Les deux acteurs emblématiques du cinéma français s'étaient rencontrés récemment selon un scénariste. L'ami proche de Jean-Paul Belmondo révèle qu'ils étaient "contents de se retrouver".
Mort de Jean-Paul Belmondo : sa dernière rencontre avec Alain DelonUnited Archives GmbH / Alamy / Abacapressabacapress

Ils étaient un duo mythique du cinéma français. Entre rivalité et amitié, ces deux monuments du septième art avaient gardé une relation extrêmement forte. "C'est un confrère, cela fait 60 ans qu'on se connaissait, qu'on travaillait ensemble et qu'on était tellement proches l'un de l'autre. Je suis bouleversé", a d'ailleurs réagi l'interprète du Guépard ce lundi 6 septembre sur Europe 1 à l'annonce du décès de "Bébel", à lâge de 88 ans.

"Je suis complètement anéanti. Là, je vais essayer de m'accrocher pour ne pas faire la même chose dans cinq heures... Remarquez, ce serait pas mal si on partait tous les deux ensemble. C'est une partie de ma vie, on a débuté ensemble il y a 60 ans", a même déclaré sur CNews le monstre sacré du cinéma, 85 ans, la voix tremblant d'émotion.

Delon et Belmondo "contents de se retrouver"

Ce lundi 6 septembre au soir, le scénariste Jeff Domenech, un ami proche de Jean-Paul Belmondo, était l'invité de TPMP. Il a ainsi révélé que les deux icones du cinéma français Delon et Belmondo s'étaient récemment revus. "Alain est passé le voir, il y a quelque temps. Jean-Paul était là, ça s’était bien passé", confie-t-il sur le plateau de Cyril Hanouna. Au sujet de ces retrouvailles, Jeff Domenech affirme que les deux acteurs étaient "contents de se retrouver". L'intime du Magnifique révèle également qu'Alain Delon "l’avait appelé pour son anniversaire". "Jean-Paul m’avait toujours dit : 'Alain a toujours été là pour moi dans les moments difficiles'", s'est également souvenu l'ami du Guignolo.

Le scénariste explique que malgré leur rivalité qui a duré tout au long de leur carrière depuis les années 1960, leur amitié n'avait jamais été entâchée. Ils avaient en effet selon lui gardé un "profond respect" l’un pour l’autre. Après la sortie de Borsalino en 1970, film où ils partagent l'affiche en tant que gangsters charismatiques qui oscillent entre rivalité et amitié, un conflit est né entre les deux hommes. Le problème : le nom d'Alain Delon qui apparaissait deux fois : comme acteur ou producteur.

"Belmondo découvre l’affiche et voit deux fois le nom de Delon. Il rentre dans une colère noire: ce n’est pas réglo, ce n’est pas dans le contrat. Pas content, il va faire la gueule et ne sera pas présent à la première…", racontait Laurent Bourdon, auteur du livre Définitivement Belmondo dans l'émission 13h15 le dimanche sur France 2 en février dernier. Un conflit judiciaire que remportera Bébel et qui participera au succès de film et n'entâchera pas leur amitié. 

"On ne s’est jamais quitté !"

"Nous étions jeunes, pleins de fougue et d’ego, et la presse, encore une fois, a largement augmenté la portée de l’incident", écrit l’acteur dans le livre photographique Belmondo par Belmondo. Les deux mythes vont se suivre et rester en contact pendant des années avant de se retrouver enfin devant la caméra de Patrice Leconte en 1998 dans Une chance sur deux. "Souvent les gens nous demandent : quel effet ça vous fait de vous retrouver, mais… on ne s’est jamais quitté !", disent en chœur les deux hommes dans une interview au Nouvel Obs en mars 1998.

Cet article vous a intéressé ?

Découvrez encore plus d'actualités people,
en vous abonnant à la newsletter FemmesPlus.

Votre adresse mail est collectée par Planet.fr pour vous permettre de recevoir nos actualités. En savoir plus.