Vous devez voyager sur le réseau RATP durant les heures de pointe ? Veillez à vous munir de ce document.
Déconfinement : l'attestation employeur pour prendre les transports en Île-de-France désormais disponibleAFP

11 mai : téléchargez l'attestation employeur pour prendre les transports en Île-de-France 

Gare aux contrôles ! En plus du port du masque et d’une pièce d’identité, vous devrez présenter une attestation employeur si vous empruntez le réseau RATP pendant les heures de pointe, à compter du 11 mai 2020. Comme l’a précisé la ministre de la Transition écologique Élisabeth Borne durant la présentation du plan de déconfinement du gouvernement ce jeudi 7 mai, l’accès aux transports en commun en Île-de-France sera "réservé aux heures de pointe aux personnes détenant une attestation de leur employeur ou ayant un motif impérieux pour se déplacer" : rendez-vous médical, convocation de justice, accompagnement des enfants...

L’attestation employeur ci-dessous, à télécharger également sur le site de la préfecture, pourra vous être demandée entre 6h30 et 9h30 puis entre 16h et 19h, a indiqué la présidente de la région Île-de-France, Valérie Pécresse, ce vendredi 8 mai au matin.

11 mai : téléchargez l'attestation employeur pour prendre les transports en Île-de-France

RATP : 75% du service assuré

Une tolérance sera toutefois appliquée jusqu’au mardi 12 mai, note la préfecture d’Ile-de-France. Ainsi, les contrôles effectués lundi 11 mai auront une visée pédagogique, rapporte le Huffingtonpost avec l’AFP.

Au ralenti durant sept semaines, la RATP annonce assurer 75% du service dès lundi 11 mai. 60 stations de métro sur 302 resteront fermées. La SNCF fera de son côté circuler entre 50 et 60% des trains de banlieue. A bord, la distanciation sociale sera de mise. Les usagers devront rester à au moins un mètre les uns des autres. Cela réduira ainsi leur nombre de 80%.

Fin du confinement en France : toutes les attestations dont vous aurez besoin pour vous déplacer

Ne comptez pas sur le déconfinement pour mettre un terme aux attestations de sortie. Même passé le 11 mai 2020, il sera parfois nécessaire de montrer patte blanche pour pouvoir circuler. Et les forces de l'ordre pourront réclammer le précieux sésame qui a accompagné chacun des déplacements des Français depuis le 17 mars 2020. Pour l'heure, cependant, il n'est pas encore disponible sur le site du ministère de l'Intérieur, a fait savoir Christophe Castaner.

Cette nouvelle attestation permettra cette fois de quitter sa résidence et même de s'éloigner de son département d'origine. Quiconque entend dépasser 100 kilomètres devra s'en équiper. "Cette limite ne s'applique que si on quitte son département de résidence. Parcourir plus de 100 km au sein de son département de résidence reste possible", a précisé l'ancien socialiste.

"Soit c'est un trajet de plus de 100 km hors de son département de résidence et vous devrez fournir cette attestation remplie, soit c'est un trajet de moins de 100 km et un simple justificatif de domicile sera suffisant - l'attestation d'assurance, une facture, un chéquier", poursuit-il. Avant d'expliquer combien "le civisme et la responsabilité des Français" compteront pour maintenir le déconfinement. "Les contrevenants seront sanctionnés : le montant de l'amende ne change pas, 135 euros susceptibles d'augmenter en cas de récidive, a-t-il poursuivi. 

Déconfinement : quelle est la couleur de votre département ce jeudi soir ? 

Depuis le jeudi 30 avril, le département dévoile chaque soir une nouvelle carte de l'évolution de l'épidémie en France, département par département. Ceux qui connaissent une faible circulation du virus sont en vert, ceux où il circule beaucoup sont en rouge. De quelle couleur est votre département ce jeudi 7 mai ? La carte sera visible ici dès sa publication par le gouvernement.

Sortie du confinement : les nouvelles précisions d'Edouard Philippe

Nouveau discours. Après l’Assemblée nationale le 28 avril, c’est au Sénat que s’exprimait Edouard Philippe ce lundi 4 mai, pour y présenter le plan de déconfinement du gouvernement. Le Premier ministre a notamment annoncé une aide de l'État pour les moins de 25 ans les plus précaires. Il a également précisé que le port du masque sera obligatoire dans les collèges si la distanciation sociale n’est pas possible. Les offices religieux pourront reprendre à partir du 29 mai, à condition que "la situation sanitaire ne se dégrade pas au cours des premières semaines de levée du confinement". 

Déconfinement : de nouveaux détails jeudi 7 mai

Lors d’une conférence de presse à l'Élysée, Emmanuel Macron a assuré que de nouveaux détails sur le déconfinement seront donnés jeudi 7 mai. "On regardera chaque jour comment l’épidémie évolue en fonction du nombre de cas (…) des tests, des masques, et une organisation qui va avec. Ça nous permettra de voir chaque jour comment l’épidémie évolue", a-t-il ajouté. Il demande à ce que le déconfinement soit abordé avec "beaucoup d’organisation, de calme, de pragmatisme et de bonne volonté".

