Âge pivot, modulation de la durée d'assurance requise…  Le gouvernement multiplie les méthodes pour pousser les Françaises et les Français à travailler plus. Pourtant il existe des méthodes pour partir plus tôt.
IllustrationIstock

Retraite : les astuces qui permettent de partir plus tôt sans perdre en niveau de vie

Pour cesser de travailler le plus tôt possible, certains sont prêts à tout. En Argentine, un(e) assuré(e) est même allé jusqu’à changer de sexe pour bénéficier de cinq années de plus à la retraite… Sans aller jusque là, cependant il est possible d’anticiper son départ pour pouvoir partir plus tôt sans perte de pouvoir d’achat.

Les femmes, par exemple, peuvent bénéficier de 8 trimestres supplémentaires si elles ont eu des enfants et que le temps passé à les élever les a empêchés de travailler. Une situation qui permet de combler une éventuelle carrière saccadée par la maternité, rappelle Planet, mais aussi de permettre à son conjoint de partir plus tôt. Avec, à la clef, une pension majorée.

Publicité

Le rachat de trimestre peut également constituer une solution pour partir à la retraite en avance sans pour autant être pénalisé. Comme l’indique le journal Notre-Temps, une telle technique permet notamment d’éviter une douloureuse décote qui viendrait minorer votre pension. Attention, cependant ! Il n’est pas possible d’acheter plus de 12 trimestres pour compléter d’éventuelles années incomplètes. A noter également : l’opération peut s’avérer coûteuse et n’a aucun impact sur la décote temporaire imposée par l’AGIRC-ARRCO. Néanmoins, il est possible de faire financer son achat par un employeur ou de le réaliser grâce à une épargne individuelle ou salariale. Dans ce cas, les sommes seront déduits des salaires imposables.

Publicité

Autre solution pour bénéficier d’une autre source de revenu en plus de sa pension : l’immobilier locatif. Pour celles et ceux qui n’ont pas la possibilité, il est possible d’envisager un viager occupé, poursuit Notre-Temps. Cette solution a le mérite de garantir le maintien chez soi et d’offrir une rente à vie. Enfin, il est aussi possible de prévoir en avance des versements en provenance d’une assurance-vie ou d’une autre forme d’épargne pour gonfler mensuellement le montant de la pension… Et donc permettre un départ plus tôt sans (trop) souffrir de la décote.

Retraite : Emmanuel Macron veut-il faire travailler les Français davantage ?

Le gouvernement n’a qu’une obsession : remettre les Françaises et les Français au travail. Pour augmenter la durée passée à produire, de nombreux ministres - c’est notamment le cas d’Agnès Buzyn ou d’Edouard Philippe - ont envisagé de repousser l’âge légal de départ à la retraite. Cependant, Emmanuel Macron s’est opposé à cette solution.

Publicité

Le président a en effet préféré d’autres alternatives, telles que la mise en place d’un âge-pivot, qui viendrait amputer la pension des retraités partis avant 63 ou 64 ans. Les députés de la majorité ont également pointé du doigt la loi Touraine, votée sous François Hollande. Sa mise en place permettrait à l’exécutif de moduler, génération par génération, la durée d’assurance requise pour prétendre au taux plein…

Vidéo : Retraite complémentaire : cette très mauvaise nouvelle qui vous attend pour 2019