TEMOIGNAGE. Nouveau cap. Avec 100 000 cas officiellement comptabilisés et 9 000 morts au 1er avril, l'Espagne devient le second pays le plus touché par la pandémie. Comment la situation est-elle vécue par les Espagnols ? Sylvain Wils, un Français expatrié en Andalousie, raconte.
Coronavirus : comment la crise sanitaire est-elle gérée en Espagne ? Un expatrié raconteIllustrationIstock

Chaque jour, le bilan s’alourdit en Europe. Pour le 5e jour consécutif, l’Espagne a recensé plus de 800 morts. Le bilan global de la pandémie atteint désormais 9 053 morts et plus de 102 000 cas depuis le début du mois de février, rapporte Le Monde. Selon le ministère de la santé, le confinement total commence toutefois a porté ses fruits : le nombre de nouvelles infections baisse tandis que le nombre de patients guéris augmente. La population reste cependant très angoissée et en colère face à la situation. D’après bon nombre d’Espagnols, le gouvernement n’a pas pris toutes les mesures nécessaires. Pénurie de matériels, tests insuffisants… Sylvain Wils, un entrepreneur français employant 30 salariés dans l’ameublement (MisterWils) et habitant à Séville (Andalousie) depuis 1 993, nous expose son ressenti.

"Les mesures de crise ont été prises trop tardivement"

Nous avons été touchés sérieusement 15 jours après l’Italie. Selon moi, le gouvernement a mis trop de temps à prendre des mesures strictes. Dès le premier foyer d’infection détecté, à Leganes et Torrejon, des villes proches de Madrid, le confinement aurait dû être instauré. Ces lieux n’ont pourtant pas été isolés et le Covid-19 s’est alors répandu dans toute la province de Madrid, puis dans l’ensemble du pays ; car le week-end du 15 mars, les Madrilènes sont partis à la plage dans la région d'Alicante, de Murcie et d'Andalousie.

Les supermarchés, pris d’assaut, ont contribué à la propagation. Aucun ordre, aucun contrôle, ni mesures d'hygiène de base n’ont été respectés. Certaines manifestations et meeting n’ont pas non plus été annulés, malgré la gravité de la situation qui ne semblaient par ailleurs pas alerter les autorités au départ. Les dirigeants politiques, de gauche comme de droite, déclaraient aux Espagnols : "La peur tue plus que le virus. Pas besoin de s'inquiéter, nous avons le meilleur système de santé du monde, c'est une simple grippe. Tout est sous contrôle". Pourtant, rien ne l’était.

Obtenez gratuitement votre guide mutuelle senior 2020 pour réaliser des économies !

Vidéo : Coronavirus : les gels hydroalcooliques sont-ils cancérigènes ?

Cet article vous a intéressé ?

Découvrez encore plus d'actualités,
en vous abonnant à la newsletter de Planet.

Votre adresse mail est collectée par Planet.fr pour vous permettre de recevoir nos actualités. En savoir plus.