L'enquête sur la mort d'Élisa Pilarski se poursuit depuis maintenant trois semaines. Alors que certaines questions restent sans réponse, plusieurs détails continuent d'étonner.
Femme enceinte dévorée : ces trois détails troublants IllustrationAFP
Sommaire

Les proches d'Élisa Pilarski attendent des réponses. Le corps de la jeune femme a été découvert il y a trois semaines dans une forêt de l’Aisne et les enquêteurs cherchent toujours à comprendre ce qui lui est arrivé ce jour-là. Quels chiens sont impliqués ? Comment son animal a-t-il été blessé ? Pourquoi certains témoignages se contredisent ? La famille d'Élisa Pilarski, dont son compagnon Christophe Ellul, lui a dit adieu le 30 novembre dernier et des marches blanches devraient être organisées après les fêtes de fin d'année. Les résultats des prélèvements génétiques effectués sur 67 chiens – dont les cinq de la victime – n’ayant toujours pas été communiqués, de nombreux mystères continuent d’entourer l’affaire. Certains détails, encore sans explication, sont troublants.

Élisa Pilarski retrouvée "dénudée" et "dévorée"

Le drame qu’a vécu Élisa Pilarski le 16 novembre semble s’être joué en quelques instants, à en croire ce qu’a expliqué Christophe Ellul à nos confrères de L’Union. "Elle m’a appelé au travail. Elle était attaquée par plusieurs chiens, elle se faisait mordre au bras et à la jambe et elle n’arrivait pas à tenir Curtis, a-t-il confié. Je lui ai dit de lâcher le chien. Et mon téléphone est tombé dans la voiture. Quand je me suis arrêté pour le reprendre, il n’y avait plus de son. J’ai rappelé 35, 36, 37 fois… Elle n’a jamais répondu".

Quelques jours après la mort de sa compagne, Christophe Ellul a donné d’autres détails au Parisien, expliquant qu’en arrivant dans la forêt, il a dans un premier temps trouvé le manteau et l’écharpe de la jeune femme, posés au sol. Selon ses mots, cités par L’Union, sa compagne était "dévorée de partout" : "Ils lui avaient mangé la tête, les bras, les mains, les jambes…". Il affirme qu’elle "était dénudée, en soutien-gorge, le pantalon baissé". D’après les résultats de l’autopsie, la mort d'Élisa Pilarski – survenue entre 13 heures et 13h30 - "a pour origine une hémorragie consécutive à plusieurs morsures aux membres supérieurs et inférieurs ainsi qu’à la tête". Christophe Ellul en est persuadé, les animaux impliqués sont ceux de la chasse à courre.

Venez vous divertir autrement sur Hedony : Livres, jeux en ligne, cours en ligne et bien plus encore ! Profitez de 30J d'essaie gratuit

Cet article vous a intéressé ?

Découvrez encore plus d'actualités,
en vous abonnant à la newsletter de Planet.

Votre adresse mail est collectée par Planet.fr pour vous permettre de recevoir nos actualités. En savoir plus.