Des faits surprenants. En réponse à Jean-Luc Reichmann, qui l'accuse de ne lui avoir rien dit, Patrice Laffont a décidé de prendre la parole dans les colonnes de France Dimanche.
abacapress

Une mise au point s’impose. A la suite de l’incarcération de Christian Quesada le 27 mars dernier pour détention et diffusion d'images pédopornographiques et tentative de corruption de mineur, l’ancien animateur des Chiffres et des lettres avait affirmé dans les colonnes du Parisien qu’il n’était pas vraiment surpris car "à l’époque, des bruits couraient sur lui". Le champion des 12 Coups de midi avait en effet également participé au jeu présenté par Patrice Laffont, à la fin des années 80.

Publicité
Publicité
"Je ne le sentais pas, ce type. C’est un emmerdeur, un personnage sulfureux et un manipulateur extraordinaire. Il voulait revenir une nouvelle fois dans l’émission, mais j’ai fini par l’écarter. Il était même blacklisté. J’avais mis une croix définitive et interdit à mes collaborateurs de le reprendre. Pour lui, la porte était fermée."

Il affirme d’ailleurs avoir averti l’été dernier Jean-Luc Reichmann sur ces faits, qui était selon lui "tombé des nues".

Or, ce lundi 15 avril, sur le plateau de C à vous, diffusé ce 15 avril 2019, Jean-Luc Reichmann s’est exprimé sur cette affaire. L’animateur des Douze coups de midi n’a pas hésité à avouer à Anne-Elisabeth Lemoine qu’il était remonté contre les "personnes qui parlent maintenant" : "Pourquoi elles ne nous ont pas dit ?", s’interroge-t-il en visant directement Patrice Laffont.

"Des Chiffres et les lettres, c’est dans les années 80. On est d’accord qu’il a 20 balais, alors que chez moi, il en a 53 ans. Imaginez-vous ! Pourquoi maintenant, on déballe tout ? Pourquoi tout le monde protège tout le monde ?"

A la fois en colère et peiné par ces propos, Patrice Laffont a décidé de répondre.