Edouard Philippe présentera les derniers volets du plan de déconfinement du gouvernement à 16 heures le jeudi 7 mai. Il s'exprimera depuis Matignon et sera accompagné de plusieurs de ses ministres : Olivier Véran, Elisabeth Borne, Christophe Castaner, Bruno Le Maire, Muriel Pénicaud et Jean-Michel Blanquer. Le Premier ministre devrait donner des indications sur les points qui sont encore flous, notamment la quarantaine pour les personnes entrant sur le territoire ou la possibilité, pour les agents de transports, de verbaliser les voyageurs en infraction.

Fin du confinement : les annonces d'Edouard Philippe

Enfin un début de réponse. Deux semaines après l’allocution d’Emmanuel Macron sur le déconfinement, Edouard Philippe a dessiné les plans du gouvernement pour la sortie de crise. Pendant une heure et une minute, très précisément, le Premier ministre s’est adressé aux députés présents dans l’hémicycle de l’Assemblée nationale. Il a détaillé la ligne que comptait suivre l’exécutif à partir du 11 mai, répétant une nouvelle fois que "la vie d’avant" ne reprendrait pas son cours immédiatement. Une piqûre de rappel pour les Français qui attendent le 11 mai avec impatience. Comme prévu, six chantiers ont été évoqués par Edouard Philippe : l’école, le travail, les commerces, les transports, la santé et les rassemblements. Que faut-il retenir de ces premières mesures ?

Fin du confinement : éviter l’arrivée d’une seconde vague

Edouard Philippe s’est montré très ferme lors de son discours, assurant que le gouvernement comptait agir avec "prudence" et progressivement sur cette fin du confinement. Il n’a pas exclu la possibilité de confiner une nouvelle fois les Français si le "risque d’une seconde vague" ne pouvait être évité. D’ici le 11 mai, si les indicateurs ne sont pas au vert, alors "nous ne déconfinerons pas le 11 mai ou nous le ferons plus strictement".

Déconfinement : il se fera à l’échelle des départements

Il s’agira bien d’un déconfinement progressif dans l’Hexagone. Lors de son allocution, Edouard Philippe a rappelé que la "circulation du virus n’est pas uniforme dans le pays". Le gouvernement a donc choisi de mettre en place une sortie du confinement par département selon leur situation sanitaire. À partir du 7 mai, et tous les soirs, les départements seront classés en vert ou en rouge pour permettre aux "autorités locales" d’adapter la fin du confinement "aux réalités du terrain".

Fin du confinement : des déplacements entre régions très réduits

C’est une des grandes questions des Français : pourrons-nous quitter notre région dès le 11 mai ? Sans surprise, la réponse est non. Edouard Philippe a confirmé devant les députés que les déplacements entre les départements et entre les régions seront réduits "aux seuls motifs professionnels ou familiaux impérieux, pour des raisons évidentes de limitation de la circulation du virus".

Déconfinement : plus d’attestation de déplacement obligatoire

Vous pourrez de nouveau circuler librement dès le 11 mai, mais pas n’importe où. Vous n’aurez plus besoin d’attestation de déplacement dérogatoire, sauf pour tout déplacement à plus de 100 kilomètres du domicile, qui nécessiteront "un motif impérieux, familial ou professionnel". Vous pourrez également faire vos courses et pratiquer une activité sportive sans restriction, à condition de respecter les mesures de distanciation sociale.

Fin du confinement : le ministère de l’Intérieur encourage le port du masque

Le port du masque ne sera obligatoire que dans les transports, mais le ministère de l’Intérieur encourage vivement les Français à s’y mettre. C’est ce qu’a annoncé la place Beauvau à BFMTV, expliquant : "Il n’est pas envisagé pour l’heure de rendre obligatoire le port du masque dans l’espace public".

Fin du confinement : les Français inquiets

Les annonces d’Edouard Philippe ne semblent pas avoir rassuré les Français. Selon un sondage de l’institut Elabe pour BFMTV, 63% des personnes interrogées se disent inquiètes du début du déconfinement.

Sortie du confinement : votre département sera-t-il en rouge ou en vert ?

Edouard Philippe veut adapter le déconfinement "aux réalités locales" dès le 11 mai et il y aura donc une classification binaire du territoire en fonction de l'évolution du virus dans les départements. Dès le jeudi 30 avril, Jérôme Salomon présentera tous les soirs une carte de France avec les départements classés en deux couleurs : le rouge ou le vert. Trois critères seront pris en considération chaque jour et la carte sera actualisée quotidiennement jusqu'au 7 mai. Le Premier ministre a annoncé devant l'Assemblée nationale que le déconfinement prendrait "une forme plus stricte" dans les départements qui sont classés "en rouge". Il a tout de même tenu à préciser qu'"il y a (...) une majorité d'obligations qui seront communes aux départements verts et aux départements rouges". 

