Victorine Dartois, 18 ans, a été retrouvée morte le lundi 28 septembre 2020. La section de recherche (SR) de la gendarmerie de Grenoble enquête sur les circonstances exactes de l'homicide.
Victorine Dartois : la chronologie de l'affaireAFP

Elle avait 18 ans quand elle a été tuée. Deux jours après l'annonce de sa disparition, survenue le samedi 26 septembre 2020, les gendarmes de la section de recherche (SR) de Grenoble ont fini par retrouver Victorine Dartois. La lycéenne, qui venait d'entamer un BTS au lycée Condorcet de Saint-Priest (Métropole de Lyon, Auvergne-Rhône-Alpes), a été noyée par un "tiers", que les forces de l'ordre ont fini par identifier, rapporte BFMTV.

Un homme de 25 ans vient, en effet, d'être identifié comme suspect potentiel. Il s'agit, souligne la chaîne d'information en continue, d'un père de famille pour l'heure inconnu des services de police. Il a été appréhendé le 13 octobre 2020, alors qu'il était potentiellement armé, dans le quartier des Fougères de Villefontaine, ou habitent encore les parents de Victorine Dartois. Pendant son interrogatoire, les gendarmes ont réalisé une perquisition à son domicile.

Avant d'en arriver là, les enquêteurs ont dû travailler d'arrache-pied des jours durant pour lever le voile sur les circonstances de la mort de la jeune femme. Initialement, ils n'avaient, en effet, que peu d'indices pour les aider…

Victorine Dartois : une disparition prise au sérieux dès les premiers instants

Revenons sur la chronologie de l'affaire : Victorine Dartois disparaît le samedi 26 septembre 2020. Les forces de l'ordre sont alertées le soir même et lancent immédiatement les recherches.

La jeune femme a passé la journée en compagnie de plusieurs amis, à Villefontaine, au Village des Marques. Il s'agit d'un centre commercial regroupant plusieurs commerces, où elle n'a cependant rien acheté de particulièrement conséquent. Un de ses amis explique qu'elle a regardé après du maquillage et du parfum, sans pour autant s'offrir autre chose qu'un repas avec ses camarades. Elle rentre ensuite avec ses amis, mais rate malheureusement son deuxième bus.

Victorine, qui sait qu'elle n'aura pas d'autre choix, se rabat donc sur un autre itinéraire. Ce dernier est régulièrement qualifié de coupe-gorge par les habitants. Elle passe un dernier coup de fil à ses proches, vers 19h, après avoir assuré à ses amis qu'il n'était pas nécessaire de la raccompagner. A 21h, elle n'est toujours pas rentrée. C'est là que ses parents préviennent la police.

Sa grande soeur, Romane, publie un message urgent sur Facebook dès le lendemain. Il s'agit d'un appel à témoin. Il sera partagé plusieurs milliers de mois.

Protégez vos proches avec des solutions de Téléassistance !

Cet article vous a intéressé ?

Découvrez encore plus d'actualités,
en vous abonnant à la newsletter de Planet.

Votre adresse mail est collectée par Planet.fr pour vous permettre de recevoir nos actualités. En savoir plus.