INTERVIEW - Le nouveau PER a très souvent été présenté comme le placement parfait pour préparer sa retraite tout en défiscalisant. Pour l'avocat fiscaliste Thomas Carbonnier, c'est oublier quelques-unes de ses faiblesses mécaniques.
Sommaire
Défiscaliser avec l’épargne retraite : les graves problèmes dont on ne vous a pas parlésIstock

Fiscalité attractive, souplesse de sortie… Le Plan d’Epargne Retraite (PER) est un outil financier intéressant pour quiconque souhaite préparer sa cessation d’activité tout en s’évitant de lourds impôts sur le revenu. Ou presque, explique le site spécialisé Boursorama, qui consacrait une chronique à la promotion du produit d’épargne en décembre 2020. “Ce dispositif est intéressant pour l'ensemble des particuliers”, écrivaient alors nos confrères, tout en soulignant certains de ses avantages.

Comme de nombreux autres articles de presse, celui-ci insiste donc sur la souplesse du PER, qui permet de récupérer l’épargne mobilisée de façon anticipée, notamment en cas d’accidents de la vie - comprendre, un décès, un surendettement, une invalidité, etc… - ou l’achat de sa résidence principale. Il offre aussi la possibilité d’opter pour différents types de gestion de l’épargne et permet de prendre en compte l’horizon d’investissement. En outre, les souscripteurs peuvent déduire leurs cotisations annuelles dans la limite des plafonds fixés par la loi.

Pour autant, assure Maître Thomas Carbonnier, cela ne suffit probablement pas à l’emporter sur ses (nombreux) défauts. Explications.

Et si le PER n’était pas aussi incroyable que l’on prétend ?

Certes, le nouveau PER introduit par la loi PACTE a souvent été présenté comme un produit d’épargne presque providentiel. Mais l’avocat fiscaliste, enregistré au barreau de Paris ne souscrit guère à cette analyse, contre laquelle il s’inscrit même en faux. “Le PER est pensé sur toute une vie active. Dès lors, je ne vois pas comment un tel placement pourrait être adapté. Dans trente ans, la vie de quiconque aura souscrit un PER aura mécaniquement changé. Il aura peut-être eu besoin de casser la tirelire à la suite de bouleversements inattendus, comme la naissance d’un enfant ou un changement de statut marital, par exemple. Parce que tout ceci est très difficile à prévoir, il ne me semble pas pertinent de bloquer son épargne aussi longtemps”, assène d’entrée de jeu le conseil, associé du cabinet EQUITY AVOCATS. Ce n’est pas le seul doute qu’il émet à l’encontre de la prétendue souplesse du PER…

Vous avez envie de lancer votre projet ? De créer votre entreprise ? Découvrez la formation prise en charge à 100% par l'état >

Cet article vous a intéressé ?

Découvrez encore plus d'actualités,
en vous abonnant à la newsletter de Planet.

Votre adresse mail est collectée par Planet.fr pour vous permettre de recevoir nos actualités. En savoir plus.