Sortie du confinement : le critère rouge et vert est "important"

Depuis le jeudi 30 avril, le gouvernement dévoile chaque soir une carte mentionnant la couleur des départements. Rouge pour ceux où le virus circule activement, vert pour ceux où il est moins présent. Une chose est sûre, notre quotidien sera différent qu’on vive dans une zone verte ou une zone rouge. "Ce critère rouge et vert est important, donc sur certains déplacements, sur l’ouverture de certains services, on variera un peu les choses", a expliqué Emmanuel Macron lors d’une interview à la télévision, ajoutant : "Il y aura de petites différences » mais « pas au-delà du raisonnable".

Début du déconfinement : pourquoi avoir choisi la date du 11 mai ?

C’est une fin théorique fixée par le président de la République. Lors d’une allocution télévisée le lundi 13 avril, sa quatrième depuis le début de la crise sanitaire, Emmanuel Macron a donné la date du 11 mai aux Français pour la fin du confinement en France, entamé le 17 mars dernier. Comme l’a rappelé Christophe Castaner dès le lendemain, cette date n’est qu’un "objectif", qui pourrait être modifié en fonction de la situation sanitaire dans le pays.

Pourquoi donc avoir choisi le 11 mai et pas le 12 ou le 14 ? Cité par LCI, l’entourage du président de la République affirme qu’"elle a été choisie en fonction de l’impératif sanitaire". Pour les scientifiques, c’est avant tout le nombre d’admissions aux urgences, et particulièrement en réanimation, qui est essentiel. La sortie du confinement ne signifie pas, pour autant, la fin de l’épidémie. Edouard Philippe a d’ailleurs rappelé dimanche 19 avril que le retour à "une vie normale" ne serait pas pour tout de suite.

EN DIRECT – Déconfinement : les dernières informations sur la sortie du confinement en France

18h. C'est la fin de ce direct. Merci à tous de l'avoir suivi. Nous nous retrouvons dès lundi pour de nouvelles informations sur le déconfinement en France.

18h55. L’attestation employeur pour voyager en heure de pointe sur le réseau RATP est disponible. Téléchargez-là sur le site de la préfecture.

17h30. Déconfinement : Air France contrôlera désormais votre température. "Des contrôles de température seront progressivement déployés au départ de l’ensemble des vols opérés par Air France à compter du 11 mai", a déclaré la compagnie dans le cadre de la crise sanitaire engendrée par le nouveau coronavirus. "Cette vérification systématique sera assurée au moyen de thermomètres infrarouges sans contact", précise-t-elle dans un communiqué. Si celle-ci est supérieure à 38 degrés, l’embarquement sera refusé, et leur "réservation sera modifiée sans frais pour un départ ultérieur".

https://www.planet.fr/societe-avion-il-faudra-desormais-passer-un-nouveau-controle-de-temperature.1990294.29336.html

14h45. Transports, 10 millions de masques distribués dès le lundi 11 mai. "Nous avons un objectif : que chaque Français soit en mesure de se procurer un masque. Il pourra s'agir d'un masque grand public, lavable et réutilisable", a indiqué Christophe Castaner ce vendredi 8 mai lors d’une conférence de presse. C’est pourquoi l’Etat met à partir de lundi, date du début du déconfinement, "10 millions de masques à disposition des opérateurs de transport pour qu’ils les distribuent à leurs usagers". "4,4 millions" d’entre eux sont destinés à l’Ile-de-France.

11h.Coronavirus : la consultation médicale vous coûtera désormais 55 euros. En raison de la complexité et de la longueur de la consultation, le prix de la visite chez un médecin généraliste a été rehaussée le 4 mai dernier. Une fois le diagnostic établi, "le médecin va interroger le patient et, avec lui, va évaluer quelles sont les personnes vers lesquelles il est important de les protéger et de leur proposer un examen. C'est une des consultations les plus chères, mais à notre avis c'est l'un des actes les plus importants", indique le docteur Jacques Battistoni, président de MG France, au micro de RTL.

Les médecins percevront également, directement de la Sécurité sociale, 2 euros de bonus pour chaque contact supplémentaire identifié au-delà du cercle familial et 4 euros s'ils précisent leurs coordonnées.

 

9h00. Bonjour et bienvenue dans cette édition spéciale sur le déconfinement, qui doit débuter le 11 mai. Voici les dernières informations sur le sujet.

