Le réalisateur de 83 ans Claude Lelouch a confié à Nice-Matin que Jean-Paul Belmondo "ne parlait plus" et "mangeait peu, mais avait toujours son sourire" lors de leur dernière rencontre un mois et demi avant sa mort.
Jean-Paul Belmondo "ne parlait plus" : Claude Lelouch révèle son état de santé©Sven Simon/DPA/Abacapressabacapress

"Il ne parlait plus". Après le décès de Jean-Paul Belmondo ce lundi 6 septembre, à l'âge de 88 ans, on en sait désormais plus sur son état de santé à la fin de sa vie. Dans les colonnes de Nice-Matin, le réalisateur Claude Lelluch, qui a collaboré avec lui dans quatre films, révèle lui avoir rendu visite un moi et demi seulement avant sa mort. Il explique ainsi que "Le Magnifique" se trouvait dans un état de santé très dégradé. "Les derniers mois ont été très difficiles et compliqués pour Jean-Paul. Il ne parlait plus, mangeait peu, mais il avait toujours son sourire. Là où il est aujourd'hui, il va pouvoir continuer à faire des acrobaties", a confié avec émotion Claude Lelouch.

Lors d'une de ses dernières apparitions publiques, en octobre 2018, "Bébel" était venu en fauteuil roulant à la 7ème cérémonie des Gants d’or, organisée au Steigenberger Wiltcher's de Bruxelles. Victime d'un AVC en 2001, Jean-Paul Belmondo avait pourtant déjoué tous les pronostics. "Le docteur m’avait dit que je ne parlerais plus jamais. Mais je parle. J’ai retrouvé ma tête, complètement. Ça fait trois ans que je me sens mieux. Avant, ça a été des années d’obsession, à ne penser qu’à la maladie, depuis l’AVC en 2001. J’étais tellement hésitant à chercher mes mots tout le temps", se réjouissait l'acteur en 2015, alors âgé de 82 ans, dans Le Parisien.

Michel Drucker : "Il a gardé son sourire jusqu'au bout"

Claude Lelouch avait l'envie de retourner avec lui après l'avoir déjà dirigé dans Un homme qui me plaît, Les Misérables, Itinéraire d'un enfant gâté et D'un film à l'autre. "J'avais un scénario formidable pour une suite à 'Itinéraire'. Et puis cette amélioration n'a pas eu lieu et j'ai décidé de ne pas le faire. Il n'était pas question de montrer un Jean-Paul diminué", a-t-il confié au quotidien régional. Malgré tout, Michel Drucker, qui l’avait revu à l’occasion de son 88e anniversaire le 9 avril dernier, précise que malgré son état, le grand Jean-Paul Belmondo "a gardé son sourire jusqu'au bout". "Les hasards de la vie font que nous étions voisins. J'habite à 200 mètres de chez lui. Et je suis allé le voir souvent, en promenant mon chien, pas loin, près des Invalides. J'étais là pour son anniversaire, ses 88 ans", a confié l'animateur sur le journal de France 2. Les deux hommes s'étaient rencontrés il y a presque 60 ans sur un terrain de football alors qu'il était gardien de but. "Il m'a dit, enfin il a essayé de me dire, il était très diminué : 'Reviens me voir, vite...', et je savais que je le reverrai plus, a confié avec émotion l'animateur à Anne-Sophie Lapix.

Ce lundi 6 septembre, c'est l'avocat et ami de l’acteur, Michel Godest, qui avait eu la lourde tâche d’annoncer la nouvelle de son décès. Il précisait alors dans un communiqué envoyé à l’AFP que "Bébel" était "très fatigué depuis quelque temps" et s'était "éteint tranquillement" entouré de ses proches.

Cet article vous a intéressé ?

Découvrez encore plus d'actualités people,
en vous abonnant à la newsletter FemmesPlus.

Votre adresse mail est collectée par Planet.fr pour vous permettre de recevoir nos actualités. En savoir plus.