En 2017, il avait pu compter sur le "en même temps" pour franchir certains clivages politiques et parvenir jusqu'à l'Elysée. En 2022, Emmanuel Macron pourrait être tenté de reproduire la même stratégie… Mais pas tout à fait de la même façon. Explications.
Sommaire
"Dépassement politique" : Emmanuel Macron peut-il rejouer les mêmes cartes en 2022 ?AFP

"Il faut être lucide, nous n’avons pas réussi l’enracinement territorial que nous aurions aimé", concède Christophe Castaner, invité par Le Figaro pour l’émission appelée Le Talk. Devant nos confrères, il n’hésite pas à dire combien le parti présidentiel peine à sortir la tête de l’eau ces derniers mois… Mais n’y voit pas nécessairement pas un grand danger pour la formation. Ou pour l’homme à qui elle doit tout. "Ce mouvement est jeune", rappelle en effet l’ex-délégué général de La République en Marche, un parti qui, il en est sûr, pourra accompagner "le candidat progressiste, peut-être Emmanuel Macron, vers la présidentielle".

Pour autant, nul projet politique ne peut éclore sans un peu de stratégie. Heureusement, d’après l’ancien ministre de l’Intérieur, la marche à suivre est assez évidente : il est essentiel de renverser la table une seconde fois, ainsi que le chef de l’Etat l’avait fait en 2017. "Il faut poursuivre le dépassement politique et élargir plus encore", affirme sans ambages le transfuge du Parti socialiste qui dit avoir rejoint le président de la République "pour trouver une forme de liberté dont notre pays a besoin" et à laquelle il n’avait pas droit avant de se défaire de ses carcans. "Nous avons fait l’élargissement dès le début", insiste-t-il encore. 

Emmanuel Macron peut-il reproduire la même stratégie en "mieux" et l’emporter de nouveau ?

Emmanuel Macron peut-il poursuivre la dynamique engagée en 2017 ? S’il y parvenait, en tout cas, cela pourrait s’avérer profitable. "Si le président parvient à rallier quelques-uns des grands noms restants du Parti socialiste ou des Républicains, il pourrait essayer de cimenter sa position de seul candidat légitime, pour tuer dans l'œuf les alternatives. Le cas échéant, il ne se reposerait pas sur un programme de rupture - après tout, en cinq ans les électeurs ont largement eu le temps de l’identifier - mais bien sur sa capacité à priver l’électorat légitimiste de tout candidat alternatif", observe Christophe Bouillaud, chercheur en sciences politiques qui enseigne à l’IEP (Institut d’Etudes Politiques, Sciences-Po) de Grenoble. 

"Cependant, pour y parvenir, il lui faudrait encore rallier de gros poissons, comme Olivier Faure ou Laurent Wauquiez… Ce qui relève de la politique fiction", souligne-t-il encore. Difficile donc, pour Emmanuel Macron de reproduire son précédent exploit ? Les forces politiques qui s’opposent encore à son ascension demeurent très fracturées, note pourtant l’ancien ministre...

Vous avez envie de lancer votre projet ? De créer votre entreprise ? Découvrez la formation prise en charge à 100% par l'état >

Cet article vous a intéressé ?

Découvrez encore plus d'actualités,
en vous abonnant à la newsletter de Planet.

Votre adresse mail est collectée par Planet.fr pour vous permettre de recevoir nos actualités. En savoir plus.