Une sortie du confinement progressive : la stratégie de déconfinement proposée par Emmanuel Macron

Le déconfinement de la France sera progressif à partir du 11 mai. Le gouvernement d’Edouard Philippe n’a pas encore rendu sa copie sur les modalités de sortie du confinement et devrait apporter de nouvelles précisions avant la fin du mois d’avril. Plusieurs pistes ont été évoquées ces dernières semaines pour mettre en place ce déconfinement progressif. Quel est le plan de sortie de crise du gouvernement ?

Déconfinement : par région, par âge… Tous les scénarios possiblesDéconfinement : par région, par âge… Tous les scénarios possiblesLe mot est sur toutes les lèvres mais rien n'est acté. Le gouvernement planche sur plusieurs options pour la fin du confinement. Quelles sont-elles ?

Sortie du confinement par tranche d’âge

Cette possibilité avait été évoquée par Edouard Philippe le 1er avril devant l’Assemblée nationale, puis dès le lendemain à la télévision. Il parlait alors d’un "déconfinement progressif" qui pourrait être "sujet à une politique de tests, en fonction, qui sait, de classes d’âge". Lors de son allocution le 13 avril dernier, Emmanuel Macron avait annoncé que les personnes âgées devraient rester confinées après le 11 mai. Quelques jours plus tard, devant le Sénat, le professeur Jean-François Delfraissy, président du comité scientifique, déclarait que "pour les personnes d’un certain âge, de 65 ou 70 ans (…) on continuera le confinement".

Une proposition qui a soulevé un tollé dans l’opinion, de nombreux sexagénaires et septuagénaires s’estimant assez en forme pour pouvoir, eux aussi, retrouver une vie normale. l'Élysée a finalement fait marche arrière, affirmant que "le chef de l'État ne souhaite pas de discrimination entre nos concitoyens après le 11 mai". La sortie du confinement par tranches d’âge n’est donc pas au menu pour la levée des restrictions de déplacement.

Déconfinement par région

La sortie du confinement ne se fera ni par âge, ni par région. Alors que cette hypothèse avait été évoquée ces dernières semaines, l'Élysée a annoncé jeudi 23 avril que ce ne serait pas le plan adopté par l’exécutif. Le château affirme qu’il ne sera pas "régionalisé", le déconfinement s’adaptera aux "réalités de chaque territoire". Lors d’une visioconférence avec des maires, Emmanuel Macron a définitivement fermé la porte à cette stratégie mais, selon l'Élysée, cité par franceinfo, il pourrait y avoir des adaptations locales et régionales.

Comme l’expliquait Le Parisien  quelques jours avant cette annonce Emmanuel Macron aurait renoncé à cette possibilité après avoir consulté de nombreuses personnalités politiques, notamment Nicolas Sarkozy, François Hollande, François Bayrou ou encore… Angela Merkel. Un déconfinement par région aurait été trop complexe à mettre en œuvre dans l’Hexagone, car il aurait fallu notamment établir des frontières intérieures.

Déconfinement par secteur d’activité

Toutes les activités ne vont pas reprendre au même moment lors du déconfinement. Les lieux qui rassemblent du public, comme les restaurants, les cinémas, les musées, les salles de spectacle ne pourront pas rouvrir dès le 11 mai, selon le gouvernement. La sortie du confinement pourrait donc s’effectuer par secteur d’activité, puisque les commerces alimentaires seront autorisés à rouvrir après deux mois de fermeture.

 "Stop and go" : allons-nous alterner entre confinement et déconfinement ?

Et si le déconfinement du 11 mai n’était pas éternel ? C’est la théorie du « stop and go » qui serait sur la table du gouvernement, selon Le Parisien. Cette stratégie vise à alterner les périodes de confinement et celles de déconfinement, de retour à une vie normale, en fonction de l’évolution de l’épidémie dans le pays.

"Stop and go" : et si vous étiez de nouveau confiné après le 11 mai ?Une deuxième vague de l'épidémie pourrait pousser le gouvernement à confiner une nouvelle fois les Français après le 11 mai. Explications.

Déconfinement : "Il faut que la vie reprenne"

Pour Jean-François Delfraissy, président du Conseil scientifique, estime que "nous ne pouvons pas rester indéfiniment dans le confinement, ce n’est pas possible". Interrogé sur BFMTV, il a déclaré : "Le 11 mai sera la bonne date si nous avons tous les prérequis pour sortir du confinement. Ce n’est pas un problème de la date, mais de savoir si nous avons tous les outils de surveillance pour pouvoir sortir du confinement".

Quelles seront les conditions sanitaires mises en place dès la sortie du confinement ?

Le port du masque "grand public" obligatoire dans les transports

Le port du masque sera-t-il obligatoire dès le 11 mai et la fin du confinement ? Lors de son allocution le 19 avril, Olivier Véran a annoncé que la France allait bientôt produire "17 millions " de masques grand public par semaine afin "d’équiper les Français qui le souhaiteront". Lors de son allocution du 28 avril, Edouard Philippe a confirmé que le port du masque sera bien obligatoire dans les transports.

