INTERVIEW - Certains profils inquiètent grandement le chef de l'Etat. Il craint notamment les Eric Zemmour, les François Ruffin ou les Jean-Marie Bigard. Mais y a-t-il vraiment matière à s'inquiéter... ?
Bigard, Hanouna, Zemmour... Emmanuel Macron sera-t-il détrôné par un outsider ?AFP

S'il est bien quelqu'un pour inquiéter les conseillers c'est Cyril Hanouna. Depuis des mois, déjà, ils angoissent à l'idée de voir émerger une candidature hors les parties, supposément susceptible de détrôner leur champion, le président de la République. Et la menace pourrait se faire d'autant plus réelle que le trublion du paysage audiovisuel français (PAF) a demandé à ses avocats de déposer la marque Hanouna2022, comme l'a déjà expliqué Planet. Une démarche qui a de quoi interroger... et sur laquelle l'animateur s'est d'ores et déjà expliqué.

"Alors, je vous dit pourquoi on a fait ça, parce que comme un moment on était avec #Hanouna2022, on s'est dit qu'il y a peut-être un mec qui va le déposer, qui va essayer de se faire de l'argent sur notre nom avec des casquettes, des conneries, tout ça", a expliqué le présentateur de C8, qui évoque le moment où sa potentielle candidature faisait des émules sur les réseaux sociaux. Aucune volonté de se présenter a-t-il ajouté. "On en fera jamais rien", insistait-il ensuite, rappelle le Huffington Post, avant de conclure : "Ne vous inquiétez pas !".

Mais Cyril Hanouna n'est pas le seul amuseur public que l’Élysée surveillerait de près, indique Le Monde. Jean-Marie Bigard, que le président n'a pas hésité à mettre en lumière d'un appel téléphonique, en pousse aussi à se ronger les sangs, dans les couloirs du palais. A la différence de l'animateur, l'auteur du Lâcher de salopes envisagerait sérieusement de briguer la plus haute fonction de l’État. Pour autant, à en croire le politologue Christophe Bouillaud, rien de tout cela ne devrait vraiment empêcher Emmanuel Macron de dormir.

Cyril Hanouna et Jean-Marie Bigard seront-ils les nouveaux Coluche ?

"Il faut évidemment souhaiter que Cyril Hanouna ou Jean-Marie Bigard ne puissent pas renverser Emmanuel Macron, mais force est de constater que le risque est tout de même très faible", rappelle d'entrée de jeu l'enseignant-chercheur, officiant à l'Institut d’Études Politiques (Sciences-Po) de Grenoble.

"D'aucuns les comparent parfois à un Coluche et entretiennent le fantasme d'un Beppe Grillo à la française. C'est une erreur. N'oublions pas que Beppe Grillo est entré en politique bien avant de se déclarer : dans les années 2000 il était d'ores et déjà activiste et enquêtait sur différents scandales politico-financiers en Italie. Il y avait une vraie réflexion politique et humaine derrière son engagement. La situation n'avait rien à voir", assène-t-il sans ambages, non sans tacler également celles et ceux qui soutiennent aujourd'hui qu'une grande majorité de l'électorat serait dépolitisée et à même de se tourner vers de telles candidatures.

"Évidemment, Bigard pourrait théoriquement essayer de mobiliser l'électorat du Rassemblement national. De là à croire qu'il serait plus crédible qu'une Marine Le Pen ou qu'un Eric Zemmour...", poursuit le chercheur.

Faites une action inoubliable : en savoir plus sur le leg Unicef

Cet article vous a intéressé ?

Découvrez encore plus d'actualités,
en vous abonnant à la newsletter de Planet.

Votre adresse mail est collectée par Planet.fr pour vous permettre de recevoir nos actualités. En savoir plus.