Le Premier ministre s'est exprimé dimanche en fin d'après-midi pour faire un point d'étape sur la crise sanitaire sans précédent que traverse actuellement la France. Certaines des annonces qu'il a faites n'ont pas de quoi redonner le sourire aux Français, au contraire.
Les mauvaises nouvelles annoncées par Edouard PhilippeAFP

Moins d’une semaine après l’allocution d’Emmanuel Macron au cours de laquelle le président a notamment annoncé le début du déconfinement à partir du 11 mai, Edouard Philippe s’est à son tour adressé aux Français dimanche en fin d’après-midi.

A 17h30, filmé depuis l’hôtel de Matignon et accompagné par Olivier Véran, le ministre en charge de la Santé, le Premier ministre a ainsi fait un "point de situation" sur la pandémie de coronavirus Covid-19 en France. L’occasion pour le chef du gouvernement de préciser certains points qui n’ont eu de cesse de tarauder les Français au cours des derniers jours.

Pas de retour à la normale "avant longtemps"

Rapidement, Edouard Philippe a donné le ton : "Notre vie à partir du 11 mai ne sera pas celle d’avant le confinement, pas avant longtemps". "Comment va s’organiser la vie après le déconfinement ? Beaucoup d’entre vous aimeraient que je réponde à ces questions, a-t-il poursuivi. Je n’y répondrai pas aujourd’hui, mais dans 15 jours". Et celui-ci d’insister : "A partir du 11 mai, ce ne sera pas la même vie qu’avant le confinement". Le Premier ministre a toutefois tenu à rassurer les Français en assurant que "nous allons apprendre à organiser notre vie collective et à retrouver les libertés auxquelles nous sommes attachés".

Chiffres à l’appui, le chef du gouvernement a également insisté sur le fait que nous n’en avions pas fini avec l’épidémie de coronavirus Covid-19, même si des "pas" ont été faits. "Nous allons devoir apprendre à vivre avec le virus, a-t-il martelé, car la population n’est pas immunisée". Les gestes barrières recommandés par le gouvernement (se laver fréquemment les mains, utiliser un mouchoir à usage unique, tousser dans son coude, ne pas serrer la main ni faire la bise, et respecter une distance sociale d’au moins un mètre) devront donc être encore appliqués pendant plusieurs semaines, voire plusieurs mois.

Edouard Philippe a ensuite annoncé quand les premiers vaccins contre le coronavirus Covid-19 seraient livrés. Et là, encore, il faudra s’armer de patience.

Contribuez à sauver des milliers d'enfants : en savoir plus sur le leg Unicef

Cet article vous a intéressé ?

Découvrez encore plus d'actualités,
en vous abonnant à la newsletter de Planet.

Votre adresse mail est collectée par Planet.fr pour vous permettre de recevoir nos actualités. En savoir plus.