Les masques grand public distribués à partir du 4 mai

Les Français ont enfin une date. Des masques leur seront distribués à partir du 4 mai, a annoncé Agnès Pannier-Runacher aux Échos vendredi 24 avril. "l'État contribuera à doter en masques grand public les citoyens dès que possible par les canaux de distribution les mieux adaptés. De premières expérimentations seront faites à partir du 4 mai", explique la secrétaire d'État. Elle précise que plusieurs modes de distribution ont déjà été "identifiés". "Le champ des possibles est très large et nous regardons toutes les hypothèses : pharmaciens, mairies, grande distribution, buraliste, plateforme Afnor, e-commerce, etc.", conclut-elle.

Masques vendus chez le buraliste : tout ce qu’il faut savoir

Des masques grand public seront vendus chez les buralistes quelques jours avant la fin du confinement en France. Dès le 30 avril, les professionnels pourront s’en procurer en priorité dans leurs bureaux de tabac pour un prix avoisinant les cinq euros. Les particuliers devront, eux, attendre le 4 mai pour pouvoir se procurer ces masques grand public.

Masques vendus chez le buraliste : prix, date, conditions… Tout ce que l’on saitMasques vendus chez le buraliste : prix, date, conditions… Tout ce que l’on saitMasques vendus chez le buraliste : prix, date, conditions… Tout ce que l'on saitDes masques grand public seront vendus dans les bureaux de tabac dès le 30 avril. Qui pourra les acheter ? À quel prix ?

Masques vendus en pharmacie : à quel prix ?

La vente des masques alternatifs est autorisée en pharmacie depuis le lundi 27 avril après la publication d’un arrêté au Journal officiel ce week-end. Ces modèles en tissu lavable homologué et réutilisable doivent être vendus à moins de cinq euros l’unité. Ils sont disponibles sans ordonnance.

Dépistage par des tests sérologiques

Ils sont considérés comme un outil important du déconfinement. Les tests sérologiques pourraient être une solution à la levée du confinement le 11 mai prochain. Emmanuel Macron a annoncé un recours généralisé aux tests sérologiques afin de tester les personnes présentant des symptômes du Covid-19 pour pouvoir ensuite les isoler. En quoi consistent-ils ? Auprès d’Europe 1, le docteur Claude Cohen, président du syndicat national des médecins biologistes, explique qu’ils "testent l’immunité pour identifier les personnes qui ont été, ou pas, immunisées". Le 28 avril, devant les députés, Edouard Philippe a fixé l'objectif de "700 000 tests virologiques" au moins par semaine à compter du 11 mai. Les laboratoires de recherche et les laboratoires vétérinaires seront désormais autorisés à en pratiquer.

Mise en place de l’application de tracking StopCovid ?

C’est une des pistes envisagées par le gouvernement. L’application disponible sur smartphone "STOP-Covid" permettrait d’être averti en cas de contact avec une personne malade du Covid-19. Sa possible mise en place divise la classe politique, au point qu’un débat sera organisé à l’Assemblée nationale puis au Sénat dans les prochains jours. En cause, le traitement qui serait fait des données personnelles et celle des libertés. L’affaire est donc loin d’être terminée et le débat ne fait que commencer.

StopCovid : comment fonctionne l'application qui doit vous dire si vous avez rencontré un malade ?StopCovid : comment fonctionne l'application qui doit vous dire si vous avez rencontré un malade ?Pour lutter contre le coronavirus Covid-19, l'État Français travaille actuellement à la réalisation d'une application très particulière. En effet, cette dernière alerte...

Certificats d’immunité

Les Français immunisés contre le Covid-19 pourront-ils être déconfinés plus tôt ou plus largement ? C’est la question du certificat d’immunité, ou passeport d’immunité. Il permettrait aux personnes qui ont été infectées par le coronavirus de bénéficier d’une sorte de "passe-droit" délivré par leur médecin. Ces personnes pourraient donc retrouver une vie normale, puisqu’elles ne représenteraient plus un danger, ni pour elles ni pour les autres. Cette hypothèse n’a, pour l’heure, pas été évoquée davantage par le gouvernement.

Aucun Français confiné après le 11 mai : Emmanuel Macron ne veut pas de discrimination

Trois pas en avant, deux en arrière. Emmanuel Macron a tenu à désamorcer la grogne qui pointait dans la population après les propos du professeur Jean-François Delfraissy sur le confinement des personnes âgées et fragiles, évoqué également par le président de la République. Vendredi 17 avril, l'Élysée indiquait qu’Emmanuel Macron "en appellera à la responsabilité individuelle" lors de la sortie du confinement en France. Mais certaines personnes pourraient bien continuer à être confinées au-delà du 11 mai. Il s’agit notamment des malades du Covid-19 qui pourront rester à leur domicile ou dans des hôtels ouverts spécialement pour eux. Les personnes à risque devraient également être invitées à rester chez elles au maximum, notamment celles atteintes d’une infection de longue durée, d’une faiblesse respiratoire et les femmes enceintes.

