Une faille de sécurité a été repérée par les équipes de la messagerie instantanée. Elle permettrait, via un simple appel, d'espionner l'activité de votre mobile.
Istock

Depuis ce lundi 13 mai, WhatsApp recommande à ses utilisateurs de procéder le plus rapidement possible à la mise à jour de l’application. En effet, les équipes de la messagerie instantanée ont découvert une faille de sécurité, qui permettrait grâce à un simple appel, même manqué, d’espionner l’ensemble de l’activité de votre mobile.

Ce système peut allumer l’appareil photo, le micro, mais aussi la caméra de votre téléphone et ainsi recueillir des données de localisation, des messages et des mails. 150 millions d'utilisateurs auuraient été touchés sur les 1,5 milliards d'usagers. 

Publicité

Un logiciel espion israélien

Révélée par le Financial Times, “L’attaque a tous les attributs d’une action menée par une entreprise privée, susceptible de travailler pour un gouvernement pour espionner l’ensemble des activités d’un smartphone”, a confié l’un porte-parole de WhatsApp au quotidien.

Publicité

Ce programme espion a été développé par NSO Group, une entreprise israélienne et l’une des plus avancées en matière de développement de logiciels de surveillance, explique le journal britannique.

Une alerte donnée par Amnesty international

Au moins 24 militants des droits de l’Homme ont déjà été victimes de ces attaques déclare l’ONG. Ils auraient sans savoir, installé le logiciel sur leur téléphone rapporte Marianne. Un avocat britannique aurait également été la cible d’une cyberattaque dimanche 12 mai.  

"On avait déjà détecté ce genre d'intrusions”, déclare Nicolas Krameyer, responsable du programme “liberté d’expression” de l’ONG en France à Marianne. Une enquête en interne a été menée et soupçonne NSO Group d’être à l’origine de ce logiciel.

Il s’agirait de “Pegasus”, un programme ayant déjà permis à des agences gouvernementales de mettre sur écoute et de géolocaliser des militants politiques au Mexique, aux Emirats arabes unis et en Arabie Saoudite.