INTERVIEW. Faute de pouvoir retrouver les héritiers, les notaires confient souvent cette mission à des généalogistes, contre rémunération. Une fois identifiés, un contrat de révélation de succession leur est soumis. Pierre Kerlévéo, généalogiste à Lille, détaille les points à vérifier absolument avant de le signer, si la situation se présente à vous.
 Héritage : quelles garanties exiger si un généalogiste successoral vous contacte ?IllustrationIstock

Un généalogiste successoral vous annonce que vous êtes héritier d’une personne décédée ? Avant de vous précipiter, faisons le point sur cette profession souvent méconnue. Mandaté par un notaire rencontrant des difficultés à régler une succession, faute de pouvoir retrouver les héritiers, le généalogiste prend le relai, contre rémunération. "Nous sommes en effet chargés par les notaires de rechercher des héritiers pour les successions", explique à Planet Pierre Kerlévéo, directeur du cabinet de généalogie successorale du même nom.

Généalogiste successoral : un chasseur d’héritier ?

"Nous sommes avant tout des explorateurs, naviguant entre les rives du temps, que l’on devra remonter pour tenter de parvenir à dessiner les contours du présent et de l’espace, à la recherche de personnes pouvant être disséminées aux quatre coins du monde", peut-on lire au sein du texte de présentation de l’agence Kerlévéo.

Registres d'état civil, listes électorales, recensements de population, déclarations de succession, archives diverses… Tous ces éléments peuvent servir à l’enquête.

Comme le détaille le site des Généalogistes de France, l’activité de ces professionnels (qui n'est pas réglementée) consiste à :

  • « identifier et localiser toute personne ayant des droits à revendiquer (qu’elle ne connait pas ou qu’elle est incapable d’établir) sur un ou plusieurs biens d’un patrimoine. »
  • « établir sur la base de recherches précises, un tableau généalogique certifié qui engage sa responsabilité juridique et financière et qui permettra au notaire de rédiger l’acte de notoriété nécessaire à la reconnaissance des droits des héritiers. »
  • « représenter l’héritier dont les droits sont établis et s’assurer que ces droits sont défendus au mieux, en valorisant et en optimisant les actifs tout au long de la procédure du règlement de la succession. »

Une fois retrouvés, un contrat de révélation est envoyé aux individus concernés. Ceux souhaitant en apprendre davantage sur le contenu de leur héritage doivent alors approuver ce document, et ainsi accepter de verser au généalogiste une part de leur héritage, au titre d’honoraires (40% environ), rapporte Le Figaro.

"En échange d’un pourcentage, le généalogiste révèle en effet la succession. Il établit alors la dévolution successorale au notaire", explique Pierre Kerlévéo, membre de l'Association Nationale des Généalogistes Successoraux (A.N.G.S). Ce document permet de désigner les personnes qui héritent d'un défunt, et détaille la quote-part de chacun des héritiers. Elle définit, en somme, l'ordre d'héritage.

"Ensuite, à partir de l’acte de généalogie, l’acte de notoriété qui révéle les héritiers est effectué", poursuit-il. Selon lui, ce contrat de révélation n’est plus adapté à la société, qui demande toujours plus de transparence. "Convaincre les héritiers demande d'ailleurs beaucoup de temps", nous confie-t-il.

Par ailleurs, comment s’assurer de ne pas être dupé ?

Bien être - Comment bien dormir malgré le confinement ?

Vidéo : Succession : ce beau cadeau fiscal délivré aux bénéficiaires d’un contrat de capitalisation

Cet article vous a intéressé ?

Découvrez encore plus d'actualités,
en vous abonnant à la newsletter de Planet.

Votre adresse mail est collectée par Planet.fr pour vous permettre de recevoir nos actualités. En savoir plus.