Réouverture des commerces et infrastructures à partir du 11 mai

Réouverture partielle des crèches, écoles, collèges et lycées

Les enfants, les collégiens et les lycéens vont retrouver les bancs de l’école. Lors de son allocution sur la fin du confinement lundi 13 avril, Emmanuel Macron a annoncé une réouverture "progressive" des établissements scolaires à partir du 11 mai. Dimanche 19 avril, Edouard Philippe a précisé les propos du chef de l'État, expliquant que toutes les écoles n’allaient pas rouvrir au même moment. "Toutes les écoles n’ouvriront pas partout le 11 mai et ne fonctionneront pas partout le 11 mai dans les conditions dans lesquelles elles fonctionnaient le 11 février ou le 11 janvier", a-t-il ajouté.

Lors de son allocution du 28 avril, Edouard Philippe a confirmé que les maternelles et les écoles primaires allaient rouvrir leurs portes de manière "très progressive" à partir du 11 mai. Les collèges, eux, pourront de nouveau accueillir leurs élèves "à compter du 18 mai" mais seulement dans les départements les moins touchés. Dans un premier temps, seuls les classes de 6e et de 5e seront concernées par cette ouverture. Pour les lycées, le gouvernement prendra la décision fin mai pour une possible réouverture au début du mois de juin.

Retour à l’école après le confinement : les parents pas franchement partants

Remettre son enfant à l’école ? Hors de question pour de nombreux parents ! Selon un sondage Odoxa-Dentsu Consulting pour franceinfo et Le Figaro, six Français sur dix estiment que la réouverture des écoles est une mauvaise décision. 68% des parents prévoient de ne pas envoyer en cours au moins un de leurs enfants et 48% d’entre eux l’ensemble de leur progéniture.

Les supermarchés, épiceries et primeurs resteront ouverts

Les commerces alimentaires, qui sont restés ouverts depuis le début du confinement, vont bien sûr continuer à être ouverts à la sortie du confinement. Vous pourrez donc continuer d’aller faire vos courses au supermarché et chez vos commerçants comme le boucher, le boulanger, le poissonnier, le primeur etc…

Reprise des transports avec masques et gel : bus, métro, RER, trains et avions

Les transports ont une place centrale dans la question de la sortie du confinement puisque ce sont des lieux de proximité par excellence. Comment permettre aux Français de se déplacer sans qu’ils prennent de risques ? Edouard Philippe a annoncé le 28 avril que la capacité des transports publics serait réduite afin de respecter les distances de sécurité entre les individus. Et ce pendant au moins trois semaines après le 11 mai. "Il faudra condamner un siège sur deux, favoriser, par des marquages au sol, la bonne répartition sur les quais, se préparer à limiter les flux en cas d'influence", a ajouté Edouard Philippe.

Réouverture des salons de coiffure

Les salons de coiffure devraient faire partie des commerces autorisés à rouvrir le 11 mai prochain. De nombreuses mesures devraient être mises en place afin de permettre la distanciation sociale entre les clients et les salariés. Une personne par salon, des horaires plus étendus, des prestations uniquement sur rendez-vous ? Ces différentes pistes sont étudiées actuellement par la profession afin de permettre une reprise de l’activité en toute sécurité. Retrouvez l’interview de Christophe Doré, 1er vice-président de l’Union nationale des entreprises de coiffure.

Salons de coiffure : ce qu'il pourrait se passer dès le 11 maiSalons de coiffure : ce qu'il pourrait se passer dès le 11 maiINTERVIEW. Les salons de coiffure pourraient retrouver leur clientèle dès le 11 mai. Comment accueillir du monde tout en respectant les mesures de distanciation sociale ? C'est le défi des professionnels,...

Réouverture des bureaux de poste : quand ? Où ?

La Poste, qui a adapté son activité au confinement, devrait rouvrir l’ensemble de ses bureaux petit à petit sur le territoire d’ici la fin du mois d’avril. Le groupe a d’ores et déjà annoncé que la distribution du courrier passait de trois à quatre jours par semaine, du mardi au vendredi (inclus).

Certains fast-food ont déjà rouverts, comme McDonald’s

Fermés pendant un temps, les fast-food commencent petit à petit à reprendre leur activité. C’est notamment le cas des établissements de la chaîne McDonald’s, qui a rouvert les portes d’une quarantaine de ses restaurants cette semaine, mais seulement pour le drive et les livraisons. A en croire les vidéos qui ont circulé sur les réseaux sociaux, les Big Mac, nuggets et autres spécialités de la chaîne ont sérieusement manqué à de nombreux Français, qui n’ont pas hésité à faire la queue pendant plusieurs heures pour satisfaire leur manque de junk food.

