INTERVIEW. Nous sommes en 1958 et des Français étonnés passent les portes du tout premier supermarché. Laurent Leroy, spécialiste de l'histoire du libre-service, revient sur cette ouverture pour Planet.
Premier supermarchéCollection Goulet-Laurent Leroy

63 ans et pas une ride. Le supermarché fait partie de notre quotidien, tant et si bien qu'il nous est difficile d'imaginer faire nos courses ailleurs. Denrées alimentaires, produits d'hygiène, décoration, entretien... Tout s'achète dans ces rayons bien fournis, où les chariots se croisent du matin au soir. Pourtant, en 1958, la première grande surface sortie de terre est loin de ressembler aux hypermarchés que nous connaissons aujourd'hui.

Venu tout droit des Etats-Unis, le concept séduit malgré tout des Français réticents, dont les questions et les doutes nous semblent aujourd'hui un tantinet désuets. Laurent Leroy est spécialiste de l'histoire de Goulet-Turpin, fondateur du libre-service puis du supermarché en France. Il revient, pour Planet, sur l'ouverture de ce premier magasin et la réaction des premiers clients.

Premier supermarché : des voyages aux Etats-Unis pour s'inspirer

Avant le premier supermarché, il y a eu l’apparition du libre-service. C’était déjà une petite révolution ?

Laurent Leroy. Effectivement, il n’y aurait pas eu de supermarchés s’il n’y avait pas eu de libre-service, après la Seconde guerre mondiale. Goulet-Turpin a ouvert le premier magasin en libre-service de France le 6 juillet 1948, dans le 18e arrondissement de Paris. Au début, les Français étaient très méfiants et surtout les gérants, qui avaient peur des vols. De son côté, la clientèle considérait qu’elle payait donc qu’elle devait se faire servir… Cinq ans plus tard, une centaine de magasins étaient ouverts en France.

Dix ans plus tard, c’est le premier supermarché de France qui ouvre ses portes dans les Hauts-de-Seine. Comment l’idée a-t-elle germé chez Goulet-Turpin ?

Laurent Leroy. Là encore, c’est Goulet-Turpin qui est à l’origine de cette ouverture, à Rueil-Malmaison. En 1947, Pierre Goulet était allé aux Etats-Unis pour observer le libre-service mais, en 1957, c’est son fils Jean qu’il envoie de l’autre côté de l’Atlantique, dans une société de supermarchés. Pendant un an, il va occuper tous les postes et envoyer les repérages qu’il effectue au siège de la société Goulet-Turpin, à Reims. Un bureau d’étude est créé et c’est comme ça que l'entreprise va penser elle-même son propre supermarché.

Cet article vous a intéressé ?

Découvrez encore plus d'actualités,
en vous abonnant à la newsletter de Planet.

Votre adresse mail est collectée par Planet.fr pour vous permettre de recevoir nos actualités. En savoir plus.