Carburant, électricité... L'année 2022 s'annonce rude pour votre portefeuille. Au supermarché également, les prix de certains aliments et produits du quotidien vont s'envoler en raison de l'inflation et de la guerre en Ukraine... Voici lesquels.
Supermarché : les 20 produits qui vont coûter plus cher en 2022

À la pompe à essence, dans votre boîte aux lettres ou encore au supermarché : où que vous alliez, vos factures ne cessent de s'allonger. C'est la conséquence de l'inflation inédite que subit le pays depuis plusieurs mois, et que la guerre en Ukraine n'a pas arrangé, bien au contraire.

Car le conflit impacte directement l'approvisionnement en matières premières, et fait grimper certains prix. En effet, la Russie et l'Ukraine sont de gros producteurs d'énergie, et notamment de gaz et de pétrole côté russe. Ils font aussi partie des plus grands exportateurs de céréales au monde. A ce titre, on surnomme souvent la région "le grenier de l'Europe". 

En France, les répercussions de cette guerre se constatent donc principalement à la pompe à essence mais aussi dans les supermarchés où plusieurs produits devraient voir leur prix s'envoler au cours de l'année. Il est même possible que certains articles disparaissent temporairement de vos rayons.   

Inflation et pouvoir d’achat : la série noire

Ainsi, l'inflation n’en finit plus de grimper, et chaque semaine, de nouveaux produits du quotidien voient leur prix augmenter. 

Au mois de mars, selon l’INSEE, l’inflation a culminé à 4,5 %. Et c’est parti pour durer… 

"On peut estimer que la hausse moyenne pourrait de nouveau être entre 4 à 6% dans les prochaines semaines", annonçait Jean-Philippe André, de l'Association nationale des industries alimentaires (Ania), sur franceinfo mardi 12 avril. 

Comment s’en sortir ? En trouvant des alternatives, en étant informé, et surtout, en évitant de paniquer. Pour les industriels du secteur, en effet, faire des stocks en prévision de nouvelles hausses de prix est contre-productif. C’est notamment à cause de ces comportements que certains rayons de vos supermarchés se vident déjà.

Et la guerre en Ukraine n'est pas la seule chose qui explique que votre ticket de caisse ne cesse d’augmenter. Gel, grippe aviaire… C’est la série noire en ce début d’année. 

Comment dépenser moins au supermarché ?

Faire la chasse aux bons de réduction, installer des applications qui remboursent vos courses sur votre smartphone... Planet vous a d'ores et déjà fait l'éloge de bien des méthodes qui vous permettront de réduire votre budget courses. Saviez-vous que vous pouviez également faire de précieuses économies en choisissant mieux les aliments que vous mettez dans votre caddie ? C'est très simple ! Voici les produits sur lesquels vous pouvez dépenser moins sans vous priver : 

  • Les fromages râpés.  Au lieu d'acheter des sachets préparés, râpez votre propre fromage : cela vous coûtera moins cher. 
  • Les fruits et légumes.  Consommez de saison, la différence sera radicale sur votre ticket de caisse !
  • Les crudités.  Au lieu d'acheter des carottes râpées ou des concombres déjà découpés, achetez vos légumes entiers et cuisinez vous-même vos entrées. 
  • La viande découpée en morceaux.  Privilégiez les pièces entières plutôt que les morceaux prédécoupés. 

Les inquiétantes prévisions du FMI

Le Fonds Monétaire International a dévoilé quant à lui ses prévisions économiques mondiales pour 2022. Pierre-Olivier Gourinchas, le nouveau chef économiste de l'institution, a expliqué : "La croissance pourrait encore ralentir tandis que l'inflation pourrait dépasser nos prévisions si, par exemple, les sanctions s'étendaient aux exportations énergétiques russes. La propagation continue du virus du Covid-19 pourrait donner lieu à des variants plus mortels […], provoquant de nouveaux blocages et des interruptions de production.", rapporte Les Echos.