Réouverture des magasins de bricolage et de décoration

Eux aussi ont manqué à de nombreuses personnes pendant le confinement. Après cinq semaines d’arrêt, de nombreux magasins de bricolage et de décoration ont eux aussi rouvert leurs portes, tout en respectant les règles sanitaires. Attention, les réouvertures dépendent de chaque chaîne. Les grandes enseignes de décoration, elles, sont toujours fermées. C’est notamment le cas pour Ikea, Maisons du Monde, Alinea ou But. Certaines proposent tout de même la livraison à domicile donc renseignez-vous.

Jardineries et pépinières autorisées à rouvrir pour vendre des plants potagers

Les jardineries et pépinières ont été autorisées à rouvrir pour la vente de plants potagers pendant le confinement. C’est ce qu’a annoncé la secrétaire d'État auprès du ministère de l'Économie Agnès Pannier-Runnacher le 1er avril. "Dans le cadre des arbitrages que nous venons de rendre, la vente des plants potagers est considérée comme un achat de première nécessité", expliquait-elle alors.

EHPAD : de nouvelles mesures pour le droit de visite ?

Une bonne nouvelle pour les résidents des Ehpad et leur famille. Dimanche 19 avril, le ministre de la Santé Olivier Véran a annoncé la mise en place d’un "droit de visite" dès le lendemain dans les établissements accueillants des personnes âgées. Mais plusieurs conditions doivent être remplies. Ce droit de visite sera possible "à la demande du résident" et dans des conditions "extrêmement limitées, pas plus de deux personnes par famille". Les proches devront également signer une "charte de responsabilité". "Toucher la personne" sera bien sûr impossible, mais un "contact visuel" sera autorisé lors de ces visites.

Sortie du confinement : qu'est-ce qui ne rouvrira pas le 11 mai ?

L’enseignement supérieur : universités, BTS… Une reprise des cours en septembre

Si les écoliers, les collégiens et les lycéens vont bien retrouver le chemin des cours à partir du 11 mai, ce ne sera pas le cas pour les étudiants des universités, BTS et autres écoles d’études supérieures. En effet, toutes les universités resteront fermées jusqu’en septembre. "Cette décision a été prise en raison du calendrier des formations du supérieur. Elles se terminent généralement la deuxième ou troisième semaine de mai, avant le démarrage des évaluations de fin de semestre. Il nous est donc apparu plus judicieux de terminer l’ensemble des formations du supérieur à distance et de prévoir une rentrée universitaire classique au début du mois de septembre", explique à 20 Minutes Annick Vidal, ministre de l’Enseignement supérieur.

Les lieux de rassemblement publics resteront fermés : restaurants, bars, cinémas, salles de spectacles, musées, festivals…

Les lieux qui accueillent du public ne sont pas prêts de rouvrir leurs portes. Alors que les commerces alimentaires et non alimentaires vont pouvoir de nouveau accueillir leurs clients à partir du 11 mai, les cafés, restaurants et bars ne vont pas retrouver un rythme normal d’ici quelques semaines. Aucune date n’a, pour l’heure, été donnée sur la fin du confinement pour ces lieux et leurs équipes. Il en est de même pour les cinémas, les salles de spectacle et les musées, qui seront peut-être les derniers lieux autorisés à accueillir de nouveau les Français.

Lors de son allocution le 28 avril, Edouard Philippe a prévenu que "la vie sociale reprendra, mais progressivement". Les grands musées, les cinémas, les théâtres et les salles de concert resteront fermées "au moins jusqu'au 1er juin", tout comme les salles des fêtes et les salles polyvalentes. L'accès aux cimetières, médiathèques, bibliothèques et aux petits musées sera de nouveau autorisé.

Jusqu’à quand les frontières de l’espace Schengen seront-elles fermées ?

Pourra-t-on quitter l’espace Schengen à la sortie du confinement ? C’est une des questions que se posent les Français et auxquelles le gouvernement n’a pas encore apporté de réponse. Cité par BFMTV, le ministère des Affaires étrangères explique que "le sujet est européen". "On ne décide pas seuls, mais la question est de savoir jusqu’à quand elles resteront fermées", est-il ajouté. Mais que va-t-il se passer pour les frontières à l’intérieur de cet espace ? Pourrons-nous partir en vacances dans un autre pays européen ? L’exécutif n’a pas encore donné sa réponse mais les Français sont invités à privilégier les vacances au sein même de l’Hexagone.

Fin du confinement : ce qui est encore incertain

Les infrastructures sportives rouvriront-elles à partir du 11 mai ?

