La gestion de la crise sanitaire par Emmanuel Macron fait l'objet de bien des critiques. Vaccins, masques, tests… Pour certains, la pression que subit le gouvernement et qui le pousse à agir ainsi qu'il le fait s'explique par la comparaison à l'international. Explications.
Coronavirus : les "réflexes reptiliens" de l'exécutif qui pourraient nous coûter cherAFP

"Il devra s’en expliquer devant les Français", assure Xavier Bertrand dans les colonnes du Parisien, à qui il a accordé une interview fleuve pour commencer la nouvelle année. Le président de la région Hauts-de-France s’attaque évidemment à Emmanuel Macron, qu’il tient pour responsable partielle de la situation sanitaire de la France. Il lui impute en effet une "faute gravissime" : sa stratégie de vaccination, laquelle "conduit inévitablement à l’échec". Et le candidat potentiel à l’élection présidentielle - il a conditionné ses ambitions d’Elysée à son succès au prochain scrutin régional - d’insister : "un échec cela signifie que nous, Français, ne seront pas protégés contre la Covid, avec une vie économique et sociale qui ne reprend pas ses droits et un déclassement insupportable".

Gestions de la crise sanitaire : ces réflexes dangereux pour les Français

Sans grande surprise, Xavier Bertrand n’est pas le seul à s'en prendre ainsi à l’action du gouvernement ; et tout particulièrement à celle du chef de l’Etat. D’une façon générale, comme Planet a pu s’en faire l’écho depuis les débuts de la crise sanitaire, tout ou partie de l’opposition a multiplié les critiques à l’encontre de la réponse politique apportée à la dégradation de la situation épidémiologique. Dorénavant, c’est la stratégie de vaccination qui est ciblée, mais par le passé d’autres points ont également posé problème : la gestion des stock de masques, la communication chaotique, le dépistage de la maladie, les restrictions de libertés de déplacement et, bien évidemment, la lenteur accompagnant certaines des décisions difficiles qu’il leur aura fallu prendre.

A en croire une autre figure proéminente de la droite qui fut jadis amenée à conseiller Jean-Pierre Raffarin, Hakin el-Karoui, cette situation n’a rien d’étonnant : elle est le fruit de certains réflexes dangereux de l’Etat. Invité par Le Figaro, il détaille son analyse dans le Talk, l’une des émissions du titre de presse.

Profitez d'un mois offert et accéder à des milliers de livres en ligne, jeux en ligne et cours en ligne !

Cet article vous a intéressé ?

Découvrez encore plus d'actualités,
en vous abonnant à la newsletter de Planet.

Votre adresse mail est collectée par Planet.fr pour vous permettre de recevoir nos actualités. En savoir plus.