Ainsi, l es économistes craignent une hausse de l'inflation tandis que la croissance, ellen ne cesserait de baisser. La situation est critique, puisqu'aux Etats-Unis et dans certains pays Européens, cette inflation a atteint son plus haut niveau depuis plus de quarante ans. 

Découvrez dans notre diaporama ces 20 produits de votre quotidien qui sont particulièrement touchés par l'inflation. 

La baguette de pain

1/20
La baguette de pain

La farine et la levure, victimes de l'inflation, risquent de faire grimper le prix de la baguette de pain dans les prochains mois.

La moutarde

2/20
La moutarde

Le prix de la moutarde pourrait augmenter de 5 à 15%, ceci à cause de la récolte difficile des graines pour la confectionner.

Les pâtes

3/20
Les pâtes

Augmentation des prix des matières premières, du transport et de l'emballage... Les pâtes seront elles aussi victimes de l'inflation cette année.

Le café

4/20
Le café

Avec un prix 5 à 10% plus cher, le café ne sera pas épargné par l'inflation en 2022.

Le cacao

5/20
Le cacao

Le cacao, tout comme l'huile, devrait subir de nouvelles hausses de prix cette année.

Les tomates françaises

6/20
Les tomates françaises

Les tomates issues des récoltes françaises devraient être impactées par la guerre en Ukraine. Avec l'explosion du prix du gaz, les producteurs ne peuvent plus chauffer leurs serres. 

Face à cette situation, certains "ont décidé de ne planter que la moitié de leurs serres. D’autres ont carrément jeté leurs plants en voyant les prix qui montaient", témoigne Christophe Rousse, maraîcher breton, dans les colonnes de 20 minutes.

Les prix des tomates françaises devrait donc fortement augmenter dans les semaines à venir. 

Les oeufs

7/20
Les oeufs

Le prix des œufs a grimpé de 7% en un an, et c’est loin d’être fini. En raison de la grippe aviaire qui frappe le pays, mais aussi, plus largement, de la hausse des matières premières, 2,5 millions d’œufs chaque jour qui ne sont pas pondus sur 42 millions », expliquait Loic Coulombel, président du syndicat national des industriels et professionnels de l’œuf, à BFMTV. 

La volaille

8/20
La volaille

Depuis quelques semaines, les élevages français font face à une terrible épidémie de grippe aviaire, qui fait craindre une véritable pénurie, et des prix de plus en plus élevés. 

La France aurait ainsi abattu près de 15 millions de volailles. Les éleveurs doivent aussi faire faire à l’augmentation des matières premières, et de la nourriture de leurs bêtes. En conséquence, la volaille est de plus en plus chère pour les Français : le prix du poulet aurait augmenté, depuis un an, de +2,5%, selon 60 millions de consommateurs. La hausse est de +3,5% pour la dinde, de +7% pour le canard et +5% pour la pintade.

La viande rouge

9/20
La viande rouge

Pour les agriculteurs, nourrir les bêtes devient de plus en plus onéreux. Le prix des céréales, dont se compose presque uniquement l’alimentation des bovins, par exemple, tutoie les sommets, en raison de la guerre en Ukraine. 

Conséquence : les prix de la viande rouge explosent en rayon. Selon l’association 60 millions de consommateurs, le prix du kilo de bœuf a grimpé de 6% depuis un an, celui du veau de 3%, et du lapin de +6,3%.

Le poisson

10/20
Le poisson

En un an, selon l’INSEE, le prix du poisson frais s’est envolé de 10,3 %, soit trois fois plus que l’inflation générale. Et cette flambée devrait se poursuivre.

En cause :  l’envolée du prix du gazole, qui empêche désormais les pêcheurs de rentabiliser leurs sorties en mer.

Les prunes, les pêches, les cerises et les abricots

11/20
Les prunes, les pêches, les cerises et les abricots

En raison du gel tardif qui a frappé plusieurs régions au début du mois d’avril, on peut craindre une mauvaise récolte de certains fruits, notamment les prunes, les pêches, les cerises et les abricots, déjà en fleur à cette époque de l’année et particulièrement vulnérables au gel. 