Pourra-t-on profiter d’un petit tour au stade, d’une longueur dans une piscine dès le 11 mai ? Lors de son allocution du 13 avril, Emmanuel Macron n’a pas précisé si les infrastructures sportives pourraient rouvrir dès la fin du confinement. Mais, alors que les autres lieux rassemblant du public (comme les théâtres et les cinémas) sont fermés, il est très probable qu’une majorité des équipements sportifs restent eux aussi inaccessibles après le 11 mai.

Les dentistes seront-ils ouverts au public en cas d’urgence ?

Les dentistes vont pouvoir reprendre leurs activités dès le 11 mai, selon le docteur Serge Fournier, président de l’Ordre national des chirurgiens-dentistes. Interrogé par Dentoscope, il explique que "lentement et progressivement, à partir du 11 mai, les cabinets dentaires vont reprendre leur activité". Les professionnels attendent néanmoins "les mesures qui seront données par le gouvernement sur les paramètres du déconfinement". Selon le docteur Fournier, les dentistes ne pourront pas recevoir plus d’un patient par heure et avec des moyens de protection. Comme c’est le cas depuis le début du confinement, les dentistes seront donc ouverts au public en cas d’urgence.

Une sortie du confinement pour les instituts de beauté ?

Rien n’a, pour l’heure, été communiqué spécifiquement concernant les instituts de beauté. Mais, faisant eux aussi partie des commerces non alimentaires, ils devraient pouvoir rouvrir dès le 11 mai, à condition de respecter strictement les consignes d’hygiène et les mesures barrières, pour leurs salariés comme pour leurs clients.

Les librairies seront-elles ouvertes ?

Franck Riester, ministre de la Culture, a affirmé sur France Inter le 16 avril que "l’une des priorités est de rouvrir le plus rapidement possible les librairies". Certains magasins ont déjà mis en place des systèmes de drive ou de livraison de livres pendant le confinement, mais ils devraient avoir à s’adapter pour pouvoir accueillir de nouveau les clients dès le 11 mai, comme le souhaite le ministre.

Déconfinement et entreprise : le télétravail, le chômage partiel seront-ils maintenus ?

Le télétravail va-t-il rester une habitude malgré la sortie du confinement ? C'est ce que souhaite Edouard Philippe. Le 28 avril, il a demandé "avec insistance" aux entreprises de maintenir le télétravail "partout où c'est possible", au moins "dans les 3 prochaines semaines". Le but étant de "limiter le recours aux transports publics" et de "limiter globalement les contacts". Pour les salariés ne pouvant pas avoir recours au télétravail, "la pratique des horaires décalés dans l'entreprise doit être encouragée", a ajouté le Premier ministre.

Le Premier ministre s'est également exprimé sur le chômage partiel, dont les mesures seront maintenues jusqu'au 1er juin. "Il nous faudra ensuite l'adapter progressivement, afin d'accompagner la reprise d'activité si l'épidémie est maîtrisée", a ajouté Edouard Philippe. 

 

Déconfinement : plus de détails "début juin" sur les vacances d'été

La question est de plus en plus pressante et le gouvernement sait qu’il doit y apporter des réponses. Lors de sa visite dans une école de Poissy (Yvelines), Emmanuel Macron a évoqué les congés estivaux des Français, estimant qu’"il est trop tôt pour dire si on pourra avoir des vacances". "On le saura début juin", a ajouté le chef de l'État. "On va limiter les grands déplacements internationaux, même pendant les vacances d’été. On restera entre Européens, peut-être faudra-t-il réduire un peu plus", a-t-il conclu lors d’une interview à la télévision.

[liveblogposting]

Sortie du confinement et rassemblements à éviter : réunions de famille, mariages, enterrements…

Les grands rassemblements ne seront pas autorisés dès le 11 mai. En ce qui concerne les fêtes familiales, mais aussi les moments plus douloureux, qu’en sera-t-il ? La question est encore floue, alors que de nombreux Français attendent des réponses. "Il ne me paraît pas complètement raisonnable d’imaginer qu’un mariage qui rassemblerait 200 personnes dans un lieu confiné soit immédiatement envisageable", a expliqué le Premier ministre Edouard Philippe le 19 avril. Il a de nouveau évoqué cette question le 28 avril, expliquant que les rassemblements de plus de 10 personnes ne seraient pas autorisés dans l'immédiat.

Selon le professeur Jean-François Delfraissy, ces rassemblements familiaux et amicaux pourraient ne pas avoir lieu en France avant le mois de juillet. Invité sur BFMTV, le président du comité scientifique a déclaré : "Les grandes réunions familiales, les mariages, les anniversaires, doivent être évités". Selon lui, cette mesure pourrait durer... Deux mois, jusqu'au milieu du mois de juillet.

Contribuez à sauver des milliers d'enfants : en savoir plus sur le leg Unicef

Cet article vous a intéressé ?

Découvrez encore plus d'actualités,
en vous abonnant à la newsletter de Planet.

Votre adresse mail est collectée par Planet.fr pour vous permettre de recevoir nos actualités. En savoir plus.