Héritage : comment éviter que vos biens soient dilapidés après votre mort ?IllustrationIstock
La question de l'héritage demeure prépondérante dans de nombreuses familles. Comment éviter que vos biens soient dilapidés après votre mort ?
Sommaire

Lors d’un décès, le moment de la succession peut être redouté, mais aussi source de conflit dans une famille. Si un testament ou des dispositions particulières ont la possibilité d’être réalisés en amont, il arrive qu’ils ne soient pas à l’ordre du jour au moment d’une disparition. Dans ce cas de figure, c’est la loi qui précise quels seront les héritiers d’une succession. Toutefois, si vous craignez qu’à votre départ, vos biens ne finissent par être dilapidés, il est envisageable de prévoir, en avance, votre succession pour qu’ils soient préservés. Explications.

Héritage : une succession à effectuer par avance

En planifiant votre succession, vous évitez à vos proches de nombreuses problématiques durant un moment déjà douloureux. Vous pouvez, en effet, vous faire accompagner pour faire fructifier votre patrimoine afin qu’il bénéficie à vos héritiers, mais aussi réduire l’impôt payable sur vos biens à votre décès. Dans un premier temps, il est essentiel de rassembler tous vos documents officiels : contrat de mariage, jugement de divorce ou encore polices d’assurance-vie sont ainsi indispensables pour préparer votre bilan patrimonial.

Il vous est également profitable de déterminer vos objectifs pour que votre succession se passe dans la quiétude. Vous devez alors déterminer si vous souhaitez que vos héritiers bénéficient le plus rapidement possible de leur part d’héritage, assurer la sécurité financière de votre conjoint ou encore supprimer certains frais liés à la liquidation de votre succession. La rédaction de votre testament pourra, par ailleurs, indiquer les personnes à qui vous souhaitez léguer des biens, mais aussi désigner un liquidateur et prévoir éventuellement un tuteur pour vos enfants mineurs, le cas échéant.

Héritage : comment protéger son conjoint ?

Vous pouvez, par ailleurs, désirer que vos biens ne soient pas dilapidés de façon inappropriée au moment de votre décès. Il est ainsi possible de protéger votre conjoint dans le respect des droits de vos enfants grâce au pacte successoral, à l’adoption du régime de la communauté universelle ou encore à l’assurance-vie.

Il est également recommandé de faire une donation entre époux, si vous le souhaitez, à travers la totalité de la succession en usufruit, un quart en pleine propriété, mais aussi la moitié de la succession si vous n’avez qu’un seul enfant. La souscription d’une assurance-vie est fortement conseillée puisque le conjoint bénéficiaire n’aura aucun droit à payer sur les sommes reçues.

Héritage : un avantage offert aux enfants

Pour vos enfants, vous avez la capacité de mettre en place une donation, qui représente un important coup de pouce fiscal. Il est ainsi permis de leur donner de l’argent, des biens meubles, tout comme la somme de 100 000 euros tous les quinze ans sans payer de droits de donation.

Vous avez également le droit de privilégier une aide spécifique pour vos enfants à un moment clé de leur vie. Sans l’avantager par rapport à un autre héritier, il sera permis de réaliser une donation “en avancement de part successoral”, déduit par la suite de sa part d'héritage. Si l’enfant investit la somme dans un achat immobilier, il sera comptable de la plus-value apportée à son patrimoine.