Cette perte pourrait avoir de lourdes conséquences sur le prix des fruits cet été. 

Papier toilette, sopalins et mouchoirs

12/20
Papier toilette, sopalins et mouchoirs

C’est une autre conséquence de la hausse du coût des matières premières et de la flambée des prix de l’énergie. 

Dimanche 3 avril, Michel-Edouard Leclerc expliquait que le prix du  papier toilette, des mouchoirs et de l’essuie-tout  allait augmenter “considérablement”. Une hausse qui pourrait atteindre jusqu’à +  30%, selon un reportage de TF1 . Cette inflation sans précédent est dûe à l’ augmentation du prix de la pâte à papier qui a presque doublé en un an et au prix du gaz utilisé pour faire fonctionner les machines qui font sécher le papier.

Les huiles végétales

13/20
Les huiles végétales

Selon Olivier Dauvers, le prix d’une bouteille d’huile de tournesol a augmenté de 37% depuis le mois d’août, et devrait très bientôt dépasser les 2€  pour les marques premier prix. 

Les consommateurs se sont même mis à faire des stocks, et l’huile de tournesol, en grande partie importée d’Ukraine, commence à se faire de plus en plus rare sur les étals des supermarchés. 

Ses alternatives, l’huile de colza, de soja ou de palme devraient aussi voir leur prix augmenter très prochainement. 

Les biscuits

14/20
Les biscuits

A cause de la grippe aviaire, mais aussi de la flambée des prix de l’énergie et de la farine, certains producteurs de biscuits sont désormais contraints d’augmenter leurs prix. "Les prix avaient déjà augmenté mais depuis la guerre en Ukraine, fin février, nous avons vu la hausse de tout : les produits laitiers, la farine, les œufs, l'huile, mais aussi les cartons et les plastiques dans lesquels nous emballons nos biscuits”, raconte François Lecampion, responsable de la biscuiterie de  Sainte-Mère-Eglise, à France Bleu Normandie.

Les fruits et légumes

15/20
Les fruits et légumes

L'utilisation de gaz est nécessaire pour la production d'engrais. Avec la hausse du prix de cette énergie, le coût de l'engrais a déjà explosé pour les agriculteurs. Ainsi, de nombreux fruits et légumes pourraient voir leur prix augmenter considérablement d'ici cet été.

La farine

16/20
La farine

Le cous du blé s'envole depuis quelque temps, notamment en raison du conflit en Ukraine. Or c'est ce même blé qui compose la farine. Ce produit que les Français utilisent quotidiennement est donc victime d'une certaine inflation depuis quelques semaines, et cela pourrait durer pendant des mois.  

Les chips

17/20
Les chips

En raison de la hausse du prix des huiles, les chips ainsi que de nombreux gâteaux apéritifs pourraient être victimes d'une forte inflation dans les semaines et les mois à venir. 

Les pâtisseries

18/20
Les pâtisseries

Le prix de la farine et de la plupart des matières premières nécessaires en pâtisserie ne cesse d'augmenter. En conséquence, le prix des pâtisseries devrait être en forte hausse dans les mois à venir. 

Les boites de conserve

19/20
Les boites de conserve

Les boites de conserves sont en inflation constante depuis quelques temps, et leur prix pourrait encore très fortement augmenter d'ici cet été. Car, selon TF1, les cours de l'acier et de l'aluminium se sont véritablement envolés depuis le début de la guerre en Ukraine. Si bien que le prix de la boite de conserve elle-même a augmenté de 30%. L'inflation de ces produits pourrait donc durer jusqu'à l'été. 

Le beurre

20/20
Le beurre

L'inflation du beurre est au coeur des inquiétudes des consommateurs. En effet, selon Web-agri, le prix de la tonne de beurre a augmenté de 2200 euros entre mars 2021 et mars 2022. 

Cet article vous a intéressé ?

Découvrez encore plus d'actualités,
en vous abonnant à la newsletter de Planet.

Votre adresse mail est collectée par Planet.fr pour vous permettre de recevoir nos actualités. En savoir plus.