Ils sont sans cesse plus à se plaindre de leurs conditions de travail. Certains élus seraient même en burn-out. Pourtant, de nombreux Français ne comprennent pas pourquoi et les traitent même de fainéants... Une accusation vraiment injustifiée ?
Burn-out, rythmes effrénés… Les députés sont-ils vraiment fainéants ?AFP

Les députés sont-ils vraiment fainéants ? Des journées à rallonge et des semaines de 80h

Les députés seraient en train de courir un marathon au rythme d’un sprint, d’après Slate. Comme le rappelait Planet, ils sont d’ailleurs nombreux à s’en plaindre. La grogne touche toutes les sensibilités du Rassemblement National (ex Front National) à la France Insoumise (LFI) en passant par La République en Marche (LREM) ou le Parti Socialiste (PS). François de Rugy lui-même s’est exprimé sur la question, appelant le gouvernement a ralentir sa cadence.

A lire aussi : Salaire, cadences infernales… De quoi se plaignent les députés au juste ?

Pourtant, de nombreux observateurs s’insurgent de l’indécence supposée des députés. Sur le plateau des Grandes Gueules, Zohra Bitan appelait les députés à se taire, critiquant leur "indignité". "Ils se plaignent de travailler pour un salaire ou en tout cas une indemnité… Il ne faut pas qu’ils oublient qu’ils sont au service de la France", a-t-elle asséné. Alors les députés sont-ils fainéants ? C’est un avis partagé par une partie considérable de la population, comme en témoignent certains tweets.

Pour en avoir le cœur net, Planet a contacté plusieurs élus et ancien élus ayant siégé à l’Assemblée nationale. Peu ou prou, tous tiennent le même discours : non, les députés ne sont pas fainéants. Arguments à l’appui.

Razzy Hammadi, ancien député PS de la 7ème circonscription a siégé dans l’Hémicycle pendant 5 ans, du 20 juin 2012 au 20 juin 2017. Il a été membre de la commission des Affaires économiques, de celle des Affaires Européennes, ainsi que de celle des finances. A ses yeux, il y a "évidemment des fainéants" parmi les députés, mais c’est loin d’être le cas de tous. "Pour un parlementaire qui fait vraiment le travail, c’est exténuant, parfois inhumain", juge-t-il. Toutefois, Après sa défaite aux dernières élections législatives, il est devenu entrepreneur et estime faire "davantage d’heures" aujourd’hui. En pratique, en tant que député il arrivait aux alentours de 8h à l’Assemblée. De là, il participait à des réunions jusqu’à aller siéger en commission de 9h30 à 12h30. "Les questions au gouvernement commencent à 14h30, après quoi je retournais en commission où j’allais débattre dans l’Hémicycle. Au final, je quittais l’Assemblée vers 1h du matin", explique-t-il. Les règles de l’Assemblée nationale sont ainsi faites qu’il doit forcément y avoir 8h d’écart entre deux séances, précise l’ancien député.

Protégez vos proches avec des solutions de Téléassistance !

Cet article vous a intéressé ?

Découvrez encore plus d'actualités,
en vous abonnant à la newsletter de Planet.

Votre adresse mail est collectée par Planet.fr pour vous permettre de recevoir nos actualités. En savoir plus.