021, même si celui 2021 était très bon. Vous avez des gens exclus parce qu’ils ne peuvent plus emprunter”, précise Maël Bernier. Selon elle, “si la taxe foncière n’est pas un critère qui est pris en compte en tant que tel dans les critères de financement, c’est à avoir en tête en plus” au moment d’un achat immobilier. Alors que la taxe foncière équivalait déjà à deux mois de crédit dans certaines villes, “on était plutôt à plus d’un mois en moyenne et on va se retrouver à deux mois partout”. 

Le poids de la taxe foncière sur le crédit immobilier

Si on se base sur les taxes foncières de 2021 qui vont pour la plupart s’envoler en 2022, on voit déjà le poids de cette fiscalité locale dans le budget des propriétaires. “Si vous prenez par exemple une ville comme Nîmes ou Saint Etienne, si l’on veut financer une surface de 70m2, l’acquéreur pourra emprunter sur 20 ans, hors assurance à 1,10% et payer respectivement une mensualité de 675 euros et 499 euros. Mais lorsque l’on ajoute le poids de la taxe foncière sur le crédit immobilier cela change complètement la donne : c’est comme si le Nîmois ou le Stéphanois empruntait en fait à 2,90% et au lieu de 12 mois de crédit, il en paiera l’équivalent de 14 !”,  indique Maël Bernier.

Cet article vous a intéressé ?

Découvrez encore plus d'actualités,
en vous abonnant à la newsletter de Planet.

Votre adresse mail est collectée par Planet.fr pour vous permettre de recevoir nos actualités. En savoir plus.